30.04.2003 -

La Journée mondiale de la liberté de la presse célébrée en Jamaïque

« Crimes impunis contre des journalistes : une stratégie contre l'impunité » sera le thème principal de la Journée mondiale de la liberté de la presse célébrée cette année à Kingston, en Jamaïque. A cette occasion, l'UNESCO organise une conférence internationale de deux jours, intitulée « La liberté d'expression : défis du nouveau millénaire ».

C'est à Kingston également que le Prix mondial UNESCO/Guillermo Cano pour la liberté de la presse sera remis, le 2 mai, à la journaliste israélienne Amira Hass.

 

La Conférence, qui se tiendra au Centre international des conférences de la Jamaïque, réunira quelque 150 professionnels des médias et représentants d'organisations non gouvernementales du secteur, ainsi que plusieurs ministres. Les débats porteront sur l'impunité, la sécurité des journalistes, la liberté d'expression et les nouvelles technologies de l'information et de la communication pour la société de l'information.

 

La ministre jamaïcaine de l'Education, de la Jeunesse et de la Culture, Maxine Henry-Wilson, qui préside la Commission nationale de son pays pour l'UNESCO, accueillera les participants à l'inauguration de la Conférence (9h, le 2 mai). Le Directeur général de l'UNESCO, Koïchiro Matsuura, rappellera ensuite les enjeux. Le Premier ministre de la Jamaïque, Percival J. Patterson, fera le discours d'ouverture, suivi de James Ottaway Jr, Président du Comité mondial pour la liberté de la presse.

 

Une exposition sur le thème « Les réponses du multimédia aux défis de la liberté d'expression », préparée par des organisations et des institutions nationales et internationales, et inaugurée le 2 mai (10h), précédera la première séance plénière qui aura pour sujet : « Crimes impunis contre des journalistes : une stratégie contre l'impunité ». Un état mondial du problème sera détaillé par Joel Simon, Directeur par intérim de l'ONG internationale Comité de protection des journalistes, qui a identifié 20 cas de journalistes tués en lien direct avec l'exercice de leur métier en 2002. Un bilan de la situation internationale dans ce domaine sera dressé par Julio Muñoz, Directeur adjoint de l'Association interaméricaine de la presse et Pierre Lemoine, de l'ONG Reporters sans frontières. D'autres intervenants présenteront des synthèses de la situation au Brésil, en Iran, au Népal, au Rwanda et dans les Caraïbes.

 

La deuxième séance plénière s'intéressera à « La sécurité des journalistes » et comprendra des présentations sur l'Afghanistan, par Abdul Hameed Mubaraz, ministre délégué de l'Information et de la Culture d'Afghanistan ; sur le Pays basque (Espagne), par Carmen Gurruchaga Basurto, d'Antena 3 à Madrid ; sur les Caraïbes, par Debbie Ransome, du BBC World Service ; sur Israël, par Amira Hass du journal Ha'aretz ; sur la Colombie, par Marta Ruiz, du Proyecto Antonio Nariño pour la défense de la liberté et les droits de l'homme ; sur le Zimbabwe, par Reyhana Masters-Smith, Présidente du Media Institute of Southern Africa.

 

La cérémonie officielle de remise du Prix mondial UNESCO/Guillermo Cano pour la liberté de la presse aura lieu le 2 mai, entre 18 et 20 h, à King's House, en présence de la lauréate, Amira Hass, du Gouverneur général de la Jamaïque, Sir Howard Cooke, du Directeur général de l'UNESCO, Koïchiro Matsuura, d'Oliver J. Clarke, Président du jury du Prix mondial UNESCO/Guillermo Cano pour la liberté de la presse et Directeur général du groupe de presse jamaïcain Gleaner Ltd et d'Ana Maria Busquets de Cano, Présidente de la Fondation Cano. La cérémonie sera diffusée en direct à la télévision, par Jamaica Information Service (JIS), avec un lien satellite fourni par Caribbean Media Corporation.

 

Le 3 mai, une séance plénière (9h-10h45) portera sur « La liberté d'expression dans les sociétés du savoir : les opportunités », avec des présentations sur le développement de la démocratie participative et de la société civile mondiale, par Mihir Kshirsagar, coordinateur du mouvement Public Voice Coalition et membre du Washington Electronic Privacy Information Center (EPIC) ; sur les nouvelles opportunités pour un nouveau journalisme, par Hopeton Dunn, du Caribbean Institute for Media and Communication (CARIMAC) ; sur les défis juridiques, économiques et politiques pour créer des sociétés du savoir dans les Caraïbes, par Bernice Lake, avocate et défenseur du Conseil de la presse des Caraïbes orientales ; sur la formation des journalistes, par Patrick Butler, du Centre international pour les journalistes, basé à Washington.

 

La séance plénière suivante, à 11h15, se consacrera aux « Obstacles à une pleine liberté d'expression dans la société de l'information ». Animée par Ambeyi Ligabo, rapporteur spécial des Nations Unies sur la liberté d'opinion et d'expression, elle comprendra des présentations sur l'accès aux moyens de communication, par Toby Mendel, directeur du Programme « Loi et Asie » de l'ONG pour la liberté d'expression Article 19 ; sur les pressions économiques, par Larry Kilman, directeur de la communication à l'Association mondiale des Journaux ; sur les défis technologiques auxquels sont confrontés les médias traditionnels dans les Caraïbes, par Claude Robinson, du groupe Recherche et Politique, au sein de la Mona School of Business, University of the West Indies.

 

La séance, commençant à 14h30, intitulée « Liberté d'expression, TIC et développement : quels rapports ? », animée par Eduardo Bertoni, Rapporteur spécial sur la liberté d'expression, Organisation des Etats Américains, comprendra les présentations suivantes : Développement économique et liberté de la presse, par Daniel Kaufmann, Directeur du Global Governance and for Latin America Capacity Building (LCR) à l'Institut de la Banque mondiale ; Une étude de cas : Le développement des centres de médias communautaires, par T. R. Gopalkrishnan, Conférencier, Université de Madras ; Médias communautaires libres et TIC pour le progrès humain, par Karin Delgadillo, Directrice exécutive de ChasquiNet, Equateur ; Journalisme, nouveaux médias et sida dans les Caraïbes, par Jones P. Madeira, conseiller en information, auprès du Conseil épidémiologique des Caraïbes.

 

A 16h30, Oliver Clarke, Président du jury du Prix UNESCO/Guillermo Cano, présidera la séance de clôture. Des conclusions seront proposées par le ministre de l'Information de la Jamaïque, le sénateur Burchell Whiteman, et par Abdul Waheed Khan, Sous-Directeur général de l'UNESCO pour la Communication et l'Information.

 

Egalement à l'occasion de la Journée mondiale de la liberté de la presse, le 2 mai, la Fédération internationale des Journalistes et un groupe d'organisations de médias, des syndicats de journalistes et de groupes pour la liberté de la presse lanceront l'International News Safety Institute (INSI) - une campagne mondiale pour créer une culture de sécurité au sein du monde des médias.




<- retour vers Actualités
Retour en haut de la page