La Fondation arabe pour l’Image (Liban) et Farouk Mardam-Bey (France) lauréats de la 12e édition du Prix

L'équipe de la Fondation Arabe pour l'Image et Farouk Mardam-Bey. © Kassim Dabaji, Mind the gap & Laurent Denimal

La Directrice générale de l’UNESCO, Mme Irina Bokova, a nommé, sur recommandation du Jury international, la Fondation arabe pour l’Image (Liban) et l’éditeur Farouk Mardam-Bey (France) lauréats de la 12e édition du Prix UNESCO-Sharjah pour la culture arabe. Le prix a été remis le vendredi 2 mai, dès 11 h 00, lors d’une cérémonie organisée à la Maison de l’UNESCO, en présence de la Directrice générale et de Son Altesse Sheikha Bodour Bint Sultan al-Qassimi, princesse de l’Émirat de Sharjah.

À l’occasion de la remise du prix, une exposition intitulée « Sûra wa Kalima, Périple photo-romanesque à travers le monde arabe », présentant une sélection des archives photographiques de la Fondation arabe pour l’Image illustrée d’extraits de textes de littérature arabe édités par Farouk Mardam-Bey a été inaugurée.

Un prix pour la culture arabe, son histoire, ses valeurs

Créé en 1998, le Prix UNESCO-Sharjah pour la culture arabe récompense, chaque année, deux lauréats – personnalités, groupes ou institutions – ayant œuvré, par leur travail et leurs réalisations exceptionnelles, à la diffusion d’une meilleure connaissance de l’art et de la culture arabes.

Les candidats au Prix UNESCO-Sharjah pour la culture arabe doivent avoir contribué de manière significative au développement, à la diffusion et à la promotion de la culture arabe dans le monde. Les lauréats sont choisis par la Directrice générale de l’UNESCO, sur recommandation d’un Jury international d’experts, pour la réputation internationale qu’ils doivent avoir acquise dans ce domaine et pour s'être distingués par des actions méritoires pendant plusieurs années. Ainsi, les lauréats contribuent-ils à la promotion du dialogue culturel et à la revitalisation de la culture arabe.

Vingt-deux personnalités ont reçu les honneurs de ce Prix – doté d’un montant de 60 000 dollars des États-Unis, répartis en parts égales entre les deux lauréats (30 000 US $ chacun) – en reconnaissance des travaux qu’ils ont réalisés dans les domaines qui sont les leurs, rayonnant à travers tout le monde arabe et au-delà. Chercheurs, artistes, philosophes, écrivains, traducteurs, etc., ils puisent tous dans la mémoire de la culture arabe comme source de leur créativité.

À l’heure de la mondialisation, des profonds changements politiques et des mutations sociales que connaît le monde, le Prix incarne pleinement les valeurs de compréhension mutuelle citées dans l’Acte constitutif de l’UNESCO. En récompensant des carrières, des vies dont tous les efforts ont été de promouvoir une culture à laquelle nous devons beaucoup, le Prix UNESCO-Sharjah pour la culture arabe œuvre pour une meilleure connaissance des cultures et pour leur dialogue. Que les arts et la culture arabe aient laissé leur empreinte partout dans le monde, et que leurs expressions se fécondent mutuellement, en allant jusqu’à échanger autour des cultures d’autres rives… Nous ne pouvons trouver de meilleur terrain où cultiver la paix. 

Retour en haut de la page