06.11.2012 - UNESCOPRESS

Réunion à Vienne pour mettre en œuvre le Plan d’action des Nations Unies sur la sécurité de journalistes

Au cours des neuf premiers mois de l’année 2012, la Directrice générale de l’UNESCO Irina Bokova a condamné 95 meurtres de journalistes, professionnels des médias ou blogueurs, ce qui représente une augmentation très nette comparé aux années précédentes. La deuxième réunion inter-agences des Nations Unies sur la sécurité des journalistes et la question de l’impunité se tiendra à Vienne (Autriche) du 22 au 23 novembre. Cette réunion s’inscrit dans le cadre des efforts de la communauté internationale pour mettre fin à ces attaques qui battent en brèche le droit de l’homme fondamental à la liberté d’expression dans de nombreuses régions du monde et réduit la capacité des citoyens à disposer de l’information indépendante à laquelle ils ont droit.

Les organisations des Nations Unies qui prennent part à cette réunion pourront consulter les institutions régionales et internationales invitées ainsi que les Etats membres, les organisations professionnelles et les ONG. Ils établiront la stratégie pour 2013 et 2014 relative à la mise en œuvre du Plan d’action des Nations Unies sur la sécurité des journalistes et la question de l’impunité, adoptée en avril dernier.

Cette stratégie comprend des actions au niveau international, régional et national ? Quatre pays ont été sélectionnés pour la première phase de la mise en œuvre : l’Iraq, le Népal, le Pakistan et le Sud-Soudan. Des préparatifs sont également en cours pour étendre ce Plan d’action à l’Amérique latine, région très touchée par les attaques contre les journalistes, les professionnels des médias et les producteurs de médias sociaux.

Les journalistes doivent pouvoir bénéficier de conditions de sécurité suffisantes pour permettre à tous les citoyens d’avoir accès à une information fiable. Il appartient aux Etats et aux sociétés de créer les conditions nécessaires pour à la préservation du droit fondamental à la liberté d’expression, garanti par l’article 19 de la Déclaration universelle des droits de l’homme et combattre l’impunité qui est trop souvent le lot de ceux qui attaquent les journalistes.

La liberté d’expression, le droit de recevoir et d’exprimer des opinions et de diffuser des informations est essentiel pour bâtir des sociétés démocratiques justes et participatives. Pourtant, le nombre de journalistes tués dans l’exercice de leur profession progresse, avec un total de près de 600 journalistes au cours des dix dernières années. Les communiqués de l’UNESCO se trouvent sur le Mémorial UNESCO des journalistes assassinés. 

Mais les journalistes et les professionnels des médias font également l’objet d’autres formes de harcèlement et d’intimidation -comme les arrestations illégales ou les abus sexuels sur les journalistes femmes- qui limitent leur capacité à s’exprimer librement et à mener à bien leur mission professionnelle.

La réunion inter-agences des Nations Unies sur la sécurité des journalistes a été initiée par la Directrice générale de l’UNESCO, l’Organisation des Nations Unies responsable de la liberté de la presse. L’événement est co-organisé par le Bureau du Haut-Commissariat aux droits de l’homme, l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime et le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD).

Le Plan d’action des Nations Unies sur la sécurité des journalistes et la question de l’impunité est le fruit d’’un processus qui a commencé en 2010 à la demande du Programme international pour le développement de la communication (PIDC) de l’UNESCO. La première réunion inter-agences des Nations Unies sur la sécurité des journalistes et la question de l’impunité s’est tenue au siège de l’UNESCO à Paris du 13 au 14 septembre 2011.

La première partie de la réunion de Vienne, le matin du 22 novembre, sera ouverte à la presse. Une conférence de presse sera organisée de 9h00 à 10h00 (Pressclub Concordia, Bankgasse 8, 1010 Vienne) en présence de Peter Launsky-Tieffenthal, Secrétaire général adjoint des Nations Unies, Département de l’information du public des Nations Unies et Janis Karklins, Sous-Directeur général de l’UNESCO pour la communication et l’information.

La partie ouverte au public comprend également une table-ronde organisée par l’Institut international de la presse (IIP) à laquelle participeront Frank La Rue, Rapporteur spécial des Nations Unies sur la promotion et la protection  du droit à la liberté d’opinion et d’expression ; Christof Heyns, Rapporteur spécial des Nations Unies sur les exécutions extrajudiciaires, sommaires ou arbitraires ; Pansy Tlakula, Rapporteur spécial sur la liberté d’expression et l’accès à l’information en Afrique (Commission de l’Union africaine) ; Dunja Mijatovic, Représentante pour la liberté des médias à l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) ; Alexandra Föderl-Schmid, rédactrice en chef de Der Standard (Autriche) et membre du Bureau exécutif de l’IIP. Reporters sans frontières organisera aussi une discussion avec les journalistes suédois récemment libérés en Ethiopie, Martin Schibbye et Johan Persson.

 

***

 

Les journalistes souhaitant couvrir cette manifestation sont priés de s’accréditer.

Contact : press(at)unvienna.org

 

 




<- retour vers Actualités
Retour en haut de la page