Gros plan sur le patrimoine de la Mémoire du monde : la lecture est la nourriture de l’esprit

Le Registre de la Mémoire du monde de l’UNESCO répertorie le plus ancien livre imprimé à l’aide de caractères mobiles métalliques, la Bible à 42 lignes de Gutenberg et de nombreuses collections retraçant l’œuvre d’écrivains célèbres, tels que Hans Christian Andersen, Astrid Lindgren, Christopher Okigbo et Derek Walcott.

Faites une recherche sur Internet de phrases à propos des livres et de la lecture. Vous obtiendrez une très longue liste de résultats, avec des citations de centaines d’amateurs de livres, célèbres ou méconnus.

Rien de surprenant pour les millions de lecteurs qui aiment les livres. Depuis que les hommes écrivent, l’envie de lire n’a cessé de croître. Mais les livres ne seraient pas ce qu’ils sont aujourd’hui sans l’invention de l’imprimerie à caractères mobiles, qui a permis de produire plus facilement, plus vite et à moindre coût des ouvrages accessibles au plus grand nombre.

Baegun hwasang chorok buljo jikji simche yojeol (vol.II), Second volume de l'"Anthologie des enseignements zen des grands prêtres bouddhistes"

Caractères métalliques restaurés du Jikji

  • Année de soumission: 2001
  • Année d'inscription: 2001
  • Pays: République de Corée
  • Lien

Ce que peu de gens savent c’est qu’en juillet 1377, soit près de soixante-dix ans avant que l’Allemand Johannes Gutenberg n’imprime sa Bible à 42 lignes avec des caractères mobiles en métal, un groupe de prêtres bouddhistes avait déjà imprimé en Corée deux volumes à l’aide de cette technique.
 
Aujourd’hui, le Buljo jikji simche yojeo, connu sous le nom de Jikji, est considéré comme le plus ancien livre imprimé à l’aide de caractères mobiles métalliques. Ce traité en deux volumes, compilé pour transmettre l’essence du bouddhisme zen, fut imprimé dans un temple de la ville de Cheongju.  

On ignore où se trouve le premier volume, mais le deuxième fut acheté par un diplomate français à la fin du XIXe siècle et il est aujourd’hui conservé à la Bibliothèque nationale de France.

La collection Derek Walcott

  • Année de soumission : 1997
  • Année d'inscription : 1997
  • Pays : Trinité-et-Tobago
  • Lien

De nombreux auteurs figurent dans le Registre de la Mémoire du monde de l’UNESCO. C’est le cas de Derek Walcott, prix Nobel de littérature en 1992 et lauréat du prix de poésie T.S. Eliot en 2011. Né à Sainte-Lucie en 1930, Walcott publie ses premiers poèmes à compte d’auteur à l’âge de 18 ans, mais c’est son recueil In a Green Night paru en 1962, qui lui vaut une renommée internationale.

Profondément enracinée dans la culture antillaise métissée d’influences africaines, asiatiques et européennes, sa poésie est porteuse d’un message universel. Walcott a également écrit de nombreuses pièces de théâtre. Il poursuit une carrière universitaire tout en continuant d’écrire.

La collection Derek Walcott comporte les journaux, les manuscrits et la correspondance de l’auteur.

La Collection Christopher Okigbo

© Christopher Okigbo Foundation (COF)

  • Année de soumission : 2007
  • Année d'inscription : 2007
  • Pays : Afrique
  • Lien

Un de ses contemporains, Christopher Okigbo, considéré par de nombreux critiques comme le plus grand poète africain du XXe siècle, a connu un destin plus tragique. Né en 1932 au Nigeria oriental, qui était encore à l’époque sous domination coloniale britannique, Okigbo est révélé, comme Walcott, en 1962 lorsqu’une revue littéraire publie ses poèmes. 

Mais le Nigeria, devenu indépendant en 1963, traverse une période troublée et Okigbo va délaisser les thèmes personnels pour s’engager dans une poésie plus politique. En juillet 1967, il rejoint l’armée séparatiste du Biafra. Il est tué au combat au mois d’août, au cours d’un des premiers affrontements de la guerre civile. 

La collection Okigbo comporte les manuscrits et les poèmes non publiés de l’auteur. Reconnu comme poète anglophone, Okigbo a aussi écrit des poèmes expérimentaux dans sa langue maternelle, l’igbo, qui sont considérés comme un jalon dans l’évolution de la poésie igbo. Ces écrits sont également conservés dans la collection.

Le Registre de la Mémoire du monde

L’inscription sur le Registre de la Mémoire du monde a pour objectif de susciter l’intérêt du public et de contribuer à la conservation de ce patrimoine documentaire qui nous aide à comprendre notre société dans toute sa complexité.

Au fil des siècles, notre patrimoine documentaire a été durement malmené par les guerres, les troubles sociaux, le pillage, le trafic illicite, la destruction, les mauvaises conditions de conservation et les restrictions budgétaires.

La prise de conscience de cette situation alarmante, associée à la conviction qu’a l’UNESCO que le patrimoine documentaire mondial appartient à l’ensemble de l’humanité et doit être protégé, a abouti en 1992 à la mise en place du programme Mémoire du monde.

Le programme a pour mission d’identifier les collections de bibliothèques et les fonds d’archives présentant un intérêt universel et de contribuer à leur conservation et à leur diffusion. L’inscription d’une collection sur le Registre de la Mémoire du monde, créé en 1995, fait partie de ce processus.

Retour en haut de la page