Azerbaïdjan

Bakou ©State Historical-Architectural Reserve Icherisheher

Cité fortifiée de Bakou avec le palais des Chahs de Chirvan et la tour de la Vierge

La Cité fortifiée de Bakou, également connue sous le nom d’Icherisheher, ou la vieille ville, est une cité médiévale remarquablement bien conservée. Construite sur ​​un site habité depuis l'ère paléolithique, elle contient des traces de l'héritage de l'Antiquité. Des murailles datant du XIIe siècle donnent son nom au site. La ville fortifiée présente de nombreuses caractéristiques architecturales uniques à travers ses vingt-deux hectares. Un élément particulièrement frappant est la Tour de la Vierge (Giz Galasy), dont les structures d’origine remontent aux VIIe-VIe siècles avant notre ère. Le palais des Chahs de Chirvan, construit entre le XIIe et le XVe siècle, contient un bâtiment résidentiel (Divankhane), la tombe de Shirvanshah, une mosquée du palais avec un minaret et un établissement de bains.

Le mausolée du scientifique de la cour Seyid Yahya Bakuvi fit l’objet d’un ajout ultérieur. La ville fortifiée est l'une des destinations les plus populaires pour les touristes visitant l'Azerbaïdjan.

Le site a été inscrit sur ​​la Liste du patrimoine mondial en 2000 et sur ​​la Liste du patrimoine mondial en péril en 2003 en raison d’importants dommages subis lors du séisme de novembre 2000, de pressions exercées pour un développement urbain invasif et du manque de politiques et de capacité de conservation. Cependant, au cours des dernières années, les autorités azerbaïdjanaises ont redoublé leurs efforts pour préserver ce site important. En 2009, ce site a été retiré de la Liste du patrimoine mondial en péril.

Gobustan, Beyukdash Mountain, stone 67 ©UNESCO

Le site archéologique de Gobustan

Gobustan, "la terre de la rivière asséchée",  située à une soixantaine de kilomètres au sud de Bakou possède la meilleure concentration d'art rupestre et de traces archéologiques de la région. Ce paysage unique, situé entre la mer Caspienne et les affleurements du sud-est du Grand Caucase, est remarquable pour ses trois collines à sommet plat (Boyukdash , Kichikdash et Jinghirdagh) couvertes de gros blocs calcaires d’Absheron. Des volcans de boue, connus par la population locale sous le nom de Pil-pile, parsèment aussi le paysage ; ces volcans ont connu des éruptions sporadiques dans les temps anciens et ont donné lieu à l'émission de millions de tonnes de terre et de milliards de mètres cubes de gaz combustibles. Au cours des siècles suivants, sous l’impulsion des forces naturelles, des lits de calcaire se sont divisés en fragments.

Il y a des dizaines de milliers d'années, les humains ont commencé à habiter la région, trouvant des abris naturels dans les grottes et les auvents formés par les chutes de calcaire. Ces paysages labyrinthiques au sommet des montagnes se sont également avérés utiles comme pièges naturels lors de la chasse. Plus remarquable encore, Gobustan abrite des milliers de gravures rupestres préhistoriques. Ces traces attestent de la plus longue tradition continue d’art rupestre dans le monde, depuis la fin de l'ère Paléolithique supérieur jusqu’au Moyen-Âge. D'autres vestiges archéologiques des premiers résidents de Gobustan restent également intacts, y compris des grottes habitées, des établissements humains et des sites funéraires.

Aujourd'hui, Gobustan abrite plus de 60.000 pièces, toutes enregistrées et logées dans le bâtiment du musée nouvellement construit et équipé. Les autorités azerbaïdjanaises ont récemment mis en œuvre des changements radicaux, y compris des mesures juridiques et administratives, pour les systèmes de protection et de conservation qui affectent l'ensemble du paysage. L'art rupestre du paysage culturel de Gobustan a été inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en 2007.

Retour en haut de la page