19.06.2006 -

L'UNESCO soutient la création de la première radio communautaire au Bangladesh

Jafruddin est un jeune bangladais de vingt-quatre ans passionné de musique : « Je veux devenir chanteur et être célèbre dans tout le Bangladesh. Je veux apprendre à jouer de l'harmonium et prendre des cours de chant. » Un centre multimédia communautaire pour la jeunesse créé au Bangladesh avec le soutien de l'UNESCO dispose de l'infrastructure pour l'aider à réaliser ses rêves.

Malgré son handicap (atteint de poliomyélite, il a perdu une jambe), Jafruddin reste optimiste et attend avec impatience l'établissement de la première radio communautaire câblée dans le district de Sitakund pour réaliser un autre rêve : faire son émission de musique.

 

L'ONG locale Young Power in Social Action (YPSA) met en place un centre multimédia communautaire avec le soutien du Programme international de l'UNESCO pour le développement de la communication (PIDC). Etant donné l'absence de cadre législatif régissant les radios communautaires au Bangladesh, le centre utilisera différents moyens (télévision câblée, enceintes, lecteurs audio et vidéo) pour répondre aux besoins en information et toucher la communauté locale.

 

Jafruddin a entendu parler pour la première fois du centre multimédia communautaire pour la jeunesse (YCMC) implanté à Sitakund en septembre 2005, quand un membre de l'équipe locale l'a invité à participer à un atelier de formation. « Des gens de mon village me traitent injustement. J'essaye d'être fort mentalement mais je pense qu'ils devraient être plus respectueux envers les handicapés », déclare-t-il.

 

Au cours d'un atelier de formation organisé récemment dans le centre, il a appris les techniques d'enregistrement et de montage à l'aide du logiciel libre de traitement sonore Audacity. La formation portait également sur la philosophie de la radio communautaire et l'importance de la participation de la communauté et de l'appropriation collective du nouveau média.

 

Interrogé sur ce qu'il envisage de faire à la radio, Jafruddin répond : « J'ai envie de parler des handicapés et de dire qu'ils doivent être traités avec respect. J'aimerais aussi avoir une émission hebdomadaire pour chanter des chansons locales. Ces chansons ne sont pas disponibles dans le commerce et les gens seront ravis de les entendre. C'est un moyen de me faire connaître et de divertir les auditeurs. »

 

Le studio du YCMC produira du contenu d'intérêt local en bengali pour une programmation quotidienne d'une heure et demie. Le studio est relié au réseau câblé qui dessert un millier de foyers à Sitakund. Pour les personnes qui n'ont pas de poste de télévision, le CMC prévoit d'installer des enceintes reliées directement au studio. Les problèmes environnementaux, les droits des travailleurs dans les chantiers de démolition de navires, les droits des femmes, l'éducation pour tous les secteurs de la société, le chômage, l'harmonie collective, l'identité et la culture locales, les personnes handicapées, font partie des sujets proposés pour la création de contenu.

 

Article de Ramnath Bhat ramnathbhat.13@gmail.com




<- retour vers Actualités
Retour en haut de la page