Une formation assure aux jeunes autochtones des opportunités d’emploi

Une des étudiantes réalise une prise de vue. Crédit : IRIPAZ


Un nouveau centre de formation audiovisuelle a aidé les jeunes autochtones du Guatemala à trouver des emplois dans l’industrie culturelle. L’IRIPAZ (Instituto de Relaciones Internacionles e Investigaciones para la Paz), organisation à but non lucratif guatémaltèque, a initié ce projet pour les peuples autochtones, et le Fonds international pour la diversité culturelle de l’UNESCO a appuyé cette entreprise.

En partenariat avec l’Université de San Carlos (USAC), le projet a développé un centre de formation et un stage audiovisuel à l’USAC. Par ce projet, des participants autochtones mayas, garifunas et xincas ont acquis des compétences en matière de production audiovisuelle, de rédaction de script, de direction de film, d’éclairage et de photographie, de cadrage, d’édition et de postproduction.

Ils ont aussi acquis des connaissances sur les droits culturels des peuples autochtones, l’égalité des genres et le renforcement des capacités communautaires. Des stages chez TV Maya ont offert aux étudiants une expérience pratique. Le centre de formation continue à organiser de courts ateliers gratuits sur les communications audiovisuelles interculturelles.

Les diplômés du centre de formation embrassent des carrières de directeur graphique de la télévision, mobilisateur culturel communautaire et animateur culturel au Ministère de la Culture. Les équipes artistiques autochtones produisent aussi des courts métrages et des vidéoclips sur leurs cultures et les partagent sur l’Internet et les médias sociaux. La télévision locale exploite à présent leurs productions audiovisuelles alors que certains étudiants ont déjà démarré leur propre entreprise de communication.

Les groupes autochtones font partie du riche mélange des cultures du Guatemala et représentent environ la moitié des 14 millions d’habitants du pays. Malgré cela, ils font face à des difficultés dans le domaine de la création, la production, la diffusion et l’appréciation de leurs diverses expressions culturelles.

Nik´te Fernández Saquick était l’une des 27 participants à l’effort de formation audiovisuelle. La Maya de 19 ans a dit de son expérience : « J’ai appris à regarder la vie sous un angle différent et à utiliser les chaînes autour de moi pour raconter mes histoires ». Nik’te est une des membres de l’équipe artistique maya nouvellement formée qui tient aussi un blog vidéo et produit un message vidéo pour sensibiliser les jeunes à la culture.

Grâce à ce projet, les étudiants ont produit de manière remarquable le premier film à être jamais réalisé par des Guatémaltèques autochtones appelé Destinos Cruzados. Le film a été projeté au Festival du Film au Guatemala en septembre 2012. Entre temps, une version plus longue incluant cinq morceaux musicaux est en cours de préparation.

Le participant Carlos Arana produit à présent des clips musicaux et vidéo avec d’autres membres garifunas. Le DJ populaire a mentionné que sa « communauté tire grandement profit du secteur audiovisuel. Pour le moment nous nous concentrons sur la musique, car c’est le média que nos ancêtres utilisaient pour promouvoir notre culture. Mais dans le futur, nous voulons aussi faire des documentaires pour aider nos enfants et nos jeunes à apprendre d’où ils viennent, où ils sont et où ils vont. »

La mobilisatrice communautaire xinca Claudina De la Cruz Santos a indiqué : « ... en plus de nous enseigner la technologie, le média audiovisuel nous permet d’exprimer notre identité culturelle ... d’exprimer les réalités de nos communautés xinca, garifuna et maya. Ce n’est qu’un début, mais grâce à ce projet, nous avons désormais une opportunité de formation d’une très grande importance. »
 

 ► Regarder la dernière vidéo produite

Retour en haut de la page