A LA UNE - DOSSIERS - 2012

© Marisol Cano Busquets


Prix mondial de la liberté de la presse UNESCO/Guillermo Cano 2013

L’UNESCO invite les Etats membres et les organisations internationales et régionales, professionnelles et non gouvernementales, travaillant dans le domaine du journalisme et de la liberté d’expression à proposer des candidats pour le Prix mondial de la liberté de la presse UNESCO/Guillermo Cano. Le prix a pour vocation de récompenser les journalistes engagés dans la défense de la liberté d’expression et d’information, en leur apportant la reconnaissance internationale qu’ils méritent. Doté d’un montant de 25 000 USD, le prix est décerné tous les ans lors d’une cérémonie officielle. La remise du Prix aura lieu à l’occasion de la conférence de la Journée mondiale de la liberté de la presse qui se tiendra le 3 mai 2013.

Concours Eyeka en soutien à la Journée mondiale de la liberté de la presse


La sécurité des journalistes : Pourquoi est-ce important ?

Plus de 600 journalistes et professionnels des médias ont été tués au cours des dix dernières années. Ainsi, chaque semaine en moyenne, un journaliste perd sa vie pour donner de nouvelles actualités et des informations au public. Pour en finir avec la violence contre les journalistes et pour lutter contre l'impunité, le président du Conseil exécutif des Nations Unies a approuvé le premier Plan d'action de l’ONU sur la sécurité des journalistes et la question de l'impunité, en Avril 2012, selon un processus mené par l'UNESCO. Afin de faire progresser le plan et produire des stratégies concrètes, une seconde réunion inter-agences des Nations Unies a été organisée par l'UNESCO à Vienne, en Autriche, les 22 et 23 Novembre 2012. 

© UNESCO


L’Heure de la Syrie : l’UNESCO soutient une émission de radio destinée aux réfugiés syriens dans le nord de la Jordanie

La première émission en direct du programme bihebdomadaire Al-Sa'a Al-Suriyya – L’Heure de la Syrie, a été diffusée sur Yarmouk FM 105.7, le mercredi 14 novembre 2012. L’émission fait partie d’un projet visant à fournir une plateforme d’information et de communication aux réfugiés syriens dans le nord-est de la Jordanie, y compris à Irbid et ses alentours. L’objectif est de diffuser des informations sur les services d’aide accessibles aux réfugiés, sur leurs droits et devoirs ainsi que de fournir des conseils de toutes sortes. Un grand nombre de réfugiés manquent toujours d’informations sur leurs droits et les services d’aides auxquels ils ont droit comme l’assistance alimentaire, l’éducation, la santé ou le soutien psychologique.

© UNESCO


Tunisie, le chemin vers la démocratie

La révolution tunisienne, qui a abouti sur le renversement du gouvernement Ben Ali le 14 janvier 2011, a démontré la force de la volonté qu’ont les Tunisiens à faire respecter leurs droits. Aujourd’hui, le pays doit relever le défi de la transition démocratique. Les premières élections libres depuis la révolution se sont tenues le 23 octobre 2011 ; elles ont permis d’élire les représentants de l’Assemblée nationale constituante (ANC), chargés de rédiger la nouvelle constitution de la Tunisie. Dans ce pays où est apparu le mouvement du printemps arabe, la construction de la démocratie, de la bonne gouvernance et du développement inclusif ne fait que commencer.

© UNESCO


Le district de Karagwe fête le cinquième anniversaire de sa radio communautaire financée par le PIDC

La radio communautaire FADECO fête son cinquième anniversaire. Établie dans le village de Kayanga du district de Karagwe, en République-Unie de Tanzanie, cette radio a été créée en 2007 après réception d’équipements et d’une formation de base de la part du Programme intergouvernemental pour le développement de la communication (PIDC) de l’UNESCO. Au fil de ses cinq années d’activité, la radio communautaire FADECO a contribué au développement du district de Karagwe en fournissant une plateforme aux débats de la communauté en matière de développement. Dans le domaine de l’agriculture, par exemple, la radio FADECO a encouragé les producteurs de café tanzaniens à augmenter leurs prix en les informant que ceux pratiqués dans des pays voisins (Rwanda et Burundi) étaient supérieurs.

