10e cérémonie de remise du Prix UNESCO-Sharjah pour la culture arabe

Le 27 février 2012, s’est tenue au Siège de l’UNESCO, à Paris, la 10e cérémonie de remise du Prix UNESCO-Sharjah pour la culture arabe, décerné cette année à l’écrivain et intellectuel libanais Elias Khoury et au traducteur et lexicologue brésilien João Baptista de Medeiros Vargens.

En vue du 10e anniversaire du Prix, deux tables rondes ont été organisées en marge de la cérémonie, afin de réunir les nouveaux et d’anciens lauréats, ainsi que quelques membres du Jury international, autour de thèmes d’actualité se trouvant au cœur de leurs préoccupations d’hommes et de femmes de culture. « L’art et la culture, instruments de Paix », telle était la thématique commune des deux tables rondes intitulées successivement Regards sur les nouvelles formes d’expression artistique du monde arabe et Patrimoine arabe & diversité culturelle. Deux sujets qui ont suscité les échanges et débats à partir des expériences des uns et des autres, dans le domaine de prédilection de chacun, aboutissant à une même et seule conclusion, à plusieurs voix, à plusieurs langues. Témoins d’un monde arabe en profonde ébullition, où les jeunes s’approprient les outils d’expression inédits qui sont les leurs – arrachant, par là, leur droit à disposer de leur destin –, les intervenants de tous horizons ont évoqué la nécessité de laisser se bâtir une culture-monde, au-delà de toutes frontières.

Les tables rondes ont été suivies de la cérémonie de remise du Prix, inaugurée par Mme Irina Bokova, Directrice générale de l’UNESCO, en présence de M. Abdullah M. Al Owais, Directeur général du département de la Culture et de l’Information du Gouvernement de Sharjah (Émirats arabes unis), de S. Exc. M. Abdullah Alnuaimi, Délégué permanent des Émirats arabes unis auprès de l’UNESCO, et de Mme Isabella Camera d’Afflitto, présidente du Jury international. A été évoquée la générosité de S. A. le Cheikh Sultan bin Mohammad al-Qassimi, membre du Conseil suprême des Émirats arabes unis et Gouverneur de Sharjah, à l’initiative duquel ce Prix existe depuis plus de dix ans. Une décennie qui a vu se succéder des intellectuels de tous bords, de toutes rives, portant leur amour pour la culture arabe comme héritage et testament à la fois.

Recevant son Prix des mains de Mme Irina Bokova et de M. Abdullah M. Al Owais, Elias Khoury n’a pas manqué d’associer cette consécration au cri de liberté ébranlant alors le monde arabe, parce que la « culture est l’enfant de la liberté ».

João Baptista de Medeiros Vargens, pour sa part, a évoqué le métissage culturel, du Brésil jusqu’à la Syrie, qui a raffermi sa passion pour la langue arabe et a fini par le rebaptiser sous le surnom d’« Abou Tarak ».

La soirée s’est achevée par la magie de la chanson arabe, sur la langue de la syro-arménienne Lena Chamamyan, lauréate en 2006 du Premier Prix de Musique de la Radio Monte-Carlo Moyen-Orient.

Retour en haut de la page