27.09.2012 - Secteur de la communication et de l'information

L’UNESCO soutient les groupes de la société civile marocaine pour la célébration de la Journée du droit de savoir

Un Marocain lisant un journal dans la rue - © UNESCO

Le Bureau de l’UNESCO à Rabat, en partenariat avec l’Institut de la Banque mondiale, soutient une série d’événements visant à sensibiliser à l’importance de la liberté d’information pour tous au Maroc. Ces activités doivent avoir lieu cette semaine dans le cadre de la célébration de la Journée du droit de savoir par des organisations de la société civile et d’autres acteurs au niveau mondial. L’année 2012 marque le 10e anniversaire de la Journée du droit de savoir, fêtée le 28 septembre.

Ces événements sont organisés par l’association Transparency Maroc et par le Réseau marocain de groupes de la société civile pour l’accès à l’information. Ils comprennent une conférence qui se tiendra le 28 septembre, ainsi que différentes activités culturelles et artistiques prévues le 29 septembre à Rabat : par exemple, des chants et une pièce de théâtre sur la façon dont l’accès aux informations détenues par les organismes publics peuvent bénéficier à tout un chacun.

Depuis l’adoption de la nouvelle Constitution marocaine en 2011, dont l’article 27 garantit la liberté d’information, des débats se sont tenus quant à la promulgation de lois spécifiquement centrées sur la liberté d’information. Dans ce contexte, il devient indispensable de faire en sorte que tous connaissent les effets positifs de ce droit sur la vie de chaque individu, sur la transparence, la justice et la lutte contre la corruption.

En collaborant avec les organisations de la société civile dans le cadre de la célébration de la Journée du droit de savoir, le Bureau de l’UNESCO à Rabat renforce une coopération déjà en place au Maroc. Les événements font également suite à la récente participation de l’UNESCO au  colloque international sur le droit d'accès à l'information  organisé à Casablanca par le Conseil national des droits de l'homme marocain.

Ce soutien aux activités de la Journée du droit de savoir s’inscrit dans le cadre d’efforts plus larges engagés dans la région. En juin dernier, l’UNESCO a soutenu la consultation sous-régionale pour les pays nord-africains autour du modèle de loi sur l’accès à l’information pour les États membres de l'Union africaine organisée à Tunis par le Rapporteur spécial sur la liberté d'expression et l’accès à l’information et le Centre for Human Rights de l'Université de Pretoria

Toujours en juin, l’UNESCO a accordé son patronage à un atelier intitulé « Accès à l’information au Moyen-Orient et en Afrique du Nord : le chemin à parcourir », financé par le programme d'accès à l'information de la Banque mondiale et par d’autres partenaires. L’UNESCO a également participé à la commémoration de la Journée du droit de savoir que  Touensa a organisé à Tunis le 28 septembre. À cette occasion, l’UNESCO partagera les recommandations techniques formulées au cours des réunions rassemblant des experts de la liberté de l’information et des membres de l’assemblée nationale constituante, ainsi que dans une étude récemment publiée sur le développement des médias en Tunisie basée sur les indicateurs de développement des médias de l'UNESCO.

L’UNESCO soutient la liberté d’information partout dans le monde, dans le cadre de son mandat qui l’appelle à « faciliter la libre circulation des idées, par le mot et par l’image ». En septembre 2011, l'UNESCO a soutenu la Conférence panafricaine sur l’accès à l’information, qui s’est tenu au Cap (Afrique du Sud). Cet événement a permis la création de la plateforme africaine sur l'accès à l'information, qui promeut maintenant ce droit dans la région.




<- retour vers Actualités
Retour en haut de la page