Diversité linguistique globale

Toute discussion sérieuse sur la diversité linguistique à l’échelle internationale ou régionale requiert un indice quantitatif de diversité. Malheureusement, de telles mesures quantitatives de diversité linguistique sont rarement utilisées à l’heure actuelle en recherche linguistique, et aucune mesure reconnue n’est utilisée à grande échelle. Les mesures déjà existantes ont tendance à être plutôt simplistes, tel le nombre de langues ou le nombre de groupes linguistiques.

Un indice de diversité linguistique satisfaisant doit tenir compte de plusieurs facteurs. D’abord, il doit comporter une certaine unité d’analyse, tel un pays, un continent ou Internet. Ensuite, cette diversité linguistique devrait tenir compte des probabilités de trouver des usagers d’une langue particulière. Le minimum naturel devrait être zéro, dans le cas d’une population entièrement homogène, et ne comporter aucune valeur maximale fixe.

Une variété accrue de langues devrait augmenter la valeur de l’indice, mais à mesure que la proportion du groupe linguistique diminue, sa contribution à la diversité devrait aussi diminuer. De cette façon, les pays où l’on retrouve plusieurs groupes linguistiques d’importance semblable (par ex. la Tanzanie) démontreront une diversité linguistique plutôt élevée, tandis que les pays ayant un nombre comparable de langues, mais avec seulement une ou deux langues dominantes (par ex. les États-Unis), afficheront une diversité linguistique relativement peu élevée.

Une mesure qui possède ces propriétés est la construction information-théorique appelée « entropie », sur laquelle nous pouvons baser notre mesure de diversité linguistique. En termes statistiques, l’entropie est une mesure de variance (écart). L’entropie est calculée à partir de la proportion estimée de la population du pays pour chaque langue, multipliée par son logarithme naturel et en faisant la somme de toutes les données pour une unité particulière (pays, région). La valeur de l’indice final représente - 2 fois cette somme.

Le Tableau 1 présente les chiffres pour cette mesure de diversité basée sur l’entropie, dans différentes régions du monde, en fonction des 7 639 chiffres sur les populations linguistiques présentés dans Ethnologue (www.ethnologue.com) et allant de la diversité linguistique la plus faible à la plus élevée.

Retour en haut de la page