Multilinguisme sur l’Internet

© UNESCO/Marc Hofer
Un enfant apprend la langue karimojong (Ouganda)

“Les langues sont par excellence des vecteurs de compréhension de l’autre et de tolérance. Le respect de toutes les langues est un facteur clé pour assurer la coexistence pacifique, sans exclusion, des sociétés et, en leur sein, de tous leurs membres” déclarait Mme Irina Bokova, Directrice générale de l’UNESCO, dans son message à l’occasion de la Journée internationale de la langue maternelle 2011.

La Journée internationale de la langue maternelle a été proclamée par l’UNESCO en novembre 1999. Elle a été observée chaque année depuis sa création, afin de promouvoir le multilinguisme et la diversité culturelle et linguistique.

Les langues sont de puissants instruments de défense et de développement de la culture. Les nouvelles technologies de l’information et de la communication (TIC) peuvent être utilisées non seulement pour encourager la diversité linguistique et l’éducation multilingue, mais aussi pour faire connaître les traditions linguistiques et culturelles à travers le monde et pour développer la solidarité fondée sur la compréhension mutuelle, la tolérance et le dialogue.

A l’heure actuelle, moins d’une centaine de langues sont représentées dans le monde numérique. La présence linguistique dans le cyberespace est insuffisante quand on sait le rôle croissant de ce médium dans l’accès à l’éducation et à l’information, et dans l’édification de sociétés du savoir inclusives.

Afin de promouvoir le multilinguisme sur l’Internet, le Secteur de la communication et de l’information de l’UNESCO encourage :

  • le développement de politiques linguistiques pour promouvoir et favoriser la diversité linguistique sur l’Internet ;
  • la création et la diffusion de contenu en langues locales ;
  • l’accès aux ressources numériques multilingues sur l’Internet ;
  • l’utilisation des TIC pour la protection des langues ;
  • la coopération avec d’autres organisations internationales et professionnelles pour définir des politiques, des réglementations, des recommandations techniques et des bonnes pratiques en matière de multilinguisme et de ressources et d’applications multilingues, y compris le traitement informatique des langues.

Diversité linguistique et nouvelles technologies : réunion-débat

L’UNESCO organise le 21 février (salle IV, de 9 h à 17 h 30) une réunion d’information sur les activités autour des nouvelles technologies, des langues et du multilinguisme. Des linguistes, des experts et des représentants de l’UNESCO, de l'Organisation internationale de la Francophonie et de l’Union latine rendront compte des dernières mises à jour de l'Atlas interactif des langues en danger dans le monde, ainsi que des premiers résultats d’un projet de l’UNESCO portant sur l’analyse des tendances linguistiques depuis les années 1950. Des débats sur l’éducation bilingue et les nouvelles technologies sont également prévus au programme. 
 

Principales activités relatives au multilinguisme organisées en 2010 par le Secteur de la communication et de l’information de l’UNESCO

Recommandation sur la promotion et l’usage du multilinguisme et l’accès universel au cyberespace

L’UNESCO prépare le deuxième rapport récapitulatif sur les mesures prises par les Etats membres pour donner effet à la Recommandation sur la promotion et l’usage du multilinguisme et l’accès universel au cyberespace, adoptée par la Conférence générale en octobre 2003. Le deuxième rapport récapitulatif sera examiné par le Conseil exécutif à sa 186ème session, avant d’être présenté à la 36ème session de la Conférence générale.
 

Forum sur la gouvernance de l’Internet 2010

En première ligne du débat sur la gouvernance de l’Internet, l’UNESCO a organisé un forum ouvert dans le cadre du Forum sur la gouvernance de l’Internet (FGI) 2010. Les principaux domaines de compétence de l’UNESCO sont l’éthique, le multilinguisme et le renforcement des capacités.

Au FGI 2010, l’UNESCO et l’ICANN (Internet Corporation for Assigned Names and Numbers) ont signé une lettre d’intention dans laquelle ils réaffirment leur intérêt commun dans l’internationalisation du système de noms de domaine Internet (DNS). Les deux organisations ont convenu de collaborer au développement et à l’internationalisation du système de noms de domaine et d’entreprendre diverses activités. En ce qui concerne l’UNESCO, le principal objectif de cet effort conjoint est d’aider ses Etats membres en créant une table de référence en cyrillique des noms de domaine des pays dont la langue officielle utilise l’alphabet cyrillique.

Au forum ouvert organisé par l’UNESCO au FGI 2010, Rod Beckstrom, président-directeur général de l’ICANN, a déclaré : “L’ICANN se réjouit du projet de l’UNESCO d’apporter son soutien à tous ceux qui désirent participer à la procédure accélérée mais qui ont besoin d’une assistance linguistique pour préparer leur demande. L’ICANN met également son équipe à la disposition de tous ceux qui ont besoin d’une assistance d’ordre général”.

Jānis Kārkliņš, sous-directeur général de l’UNESCO pour la communication et l’information, a confirmé que “l’UNESCO, dans le cadre de son mandat, est bien placée pour inviter, inciter et aider ses Etats membres à participer au développement d’une table de référence des codes géographiques IDN ccTLD. Les deux organisations reconnaissent l’importance de l’Internet pour édifier des sociétés du savoir inclusives, pour renforcer et promouvoir la diversité culturelle et linguistique dans le cyberespace”.
 

Publications

© UNESCO
Couverture de la publication de l'UNESCO

Douze années de mesure de la diversité linguistique sur l’Internet : bilan et perspectives

L’UNESCO a publié, en collaboration avec FUNREDES et l’Union latine, une étude intitulée Douze années de mesure de la diversité linguistique sur l’Internet : bilan et perspectives. Des recherches entreprises de 1996 à 2008 ont permis d’élaborer des indicateurs intéressants pour mesurer la diversité linguistique. L’étude présente diverses méthodes employées au cours de ces douze années pour mesurer la diversité linguistique sur l’Internet. Les résultats mettent en évidence certains des mythes entourant les chiffres existants, notamment en ce qui concerne la présence dominante de l’anglais sur la Toile. La relation entre les langues sur l’Internet et la diversité linguistique dans un pays indique que les pays ont un rôle important à jouer dans l’adoption d’une politique linguistique appropriée pour l’Internet. Une telle politique linguistique nécessite un volet spécifique pour traiter la diversité linguistique dans le monde virtuel, ainsi que des chiffres pertinents basés sur des indicateurs fiables afin d’évaluer la situation.
 

Audiovisuel public et développement linguistique : étude à paraître

L’UNESCO est en train de finir une étude sur l’audiovisuel public et le développement linguistique dans cinq pays (Afrique du Sud, Canada, Inde, Jamaïque et Liban). Le rapport de synthèse décrit le rôle joué par l’audiovisuel public en matière de développement linguistique. Il présente les différentes approches adoptées par chaque pays pour promouvoir les langues minoritaires ou moins répandues dans l’audiovisuel public. Le rapport sera bientôt disponible en ligne.

Retour en haut de la page