Lauréats du Prix Sharjah pour la culture arabe

2012

.             Mustafa Chérif (Algérie) contribue depuis plus de trente ans à la promotion du dialogue interculturel et à la connaissance des cultures arabo-musulmanes. Ancien diplomate et homme politique, il a également consacré une partie de sa carrière à l’enseignement scientifique. Chercheur, il a mis en place des modules d’enseignement des civilisations et cultures arabo-musulmanes à l’Université d'Alger, à l’École supérieure de Sciences politiques et Relations internationales d'Alger, ainsi qu’à l’Université ouverte de Catalogne. II est le cofondateur du Groupe d'amitié islamo-chrétien et du Forum mondial islamo-catholique. Essayiste, il a publié de nombreux ouvrages sur l’islam et le dialogue interreligieux.

.        L’Arab British Centre (Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord) est une organisation indépendante à but non-lucratif qui œuvre à promouvoir la connaissance du monde arabe. Le Centre offre, entre autres, des cours de langue et de calligraphie arabes et organise des manifestations culturelles, avec la collaboration d’autres organisations qu’il finance (le magazine de littérature arabe Banipal, Peace and Prosperity Trust, Caspian Arts Foundation). Le projet majeur de 2012 était une semaine cinématographique à l’Institute of Contemporary Art, intitulée « Safar, un voyage à travers le cinéma populaire arabe ». L’ABC s’emploie à lutter contre les préjugés dont souffrent la culture et les sociétés arabes en organisant des débats et des tables rondes ainsi que des événements culturels.

2011

·         Elias Khoury (Liban), est romancier, dramaturge et critique universitaire. Il est considéré comme l’une des grandes figures intellectuelles arabes d’aujourd’hui. Auteur d’une dizaine d’ouvrages traduits dans plus de treize langues, dont l’hébreu, son œuvre littéraire se penche sur l’histoire et traite des questions fondamentales de l'être humain. Dans ses romans, l’arabe classique et l’arabe dialectal s’entrelacent pour livrer un témoignage de la fierté et des blessures des pays du Monde arabe. Son action visant à tisser des liens entre les diverses formes de langage et les différentes cultures lui a valu le prix UNESCO-Sharjah pour la culture arabe 2011.

 

·         João Baptista de Medeiros Vargens (Brésil), est éditeur, auteur, traducteur, lexicologue et professeur de langue et civilisation arabes. Intéressé d'abord par l’influence de la langue arabe sur le portugais, J. B. de Medeiros s’est employé à mettre en valeur la présence de la civilisation arabo-musulmane au Brésil et, plus généralement, dans les pays lusophones. Le Prix UNESCO-Sharjah pour la culture arabe 2011 lui est attribué pour son engagement à mettre en avant l’apport considérable de la culture arabe, ainsi que pour son action infatigable de passeur entre le monde arabe et le Brésil.

 

2010

  • Ali Mahdi Nouri (Soudan) est acteur et directeur de théâtre. Il est mondialement salué pour ses recherches et son travail relatifs à l’utilisation du théâtre dans la résolution de conflits, ainsi que dans la réinsertion dans la société d’enfants soldats et d’orphelins de guerre. Cette œuvre a su utiliser la langue et la culture arabes (chants et récits, notamment) comme points (locus) de résilience à partir desquels les jeunes acteurs ont pu se reconstruire. Ali Mahdi Nouri a été promu au niveau international grâce au rôle très actif qu’il joue au sein de l’Institut international du théâtre.
  • Chérif Khaznadar (France) est metteur en scène, écrivain et poète. Sa contribution inestimable à promouvoir le dialogue, notamment entre la culture arabe et les autres cultures, pendant près de cinquante ans, a été reconnue internationalement. Surnommé « le passeur des cultures », il s’est attaché à promouvoir le théâtre puis la musique arabes en créant un véritable pont culturel entre les pays arabes et la France, notamment. En sa qualité de Président de la Maison des cultures du monde, il fait une place de choix aux manifestations de la culture arabe. Son engagement pour dynamiser les échanges a abouti à la création, il y a quelque quinze ans, du Festival de l’imaginaire, une manifestation culturelle à vocation interdisciplinaire entièrement consacrée au dialogue interculturel.

