Wangari Maathai

Et le Mouvement de la ceinture verte

Wangari Maathai (1940-2011), première femme d’Afrique de l’Est et d’Afrique centrale à avoir obtenu un doctorat, était professeure d’université et militante écologiste et des droits humains. En 1977, elle fonda le Mouvement de la ceinture verte, une organisation non gouvernementale qui encourageait les femmes à planter des arbres pour lutter contre la déforestation et la dégradation de l’environnement. A ce jour, on estime à plus de 50 millions le nombre d’arbres plantés grâce à ce mouvement.

Au fil de son parcours, elle réussit à étendre ses convictions aux communautés locales en édifiant un vaste réseau d’alliances nationales et internationales. Le Mouvement de la ceinture verte devint un modèle pour les organisations de femmes. Consciente que les enjeux environnementaux étaient de plus en plus étroitement liés aux questions de gouvernance, de paix et de droits humains, Wangari Maathai s’appuya sur le Mouvement de la ceinture verte pour lutter contre les abus de pouvoir, tels que l’accaparement de terres publiques ou la détention illégale d’opposants politiques.

Elle fut élue au Parlement de la République du Kenya lors du retour effectif au multipartisme en 2002, puis entra au Ministère de l’Environnement et des Ressources naturelles en tant que Ministre adjointe. En 2004, elle devint la première femme africaine à recevoir le prix Nobel de la paix.

Les illustrations présentées dans cette bande dessinée proviennent d’un travail de recherche historique et iconographique sur Wangari Maathai, ainsi que sur la République du Kenya au 20e siècle. Elles ne prétendent aucunement représenter avec exactitude les faits, les personnages, l’architecture, les coiffures et les parures de l’époque.

Téléchargement

Détails

Lumière sur les femmes !

La collection Femmes dans l’histoire de l’Afrique, ainsi que le site web du même nom, poursuivent l’objectif de mettre en lumière une sélection de 20 figures féminines. Cette sélection ne représente qu’une infime partie de la contribution des femmes africaines, qu’elles soient connues ou anonymes, à l’histoire de leur pays, de l’Afrique et de l’humanité tout entière. A travers cette initiative,  l’UNESCO souhaite mettre en exergue leur héritage et inviter à poursuivre la recherche sur le rôle des femmes dans l’histoire africaine.

Retour en haut de la page