22.04.2009 -

L'UNESCO, la Bibliothèque du Congrès et d'autres partenaires ont lancé la Bibliothèque numérique mondiale

L'UNESCO et 32 institutions partenaires ont lancé hier la Bibliothèque numérique mondiale, un site internet proposant un éventail unique de matériels culturels provenant de bibliothèques et d'archives d'un peu partout dans le monde. Le site offre manuscrits, cartes, livres rares, films, enregistrements sonores, illustrations et photographies. L'accès à ces ressources est libre et gratuit.

Le lancement s'est déroulé au siège de l'UNESCO lors d'une réception organisée par Koïchiro Matsuura, Directeur général de l'UNESCO, et James H. Billington, Directeur de la Bibliothèque du Congrès (Etats-Unis). Les directeurs d'autres institutions partenaires ont participé à la présentation du projet aux ambassadeurs, ministres, délégués et invités, à l'occasion du Conseil exécutif de l'Organisation.

 

James H. Billington a proposé en 2005 à l'UNESCO la création de cette Bibliothèque numérique mondiale (BNM), en soulignant qu'un tel projet pourrait avoir « un effet salutaire en réunissant des gens et en célébrant le caractère unique des différentes cultures à travers un projet global ». Koïchiro Matsuura a salué « cette grande initiative qui aidera à réduire la fracture numérique, à promouvoir la compréhension et à renforcer la diversité linguistique et culturelle ». Outre la promotion de la compréhension internationale, le projet vise à augmenter la quantité et la diversité des contenus culturels sur internet, à fournir des matériels aux éducateurs, aux élèves et au grand public, mais aussi à réduire la fracture numérique au sein et entre les pays, en renforçant les capacités dans les pays partenaires.

 

La BNM offrira des fonctions de recherche et de navigation en sept langues (anglais, arabe, chinois, espagnol, français, portugais et russe) et proposera des contenus dans plus de quarante langues. Navigation et recherche de données encourageront une exploration du site qui traverse époques et cultures. Les descriptions de chaque élément, ainsi que les vidéos de conservateurs commentant une sélection de pièces, fourniront le contexte aux utilisateurs, éveilleront la curiosité et encourageront les étudiants mais aussi le grand public à en apprendre plus sur le patrimoine culturel de tous les pays.

 

La BNM a été développée par une équipe de la Bibliothèque du Congrès. Une aide technique a été fournie par la Bibliotheca Alexandrina (Alexandrie, Egypte). Parmi les institutions ayant contribué à la BNM, on compte des bibliothèques nationales et des institutions culturelles ou éducatives d'Afrique du Sud, d'Arabie saoudite, du Brésil, de Chine, d'Egypte, des Etats-Unis, de France, d'Iraq, d'Israël, du Japon, du Mali, du Maroc, du Mexique, d'Ouganda, des Pays-Bas, du Qatar, du Royaume-Uni, de la Fédération de Russie, de Serbie, de Slovaquie et de Suède.

 

« L'UNESCO se félicite de la création de cette Bibliothèque numérique mondiale qui reflète les valeurs et priorités de notre Organisation », a déclaré Koïchiro Matsuura. « La BNM offre une plate-forme précieuse pour la libre circulation de l'information, la solidarité internationale, la célébration de la diversité culturelle et l'édification de sociétés du savoir. Avec des projets comme celui-là, le potentiel culturel et sociétal des technologies numériques va s'exprimer pleinement».

 

« Nous sommes fiers d'entreprendre cette aventure en compagnie de bibliothèques prestigieuses et nous remercions l'UNESCO pour le ferme appui apporté à ce projet. Ce qui vient d'être lancé ne constitue qu'une première étape. Nous sommes impatients de voir le projet aboutir : rassembler les gens, approfondir notre compréhension des autres, aider les jeunes portés sur le numérique à profiter par le biais des nouveaux médias de ce qu'il y a de mieux dans la culture traditionnelle », a déclaré James H. Billington.

 

Son Altesse Sheikha Mozah Bint Nasser Al-Missned, Envoyée spéciale pour l'éducation de base et l'enseignement supérieur et Présidente de la Fondation Qatar, a félicité l'UNESCO et les institutions partenaires pour le lancement de la BNM et déclaré que « le Qatar est très fier d'être parmi les membres fondateurs de cette expérience remarquable de coopération internationale ». Elle a souligné qu' « une éducation universelle était la base d'une compréhension internationale » et que « cet effort fera beaucoup pour développer l'ouverture aux autres cultures et pays ».

 

La Bibliothèque nationale de Chine (NLC) a contribué à la BNM en proposant des manuscrits, cartes, livres et calques de stèles et d'os d'oracle qui embrassent toute l'histoire chinoise. « Le projet de Bibliothèque numérique mondiale offre une plateforme toute neuve pour mettre en valeur la diversité des civilisations du monde », a déclaré Furui Zhan, Directeur de la NLC. « Cet effort permet les échanges culturels tout en apportant enrichissement et compréhension aux différents pays et peuples. La création de cette bibliothèque mondiale va tout-à-fait dans le sens d'un esprit d'égalité et d'ouverture. La Bibliothèque nationale de Chine est prête à travailler en étroite coopération avec la BNM, promouvant à la fois la prospérité et le progrès de toutes les civilisations humaines ».

 

Parmi les autres trésors figurant dans la BNM, on trouve des manuscrits scientifiques arabes provenant de la Bibliothèque nationale et des Archives d'Egypte ; d'anciennes photographies d'Amérique latine fournies par la Bibliothèque nationale brésilienne ; le Hyakumanto darani, un parchemin datant de l'an 764 détenu par la Bibliothèque du Parlement japonais ; la fameuse Bible du diable, du XIIIème siècle qui se trouve à la Bibliothèque royale de Stockholm ; des calligraphies arabes, persanes et turques provenant de la Bibliothèque du Congrès.

 

Avant le lancement, Koïchiro Matsuura a invité les Etats membres de l'UNESCO à encourager leurs institutions culturelles à prendre part au développement du projet. Il a souligné que leur participation contribuerait à une bibliothèque numérique qui soit vraiment universelle et qui constitue une vitrine du patrimoine culturel et des réalisations de tous les pays. Il a également mis l'accent sur les synergies entre cette initiative et le programme Mémoire du monde de l'UNESCO, en précisant que la BNM pourrait aider à fournir au grand public un accès à des versions numériques des collections figurant au registre de Mémoire du monde.

 

Un des principaux mandats de l'UNESCO porte sur la promotion de la libre circulation de toutes les formes de savoir en éducation, science, culture et communication. L'Organisation soutient donc des initiatives en vue d'améliorer et de développer les contenus sur internet. A cette fin, elle collabore avec un grand nombre de partenaires.




<- retour vers Actualités
Retour en haut de la page