2009

·         Ghani Alani (Irak), poète et calligraphe, héritier de l’école de calligraphie de Bagdad, est l’un des grands maîtres de la calligraphie contemporaine et artiste de réputation internationale ayant exposé ses œuvres dans toutes les grandes capitales du monde. À travers son œuvre, Ghani Alani perpétue une tradition de l’art de la calligraphie arabo-musulmane qui représente, dans la culture arabe, la plus haute expression de la connaissance, celle qui réunit les diverses facettes des savoirs. Ce prix est décerné à Ghani Alani pour avoir fait découvrir à l’Occident l’art de la calligraphie qui est l’un des arts les plus riches dans la culture arabe.

  • Anna Parzymies (Pologne). Professeur de linguistique arabe dans le Département d’Études arabes et islamiques, elle met en place en 1998 le Département de l’Islam en Europe à la Faculté d’Etudes Orientales à l’Université de Varsovie ; il s’agit d’une des premières institutions scientifiques en Europe consacrée à la vie religieuse, culturelle et à la situation juridique de la population arabo-musulmane dans la région. En sa qualité de directrice d’une maison d’édition consacrée à la culture arabe, Anna Parzymies a œuvré à la publication de plus de 80 ouvrages.

2008

·         Gaber Asfour (Égypte) est cadémicien et professeur auprès de diverses universités arabes, européennes et américaines. Également critique littéraire et ancien Secrétaire général du Conseil suprême pour la culture d’Égypte, il est actuellement Directeur du Centre national de traduction du Caire. Les succès de cet intellectuel ont permis d’accroître significativement la connaissance et la visibilité de la culture arabe. En tant qu’avocat du dialogue culturel, il a promu des valeurs telles que l’évolution de la cause féminine, le respect envers l’autre, la diversité créative et la tolérance. Écrivain prolifique et chercheur, le Dr Asfour a publié de nombreux ouvrages et a été activement impliqué dans la traduction de livres vers l’arabe. Il rédige régulièrement des colonnes pour les principaux journaux arabes.

  • José Adalberto Coelho Alves (Portugal) est écrivain, poète, spécialiste du droit et orientaliste. Il est actuellement Président du Centre d’études arabes et portugaises de Silves. Il a présidé le comité responsable de la création de la Fondation pour la mémoire arabe, servant en tant que Vice-président de l’Institut luso-arabe pour la coopération, et a également été membre du Conseil administratif de la Fondation portugaise du patrimoine arabe et islamique. En sa qualité d’écrivain et de spécialiste de la culture arabe, le Dr Coelho Alves a inspiré nombre d’auteurs portugais et espagnols dans divers domaines, y compris le cinéma, la télévision, les arts de la scène, le roman et la poésie. Il a également largement contribué à la compréhension de la culture arabe dans la péninsule ibérique. Ses travaux dans le domaine de la traduction ont été reconnus par la Société portugaise de la lanque qui lui a accordé le Prix arabe de traduction.

 

2007

·         Aladine Lolah (Syrie) est Professeur à l’Université d’Alep  et architecte. Par ses travaux à l’Université, il a contribué à faire connaître l’histoire des sciences dans les pays arabes. Doyen de l’Institut d’histoire des sciences arabes de l’Université d’Alep, il fait aussi partie du Conseil de Perfectionnement de l’Institut français du Proche-Orient, contribuant ainsi au dialogue entre les civilisations et à la compréhension mutuelle.

  • Shah Abdus Salam (Inde) est Professeur à l’Université de New Delhi où il dirige des recherches sur la littérature et la culture arabes. Ses nombreuses publications portent sur la culture islamique et le dialogue interreligieux. Il a pu faire connaître ses travaux en Inde, aux États-Unis, au Canada, en Angleterre, en France et en Arabie Saoudite. Il est mort en 2013.

2006

·         Jamal al-Shalabi (Jordanie) est professeur de sciences politiques à l’Université hachémite de Jordanie. Titulaire d’un doctorat en sciences politiques obtenu à l’Université Panthéon-Assas (Paris 2), il est également auteur de sept ouvrages et traducteur de trois autres. Il est l’auteur de plus de 30 études portant sur le dialogue arabo-européen et islamo-chrétien en particulier et sur le Moyen-Orient en général.

