29.07.2010 -

L'UNESCO soutient une formation pour les femmes journalistes à Haïti

L'UNESCO a apporté son soutien au Réseau des femmes des radios communautaires haïtiennes REFRAKA pour organiser une formation destinée aux femmes journalistes de différentes régions du pays. L'atelier de trois jours portait sur la production de reportages et d'émissions, les techniques d'interview et le montage. L'UNESCO est convaincue que le renforcement des capacités des femmes journalistes peut avoir un impact positif sur la situation des femmes en Haïti.

La position des femmes journalistes au sein des médias haïtiens est depuis toujours au centre des préoccupations de l'UNESCO, dont l'action vise à promouvoir l'égalité des genres chez les professionnels des médias. Cette priorité est d'autant plus pressante depuis le tremblement de terre qu'a subi le pays et qui a détruit les locaux et une grande partie de l'équipement de REFRAKA, un réseau de 26 radios communautaires haïtiennes animées par des femmes.

 

Depuis 2001, REFRAKA dispense des formations aux femmes journalistes. "Notre objectif consiste à renforcer les capacités des femmes travaillant dans la communication pour leur permettre de prendre en charge d'autres aspects du travail au sein de leurs stations de radio", explique Samia Salomon, coprésidente de REFRAKA et formatrice de l'atelier de l'UNESCO. "Par exemple, certaines femmes qui ne sont pour l'instant qu'animatrices vont être formées à la rédaction de reportages, à la préparation de sujets, aux interviews et à la production d'émissions éducatives de différents formats. Nous montrons aux femmes qu'elles n'ont pas besoin d'une maîtrise de lettres pour faire ce genre de travail."

 

L'UNESCO estime que la communication, en particulier via les radios communautaires, est un des principaux moyens pour toucher la population haïtienne. La radio a un rôle important à jouer dans le développement communautaire, notamment pour informer sur les problèmes auxquels sont confrontées les femmes, tels que la santé sexuelle, les enfants, l'éducation et les questions de genre. Les femmes haïtiennes ont en général un niveau d'éducation inférieur aux hommes et sont plus souvent victimes de violences et d'inégalités des chances dans leur carrière professionnelle. Une plus forte présence de femmes journalistes et de présentatrices de radio qualifiées pourrait avoir un impact positif dans ce domaine.

 

C'est pourquoi l'UNESCO a décidé de soutenir REFRAKA pour organiser une formation destinée à 15 femmes journalistes et présentatrices. Un enregistreur numérique et une clé USB à mémoire flash ont été remis à chaque participante pour qu'elles puissent exercer leur métier. En outre, l'UNESCO a mis à la disposition de REFRAKA un studio de production à Port-au-Prince, ce qui va permettre à l'association de reprendre la production de ses programmes radiophoniques, en particulier une émission grand public sur l'éducation.




<- retour vers Actualités
Retour en haut de la page