11.06.2010 -

Le Bureau de l'UNESCO à Brasilia lance de nouveaux projets de développement des médias

Le Bureau de l'UNESCO à Brasilia entreprend une série de projets destinés à stimuler et approfondir le débat sur le développement des médias au Brésil. Les nouveaux projets portent sur des activités de promotion de la recherche, l'organisation d'ateliers et de séminaires, ainsi que la publication de documents. Des experts de renommée internationale participeront à des événements sur le terrain dans le cadre de ces projets.

Les changements provoqués par la numérisation et la convergence des médias nourrissent le débat concernant les cadres juridiques les plus efficaces pour organiser des "écosystèmes médiatiques". On assiste à un consensus international quant à l'importance des médias dans le développement des sociétés démocratiques contemporaines et à leur rôle d'agent de changement. Cette évolution contraint les gouvernements du monde entier à définir des politiques spécifiques et le Brésil s'inscrit dans ce mouvement.

 

L'UNESCO considère qu'il est important pour le Brésil de consolider son cadre réglementaire et de développer des politiques de communication publique pour s'aligner sur les normes internationales. Le pays a également un calendrier très chargé en ce qui concerne le renforcement des médias publics et communautaires. Le Brésil doit enfin travailler sur les concepts fondamentaux de diversité, de pluralité et d'équilibre dans le système de communication. La convergence des médias vient modifier la donne de ce scénario déjà complexe.

 

A la différence d'autres démocraties, une partie des problèmes diagnostiqués dans les médias brésiliens est due à l'absence d'un corps de lois actualisé et cohérent en matière de régulation. Afin de répondre à ce problème, un nouveau projet a été entrepris en janvier dernier avec le soutien de la Fondation Ford : "Cadre juridique pour les communications au Brésil : analyse du système à la lumière des expériences internationales".

 

Ce projet a pour objectif de développer le cadre réglementaire public à partir d'une étude comparative entre le Brésil et d'autres démocraties (Afrique du Sud, Allemagne, Canada, Chili, Etats-Unis, France, Jamaïque, Malaisie, Royaume-Uni et Thaïlande), en utilisant comme paramètres des indicateurs internationaux approuvés par l'UNESCO. Deux consultants internationaux ont été désignés pour mener à bien ce projet : Toby Mendel (Canada) et Eve Salomon (Royaume-Uni). Fin août, les deux experts se rendront au Brésil pour participer à des ateliers avec les principaux acteurs du secteur.

 

Toby Mendel est le directeur général du Centre for Law and Democracy, organisation non gouvernementale canadienne spécialisée dans le conseil en droit international sur les questions de droits démocratiques. Expert de la régulation des médias, Eve Salomon est membre de la Commission des plaintes de la presse, instance d'autorégulation de la presse britannique, et de l'Internet Watch Foundation, organisation britannique de lutte contre l'exploitation sexuelle des enfants sur Internet.

 

Les deux consultants sont chargés de rassembler des données internationales et de les comparer à l'information collectée au Brésil par une équipe qui travaille actuellement pour l'UNESCO. Plusieurs méthodes seront utilisées pour collecter les données : compilation de textes de lois, rapports, entretiens avec des membres des instances de régulation concernés, directement ou indirectement, par les questions de communication. Une fois les données réunies, les consultants produiront des études décrivant les normes internationales adaptées à la réalité brésilienne et identifiant les points clés d'une réforme juridique. Les conclusions de ces études seront présentées lors d'un séminaire international qui doit se tenir à Brasilia dans le courant du deuxième semestre 2010.

 

Un autre projet de portée internationale est la traduction en portugais des <a href="ev.php?URL_ID=26032&URL_DO=DO_TOPIC&URL_SECTION=201">Indicateurs de développement des médias</a>, document approuvé en 2008 par le Programme international de l'UNESCO pour le développement de la communication (PIDC). Le texte, qui sera présenté le 23 juin à l'audience publique de la Commission des droits de l'homme de la Chambre des députés du Brésil, est le fruit d'un intense travail effectué par une équipe d'experts issus d'organisations intergouvernementales, d'organisations non gouvernementales, du milieu universitaire et d'associations professionnelles de différentes régions du monde. L'UNESCO mise sur l'utilité de ces indicateurs pour évaluer la situation actuelle du système médiatique brésilien.

 

Le Bureau de l'UNESCO à Brasilia prévoit également de mener une étude sur les décisions prises par les cours supérieures brésiliennes en matière de liberté d'expression et de liberté de la presse, et aussi d'organiser un débat sur les méthodes de responsabilisation des médias publics dans le pays.

 

Avec ces nouveau projets, l'UNESCO espère que le Brésil pourra prendre part à l'agenda international du développement des médias, en prenant des mesures stratégiques pour faciliter la libre circulation des idées, qui est l'une des principales missions de l'Organisation.




<- retour vers Actualités
Retour en haut de la page