© UNESCO


Mémoire du monde : conserver des documents pour lutter contre l’amnésie collective

Nous ne pouvons construire notre avenir si nous ne connaissons pas notre passé. Cette conviction est le moteur de la conférence internationale La Mémoire du monde à l’ère numérique : numérisation et préservation de l’UNESCO qui se tiendra du 26 au 28 septembre 2012 à Vancouver (Canada). Cette conférence aura pour objectif l’élaboration de stratégies pour préserver notre patrimoine, dont la conservation passe aujourd’hui de plus en plus par l’Internet. Les technologies numériques étant devenues les principaux moyens de création et de transmission du savoir, la vulnérabilité du patrimoine numérique sous forme documentaire constitue une préoccupation majeure.

© UNESCO


La maîtrise de l'information et des médias pour les sociétés du savoir

From 24 to 28 June 2012 130 participants from 40 countries representing all continents gathered for the International Conference on Media and Information Literacy (MIL) for Knowledge Societies in Moscow, Russian Federation. The Conference objectives were to raise public awareness, identify key challenges, outline policies and strategies, and propose possible responses to crucial MIL issues.

© UNESCO


Le Congrès des Ressources éducatives libres adopte une déclaration historique

Au cours du mois de juin, Paris a été le témoin d’un rassemblement exceptionnel de ministres de l’éducation, de responsables politiques de haut niveau, d’experts, de chercheurs et d’autres acteurs venus du monde entier à l’occasion du Congrès mondial 2012 des Ressources éducatives libres (REL), qui s’est déroulé au Siège de l’UNESCO et dont l’un des principaux objectifs était l’adoption de la Déclaration de Paris sur les REL 2012.

© UNESCO


Présenter la science du changement climatique en Afrique du Sud

L’Université de technologie de Tshwane et le Centre d’études terrestres et de climatologie appliquée ACCESS ont accueilli un premier atelier destiné aux journalistes et à la communauté scientifique. Son objectif : mieux informer le grand public sur les actualités scientifiques qui peuvent influer sur leur avenir et celui de la planète. L’atelier « Présenter la science du changement climatique » s’est donc déroulé à Pretoria du 4 au 5 juin 2012. Il a principalement été consacré à la science du changement climatique, aux menaces qui visent le sud de l’Afrique et aux stratégies de réaction à mettre en œuvre à l’échelle nationale comme au niveau local, mais surtout comment mieux transmettre des informations complexes au grand public.

© UNESCO


La liberté de la presse en Asie du Sud redonne une voix aux laissés pour compte

En Inde, la Journée mondiale de la liberté de la presse 2012 a été célébrée au cours d’une conférence portant sur le thème « Voix rurales : redonner une voix aux laissés pour compte ». L’événement est le fruit des efforts conjoints de l’UNESCO, de l’Institut pour la recherche et le développement rural (IRRAD) et de la fondation Sesame Workshop India. Organisée dans les locaux de l’IRRAD, à Gurgaon, la rencontre a rassemblé plus de 150 participants parmi lesquels des représentants de l’ordre médiatique, d’associations professionnelles, d’agences de développement, du gouvernement, du monde académique et d’organisations de la société civile.

© UNESCO


Améliorer le suivi des droits de l’homme au Timor-Leste

L’année 2012 marque la transition du Timor-Leste vers la démocratie. Des élections présidentielles viennent d’être tenues, le nouveau parlement sera élu en juin et la Mission intégrée des Nations Unies au Timor-Leste, créée au lendemain de l’indépendance, touche à sa fin. Soutenant l’idée que les médias sont un élément incontournable pour consolider une démocratie, l’UNESCO participe au renforcement des capacités des journalistes timorais et leur fournit les outils nécessaires pour qu’ils puissent faire état de l’avancement des questions des droits de l’homme dans leur pays.

© UNESCO


Tunisie : l’UNESCO soutient une radio associative à Gafsa

Située dans un appartement à l’éclairage hasardeux d’un immeuble inachevé, la radio la Voix des mines de Gafsa (350 kilomètres au sud de Tunis) représente une expérience inédite en Tunisie. C’est en effet l’une des rares radios associatives du pays, le type de médias qui a encore du mal à émerger entre les médias publics et privés. La radio la Voix des mines de Gafsa (Sawt al Manajem en arabe) a débuté sur internet en février 2011 avec un groupe d’une demi-douzaine de journalistes citoyens, soit quelques semaines après la révolution qui a fait chuter l’ancien régime du Président Ben Ali. Mais elle est aujourd’hui en train de prendre un nouvel essor avec le soutien de l’UNESCO et de l’Association mondiale des radiodiffuseurs communautaires (AMARC).