16.03.2011 -

L'UNESCO présente à l'Assemblée nationale le rapport sur le développement des médias en Equateur

Le directeur du Bureau de l'UNESCO à Quito, Edouard Matoko, a présenté le 15 mars au président de l'Assemblée nationale de l'Equateur, Fernando Cordero, le rapport portant sur l'application des indicateurs de développement des médias (IDM) de l'UNESCO.

Le <a target=_blank href="http://www.unesco.org/new/fileadmin/MULTIMEDIA/HQ/CI/CI/pdf/IPDC/ecuador_mdi_report_eng.pdf">rapport 2011 sur le développement des médias en Equateur</a> fait un diagnostic de l'état du développement des médias dans le pays en analysant les cinq catégories considérées dans les indicateurs de développement des médias (IDM) : cadre juridique, régulation, diversité et pluralisme, formation des professionnels des médias et infrastructure.

 

Le rapport met en évidence les forces et les faiblesses du paysage médiatique équatorien et se conclut par un ensemble de recommandations destinées aux différentes acteurs du secteur de la communication. Les recommandations portent notamment sur la nécessité de :

<li>moderniser le cadre juridique ;

<li>dépénaliser les "délits d'opinion" ;

<li>mettre en place une instance de régulation de l'audiovisuel, indépendante de toute ingérence politique et commerciale ;

<li>garantir que toute restriction à la liberté d'expression soit spécifique, nécessaire et explicitement définie par la loi ;

<li>garantir l'indépendance éditoriale et financière des médias publics ;

<li>veiller à l'accès équitable aux fréquences pour les trois secteurs (public, privé et médias communautaires) ;

<li>définir un plan de migration numérique.

Le rapport recommande également de renforcer les mécanismes d'autorégulation des médias et donne des exemples concrets de pratiques qui pourraient être introduites dans le pays. Il est demandé aux médias de renforcer la sécurité des journalistes et de développer des partenariats avec les universités pour assurer la formation continue des professionnels du secteur.

 

L'application des IDM en Equateur a été un processus participatif et collectif qui s'est déroulé sur près de deux ans. La première version du rapport a été préparée en collaboration avec l'équipe de recherche du CIESPAL. Elle a ensuite été révisée et enrichie par des membres du groupe consultatif du projet, composé de représentants des différents secteurs de la communication : associations de journalistes, patrons de presse, universités, médias privés, publics et communautaires, instances gouvernementales et organisations de la société civile. Le rapport a également bénéficié du soutien d'experts internationaux de renom, qui ont activement contribué à l'enrichir.

 

M. Cordero s'est dit satisfait de l'assistance technique de l'UNESCO et a déclaré qu'il allait veiller à ce que les résultats de ce travail soient utilisés dans les procédures parlementaires en cours. Une nouvelle loi sur la communication est à l'étude en Equateur depuis 2009. Une consultation publique nationale, qui comprend deux questions directement liées à la communication, doit avoir lieu au mois de mai.

 

Le rapport 2011 sur le développement des médias en Equateur est disponible en ligne en <a target=_blank href="http://www.unesco.org/new/fileadmin/MULTIMEDIA/HQ/CI/CI/pdf/IPDC/ecuador_mdi_report_eng.pdf">anglais</a> et en <a target=_blank href="http://www.unesco.org/new/fileadmin/MULTIMEDIA/HQ/CI/CI/pdf/IPDC/ecuador_mdi_report_span.pdf">espagnol</a>.




<- retour vers Actualités
Retour en haut de la page