Professionnaliser le secteur culturel

Artistes participant au programme d´artiste-en-résidence pour le théâtre © 2012 Themacult/ITI Tchad et l’Institut International du Théâtre ITI


Un conflit armé a dévasté le Tchad et a longtemps maintenu ce pays enclavé dans une situation d’isolement culturel et artistique. Pour aider à redonner vie aux industries culturelles du Tchad, le Théâtre Maoundôh-Culture et l’Institut International du Théâtre ont organisé des forums intensifs de gestion culturelle et de formation artistique. En mobilisant l’ensemble du secteur culturel et en organisant des réunions d’artistes, l’initiative a aidé à renouveler la perception de la culture au Tchad et à professionnaliser le secteur.

Un kiosque et un site Web pour promouvoir la musique tchadienne ont également été lancés. Ces activités ont aidé de nombreux professionnels culturels à construire un réseau artistique, à développer des compétences et à promouvoir leurs œuvres.

Un programme d’« artistes-en-résidence » pour des musiciens d’une durée d’un mois et un autre « programme de résidence » de 45 jours pour le théâtre ont rassemblé des artistes locaux, ainsi que des artistes de la République centrafricaine et du Cameroun voisins. Deux concerts publics, un CD musical et un DVD de représentations théâtrales ont été produits et sont maintenant disponibles dans le nouveau kiosque offrant ainsi aux artistes un point de vente.

« Il y a longtemps que je me battais pour montrer à mes petits frères que les meilleures choses ne viennent pas seulement d’ailleurs », a expliqué Diego, un des formateurs en musique. « Même ici au Tchad, on peut faire de bons trucs ».

Son message d’espoir a atteint des musiciens émergents comme Kévin Ndiladoum qui a expliqué que la formation l’a aidé à étendre ses compétences. « J’ai appris d’autres techniques en composition, de chant, des techniques de recherche en musique… En plus de cela, j’ai pu partager avec de nombreux artistes », s’est-il enthousiasmé.

Le projet a aussi organisé trois forums de gestion culturelle pour les individus des secteurs du théâtre et de la musique, une formation de quatre jours en administration et gestion des entreprises culturelles et une formation en communication de quatre jours qui ont rassemblé les acteurs culturels.

Pendant les formations, les forums et les programmes en résidence, les participants ont développé des réseaux pour s’assurer que la coopération se poursuive. Aujourd’hui, des réunions régulières ont lieu avec la participation des acteurs culturels intéressés qui se rassemblent pour discuter et partager leurs points de vue sur divers sujets.

« Dans l’ensemble, les participants ont acquis des compétences et des connaissances en art mais aussi en gestion de projets culturels », a expliqué Anicet Djoubana Koublengar, responsable du projet. « Le nouveau site Web (www.themacult.org) permet aux Tchadiens de sortir de leur isolement technologique et sert d’outil coopératif, informatif et promotionnel pour les acteurs culturels au Tchad et dans la région », a-t-il souligné. Bien que d’autres investissements soient essentiels, Anicet a ajouté que le projet « vit par le kiosque et la distribution des œuvres, par le développement de nouveaux réseaux d’artistes et par le site Web ; mais aussi par les participants qui ont amélioré leurs compétences et peuvent à présent prétendre à de meilleures conditions de travail et à des œuvres d’une qualité supérieure ».

La couverture médiatique des activités a soulevé un grand intérêt pour le secteur culturel du Tchad. Depuis la participation à ce projet, l’Observatoire des politiques culturelles en Afrique (OCPA) a considérablement augmenté ses échanges avec les autorités locales. Pendant la mise en œuvre du projet, le Président tchadien a approuvé la première politique culturelle du pays fournissant au Ministère de la Culture un cadre de travail pour investir dans les industries culturelles. Ceci est une source de motivation pour les artistes et les professionnels culturels tchadiens qui sont pressés de voir leurs œuvres atteindre le niveau national voire international.

Retour en haut de la page