Le district de Karagwe fête le cinquième anniversaire de sa radio communautaire financée par le PIDC

Présentatrice radio utilisant un système hybride fabriqué au niveau local pour interagir avec les auditeurs de la radio FADECO - © UNESCO

La radio communautaire FADECO fête son cinquième anniversaire. Établie dans le village de Kayanga du district de Karagwe, en République-Unie de Tanzanie, cette radio a été créée en 2007 après réception d’équipements et d’une formation de base de la part du Programme intergouvernemental pour le développement de la communication (PIDC) de l’UNESCO.

Au fil de ses cinq années d’activité, la radio communautaire FADECO a contribué au développement du district de Karagwe en fournissant une plateforme aux débats de la communauté en matière de développement. Dans le domaine de l’agriculture, par exemple, la radio FADECO a encouragé les producteurs de café tanzaniens à augmenter leurs prix en les informant que ceux pratiqués dans des pays voisins (Rwanda et Burundi) étaient supérieurs. « Le prix du café est passé de 3 000 à 15 000 shillings tanzaniens. Nous sommes fiers d’avoir contribué à cette hausse », a déclaré Joseph Sekiku, directeur de la radio communautaire FADECO.

Groupe de femmes du village d’Ihanda montrant leurs produits agricoles - © UNESCO

Dans le village d’Ihanda, la radio FADECO a permis de promouvoir un projet d’élevage de poules dont 87 familles sont à présent les bénéficiaires. La gestion de ce projet est assurée avant tout par des personnes qui étaient auparavant femmes au foyer. Selon la présidente du projet d’élevage de poules d’Ihanda, ce dernier a permis d’améliorer la nutrition et les revenus des familles du village. L’augmentation des revenus, qui dans la plupart des cas est imputable aux mêmes exploitantes, favorise la scolarisation des enfants. Chaque famille produit 20 œufs par jour en moyenne. Grâce aux actions de la FADECO, le conseil du district de Karagwe a pris en charge le projet et le soutient en mettant à disposition une fraiseuse pour la production d’aliments pour les poules.

La radio encourage également le soutien et la compréhension de la communauté quant au processus de révision constitutionnelle en cours en invitant des juristes à mener des débats sur ce sujet.

La directrice du Bureau de l’UNESCO à Dar es Salaam dévoile la plaque officielle d’inauguration de la radio FADECO - © UNESCO

La cérémonie d’inauguration officielle, qui n’avait pas pu avoir lieu plus tôt pour des raisons de sécurité, s’est tenue en présence de la représentante et directrice du Bureau de l’UNESCO en Tanzanie, Vibeke Jense, le 21 septembre 2012.

À l’occasion de la cérémonie, des centaines de citoyens du district de Karagwe se sont pressés sur le terrain de football de Kayanga pour participer aux célébrations. Quelque vingt personnes et organisations locales se sont succédé pour témoigner de la contribution de la FADECO au développement socioéconomique du district.

Les exposants et les entrepreneurs du district de Karagwe utilisent la radio pour faire la promotion de leurs produits. Ici, un fabricant de bicyclettes en bois présente sa production - © UNESCO

La commissaire du district de Karagwe, Darry Rwegasira, a déclaré qu’elle prenait très à cœur le soutien aux médias communautaires, en tant que moyens de stimuler le développement.

Elle a fortement encouragé la radio à poursuivre et à aller encore plus loin dans son travail en faveur de l’autonomisation des femmes et notamment ses actions contre les violences liées au genre, par exemple celles visant la sorcellerie, qui affectent principalement les femmes âgées.

Au cours de la semaine de célébrations se tenant dans le district de Karagwe, 30 journalistes travaillant au sein de trois autres radios communautaires de Tanzanie ont bénéficié d’une formation sur l’utilisation des TIC pour promouvoir les débats de la communauté en matière de développement. Cette formation était financée par l’UNESCO et l’agence suédoise de développement (SIDA).

Cette année, l’UNESCO soutient trois radios communautaires dans les villages de Loliondo, de Kahama et de Makunduchi.

Retour en haut de la page