L’UNESCO lance de nouveaux cursus et dévoile l’Initiative mondiale d'excellence pour l'enseignement du journalisme

L’UNESCO vient de lancer dix nouveaux cursus spécialisés, intitulés Model Curricula for Journalism Education: A Compendium of New Syllabi. La nouvelle publication cherche à combler les lacunes en termes de littérature spécialisée nécessaire aux enseignants en journalisme pour répondre aux nouveaux défis. Ces cursus spécialisés et orientés au monde du journalisme touchent des thèmes tels que la viabilité des médias, l’exploitation de données, le dialogue interculturel, la communication, la crise humanitaire, le trafic d’êtres humains, la participation communautaire, la science et la bioéthique ou encore l’inégalité des sexes. Cette nouvelle publication se base sur le modèle de cursus original de l’UNESCO développé en 2007 et adopté par plus de 60 pays.

L’UNESCO participe au Conseil mondial de l'enseignement du journalisme

Fackson Banda délivrant son discours lors du WJEC. Courtoisie de VNOJ

La nouvelle publication a été lancée lors de la troisième édition du Conseil mondial de l'enseignement du journalisme (WJEC3) qui a eu lieu à Malines en Belgique le 5 juillet et qui a accueilli plus de 300 personnes. Dans son discours de présentation, Fackson Banda, spécialiste du programme et éditeur du livre, a affirmé : « Cette collection se base sur le modèle de cursus original de l’UNESCO développé en 2007 et lancé lors du premier congrès du Conseil mondial de l'enseignement du journalisme (WJEC) à Singapour ». 

Tandis que le modèle de cursus original se centrait sur les pays en voie de développement et les démocraties émergentes, ces nouveaux cursus sont pertinents pour toutes les sociétés démocratiques dans lesquelles la formation en journalisme représente une part importante des efforts nationaux pour promouvoir le développement de médias libres, indépendants et pluralistes. L’utilisation de sources de références mondiales et un accent renforcé sur les ressources en ligne et la sensibilisation de la parité entre les sexes font parties des valeurs ajoutées de ces nouveaux cursus.

La Directrice générale de l'UNESCO, Irina Bokova, adresse un discours vidéo au 3e Congrès WJEC. Courtoisie de VNOJ

A l’ouverture du premier jour du congrès (3 juillet), la Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, a souligné la pertinence du modèle de cursus original et a incité les plus de 300 participants venant de plus de 55 pays à « continuellement réviser le cursus pour s’assurer que la formation en journalisme s’adapte aux changements dans le monde ».

Succès du modèle de cursus pour la formation en journalisme

Adopté par plus de 60 pays, le modèle de cursus original a été traduit en arabe, chinois, farsi, français, népalais, portugais, russe et espagnol, montrant ainsi sa pertinence et son intérêt. Il est prévu de donner un accès libre au modèle de cursus afin de maximiser sa valeur utilitaire de ressource pédagogique partagée.

Lors de son discours de présentation, Banda a aussi dévoilé les plans de l’UNESCO pour la mise en place de l’Initiative mondiale d'excellence pour l'enseignement du journalisme. L’initiative se base sur l’applicabilité et l’intérêt toujours grandissant du modèle de cursus original ainsi que sur l’initiative UNESCO des Centres d’excellence pour l'enseignement du journalisme en Afrique lancée en 2007.

Cette initiative représente la seconde phase inclusive de l’initiative des centres africains qui cherche à soutenir les efforts des écoles africaines à renforcer leurs capacités dans les domaines de l’enseignement, du développement stratégique et de la portée professionnelle.

Initiative mondiale d'excellence pour l'enseignement du journalisme

© UNESCO

Cette nouvelle phase consiste à intégrer les centres africains au courant mondial de formation en journalisme en collaborant avec Orbicom, le réseau de chaires UNESCO en communication basé à Montréal.

L’initiative est clairement axée pour présenter la formation en journalisme en tant qu’élément clé du développement des médias stimulé par les connaissances. Le développement des médias stimulé par les connaissances fait partie du Programme international pour le développement de la communication (PIDC) adopté en mars 2013 afin de mettre en valeur le rôle du savoir et de l’apprentissage pour informer et mener les efforts de l’UNESCO dans le domaine du développement des médias.

Cette nouvelle initiative présente un cadre cohérent et cohésif pour les interventions mondiales de l’UNESCO dans l’enseignement en journalisme. Sa priorité reste la promotion et le soutien de partenariats Sud-Sud et Nord-Sud viables au sein des écoles de journalisme en se centrant sur un ensemble de principes clés d’excellence en matière d’enseignement, de recherche et de portée professionnelle.

Une série de consultations achevées et actuellement en cours compte parmi les efforts faits pour élaborer et mettre en place l’initiative.

L’une des premières consultations a pris la forme d’un discours prononcé par Janis Karklins, Sous-directeur général pour l’information et la communication à l’UNESCO lors d’une conférence animée par Orbicom et la Haute Autorité de la Communication Audiovisuelle du Maroc (HACA) les 25 et 26 mai 2013 à Rabat, Maroc.

Une autre consultation initiale a pris la forme d’un discours prononcé par Frackson Banda lors d’une conférence sur le reportage de situations en conflit à laquelle Dr. Peter Laufer, Professeur en journalisme titulaire de la chair James Wallace à l’université d’Oregon, a participé. La conférence a été organisée par la mission américaine auprès de l’UNESCO le 12 juin 2013.

Par la suite, d’autres consultations indirectes au sujet du nouveau cursus et de l’initiative mondiale ont eu lieu lors de discussions de groupes et de syndicats dans lesquelles l’UNESCO s’était engagé lors du WJEC. Banda a représenté l’UNESCO en présidant le syndicat des Jeunes journalistes sur les thèmes mondiaux et en participant en tant que membre du comité au sujet du reportage international sur la formation en journalisme. Par ailleurs, l’UNESCO a travaillé avec l'Initiative d'une société ouverte pour le Sud de Afrique (OSISA) pour inviter dix formateurs en journalisme africains à participer au WJEC en tant que panélistes sur le thème des Méthodes d'enseignement du journalisme et la spécialisation des journalistes dans les écoles de journalisme africaines.

Tandis que d’autres consultations sont prévues, l’UNESCO cherche à consolider la participation des intervenants en définissant la manière dont l’initiative mondiale pourra tirer profit des succès du modèle de cursus original et de l’initiative des centres africains dans la promotion de l’excellence en matière d’enseignement du journalisme. Dans cette optique, l’Afrique sera la première région bénéficiaire de toute intervention à venir.

Retour en haut de la page