  • Yordan Peev (Bulgarie) est enseignant à l’Université de Sofia. Ce scientifique émérite est reconnu pour son importante contribution à la promotion et à la diffusion de la civilisation arabo-musulmane en Bulgarie et dans le monde ainsi que pour ses publications sur la culture arabe. Par ses enseignements et conférences en Bulgarie, mais aussi dans d’autres pays européens et dans plusieurs États arabes, il a fait connaître la pensée et la culture arabe de notre temps. Passant de l’étude des musulmans bulgares à celle d’Ibn Khaldoun, il a abordé avec discernement les problèmes majeurs de notre siècle en matière de communication interculturelle.

2005

·         Tahar Ouettar (Algérie) est journaliste et romancier. Tahar Ouettar est une des grandes figures de la littérature algérienne en langue arabe. Il a notamment publié : L’As, Noces de mulet, La Bougie et les cavernes. Comme journaliste Tahar Ouettar a participé à la création des magazines Al-Jamahir et de Al Ahrar. Il a animé le supplément culturel du quotidien Al-Chaab. Il présidait depuis 1989 l’association culturelle Aljahidhiya. Tahar Quettar est décédé en 2010.

  • Michel Lagarde (France) appartient à la Société des Pères Blancs. à l’Institut Pontifical d’Études arabes et islamiques de Rome (PISAI). Il a consacré sa vie à la langue arabe et à l’étude de la religion islamique. Traducteur du Livre des Haltes (Kitâb al-Mawâqif) d’Abd Al-Qâdir al-Djazâirî, une des grandes figures du soufisme au xixe siècle, il a aussi publié l’Index du Grand Commentaire de Fahr al-Dîn al-Râzi.

2004

·         Abdelwahab Bouhdiba (Tunisie) est professeur de sociologie à l’Université de Tunis. Agrégé de Philosophie et Docteur ès Lettres, il a présidé pendant de longues années l'Académie tunisienne des Sciences, des Lettres et des Arts « Beït AI Hikma » à Carthage. Son ouvrage le plus connu est La Sexualité en Islam traduit en anglais, arabe, bosniaque, espagnol, italien, japonais et portugais.

  • Juan Vernet Ginés (Espagne) est un grand spécialiste de la science arabe et de l’évolution de la science – en particulier l’astronomie et la cartographie – du Moyen-âge et de la Renaissance. Parmi sa quarantaine de livres, on peut citer : Literatura árabe (1966), La Cultura hispano árabe en Oriente y Occidente (1978), Mahoma (1987) et ses versions du Coran et des Mille et une Nuits. Juan Vernet Ginés est décédé en 2011.

2003

  • Bensalem Hemmich (Maroc) est ex-ministre de la Culture, philosophe, romancier et scénariste. Il est l’auteur de nombreux ouvrages (en arabe et en français). Cinq de ses romans sont traduits en plusieurs langues. Son œuvre bilingue a fortement contribué à la diffusion et au rayonnement de la littérature arabe contemporaine.
  • Esad Durakovic (Bosnie-Herzégovine) est universitaire, orientaliste et traducteur d’œuvres littéraires des différentes époques de la civilisation arabe, classique et moderne. Il a notamment travaillé sur les écrivains arabes Taha Hussein, Khalil Gibran et Naguib Mahfouz. Il a traduit en 1999 Les Mille et Une Nuits et Les Sept Poèmes, les fameuses Mu’allaqat de la période préislamique.

2001

·         Abdulaziz el Makalah (Yemen) est professeur de littérature arabe est l’un des plus célèbres poètes du monde arabe. Il est profondément attaché à la promotion et au développement de la culture yéménite.

  • Na Zhong (Chine), est né en 1910 dans une famille musulmane Hui de la province du Yunnan. Il a travaillé pendant plus de soixante ans à promouvoir une meilleure compréhension de la culture arabe en Chine et a été le premier à enseigner l’arabe dans une université chinoise (l’Université centrale, devenue aujourd’hui l’Université de Nanjing). Le Professeur Na est l’auteur de plus de vingt ouvrages sur l’histoire et la religion islamiques.

<//span>

Retour en haut de la page