L'enseignement du journalisme en Afrique

© Rhodes University

L’action de l’UNESCO pour soutenir l’enseignement du journalisme en Afrique repose sur la ferme conviction que les normes professionnelles sont fondamentales pour établir un système médiatique qui puisse favoriser la démocratie, le dialogue et le développement. En diffusant l’information, les médias rendent possible la participation des citoyens au développement et renforcent les mécanismes de responsabilisation.

A l’heure actuelle, beaucoup d’établissements d’enseignement du journalisme en Afrique ne disposent pas des ressources suffisantes pour mettre en place un environnement de formation répondant à leurs besoins. L’UNESCO a entendu l’appel lancé par les enseignants et les étudiants pour renforcer les capacités des écoles de journalisme afin de former la prochaine génération de journalistes africains.

George Nyabuga. School of Journalism & Mass Communication, Université de Nairobi, Kenya

“L’enseignement de qualité donne aux étudiants les moyens d’acquérir les connaissances et les compétences requises pour collecter, analyser, interpréter et présenter l’information, mais aussi pour comprendre les répercussions de l’information et leur action dans la société.”

Eugénie Aw-Ndiaye. Centre d’études des sciences et techniques de l’information (CESTI), Sénégal

“Une information pertinente et bien présentée dans tous les domaines permet aux citoyens de prendre des décisions ayant une influence sur leur vie, de faire les meilleurs choix et de mieux appréhender les grandes questions sociales, culturelles, économiques et politiques.”

Dans le cadre du projet de l’UNESCO “La nécessité d’un enseignement de journalisme de qualité en Afrique : création de centres d’excellence pour l’enseignement du journalisme”, les établissements les plus prometteurs du continent reçoivent un soutien pour devenir des centres d’excellence d’enseignement du journalisme, grâce à l’amélioration de la formation des enseignants, des programmes d’enseignement, du matériel pédagogique, des centres de ressources pour les médias, des réseaux et des méthodes de gestion. 

  • Programmes d'enseignement : application des modèles de cursus de l’UNESCO et perfectionnement des méthodes d’évaluation.  (en anglais)

  • Formation des enseignants : renforcement des capacités du corps enseignant par la formation et les programmes d’échanges avec d’autres universités.

  • Matériel pédagogique : publication de manuels dans les langues nationales et amélioration de l’accès aux ressources pédagogiques.

  • Centres de ressources pour les médias : fourniture d’équipements et de moyens techniques adaptés à la formation dans le domaine des médias traditionnels et des nouveaux médias.

  • Gestion : renforcement de la gouvernance institutionnelle, de la viabilité et de la coopération avec le secteur des médias.

  • Suivi des médias : renforcement des moyens permettant de juger des progrès accomplis dans le secteur des médias.

  • Réseaux : mise en place de réseaux entre les médias et les établissements d’enseignement du journalisme à l’échelle régionale, nationale et internationale.

Americo Xavier. Mozambican School of Journalism, Mozambique

La Mozambican School of Journalism est en activité depuis 1977. Les journalistes formés dans cette école pionnière travaillent pour des médias publics et privés, ce qui a permis d’améliorer la qualité des contenus de manière significative. Leur apport dans le débat public joue un rôle important dans le pays.

Afin d’élargir la base de soutien du réseau d’écoles de journalisme participant au projet, l’UNESCO recherche des partenariats pour mettre en œuvre ce projet. L’idée a été proposée en mars 2010 lors de la réunion du 27e Conseil intergouvernemental du Programme international de l’UNESCO pour le développement de la communication (PIDC), chargé de mobiliser le soutien international pour contribuer à l’essor des médias dans les pays en développement. Des actions ont également été entreprises avec plusieurs écoles de journalisme pour encourager la coopération Nord-Sud et Sud-Sud.

En outre, un accord spécial a été signé entre l’UNESCO et le Département Ressources Humaines, Science et Technologie de la Commission de l’Union africaine (CUA), afin de renforcer la formation des journalistes, notamment dans le domaine des sciences et des technologies, “en misant sur les centres potentiels d’excellence et de référence”. 

Adberrahim Sami. Institut supérieur de l'information et de la communication (ISIC), Maroc

“Au Maroc, la question de la formation est aujourd’hui au cœur des efforts entrepris pour améliorer le niveau du secteur national des médias. La qualité de la formation fait la qualité des médias et ces médias sont indispensables à la construction et à la consolidation de la démocratie.”

La conception du projet remonte à 2007, lorsque l’UNESCO, pour répondre aux nombreuses demandes des Etats membres, a publié les Modèles de cursus pour la formation au journalisme. Dans le même temps, l’Organisation a mis au point un cadre pour évaluer la qualité des établissements d’enseignement en Afrique. Cette action a abouti à la publication du rapport Critères et indicateurs pour des institutions de qualité de formation au journalisme & Identification de centres potentiels d’excellence de formation au journalisme en Afrique, qui répertorie les centres potentiels d’excellence.

Retour en haut de la page