Mesures décisives prises pour nourrir la nouvelle créativité en RPD Lao

Le directeur de la photographie de la compagnie de production LNWC cadre une prise de son dernier film, une comédie romantique « Hak Aum Lum ». La créativité fleurit en RPD Lao. Les responsables du gouvernement font appel au soutien du FIDC pour comprendre comment la Convention de 2005 peut aider à nourrir leurs industries créatives grandissantes. Crédit photo : Amatha Ler


Depuis les années 80, les laotiens ont de plus en plus accès à d’autres influences culturelles. Les cafés Internet sont à présent dans les grandes villes et sont populaires auprès des jeunes.

Alors que les arts traditionnels sont largement appréciés et continus à jouer un rôle important pour les valeurs et l’identité nationales, de nouvelles formes d’expression créative fleurissent et gagnent en popularité.

La peinture laotienne contemporaine montre que les artistes ont amélioré leurs techniques, leurs vidéos musicales mélangent le traditionnel et le moderne alors que les jeunes cinéastes font revivre le cinéma local dans un mouvement inspiré des Thaïlandais et des Coréens appelé la « Nouvelle Vague du cinéma du Laos ». Tout en étant prometteuses, les industries culturelles en gestation en RPD Lao manquent toujours de reconnaissance. Le fruit des efforts de nombreux contributeurs dans ce domaine est bien maigre et le potentiel économique de ce secteur naissant commence seulement à être compris.

En 2007, le Gouvernement a ratifié la Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles. Cet accord historique permet aux gouvernements d’encourager les industries culturelles nationales de sorte que les personnes puissent créer, diffuser et apprécier les biens et services culturels.

Les responsables, décideurs, entrepreneurs et praticiens culturels ont tous un rôle à jouer pour donner vie à la Convention. Pour mieux comprendre leurs rôles, la Commission nationale Lao pour l’UNESCO a organisé en 2012 un séminaire sur la Convention pour les responsables gouvernementaux. Avec le soutien du Fonds international pour la diversité culturelle de l’UNESCO (FICD) et le bureau de l’UNESCO à Bangkok, plus de 30 participants issus de cinq ministères ont pris part à ce séminaire.

Vanessa Achilles du bureau de l’UNESCO à Bangkok y participait aussi. « Le Séminaire en mars a rassemblé pour la première fois des responsables de différents ministères, » rapporte-t-elle. « Peu d’entre eux connaissaient la Convention et sur trois jours ils ont appris ses principes de base. »

Un effort de suivi comprenait une étude de base jamais réalisée sur les industries culturelles laotiennes, financée par le Fonds-en-dépôt de la Corée (KFIT). L’étude doit être publiée prochainement. Il est anticipé que les résultats clés de ce rapport novateur montreront que plus de personnes qu’on ne le pensait sont impliquées dans les industries culturelles nationales et qu’il y a un besoin urgent en développement des ressources humaines dans un pays où il y a peu d’universités formelles et aucun cours de formation technique.

Comme Mme Achilles l’affirme, « Lancer cet effort au séminaire signifiait que les responsables gouvernementaux comprenaient ce que l’étude essayait de réaliser et que le projet était bien reçu. »

Après le Séminaire et le lancement de l’étude, les prochaines initiatives seront de s’assurer qu’une structure sera mise en place pour la Convention en RPD Lao afin de coordonner les efforts. Il sera aussi important de continuer à apporter tout soutien aux responsables gouvernementaux sur la Convention, tout en connectant le gouvernement au secteur privé ce qui aidera à identifier les besoins et les méthodes progressives, dit Mme Achilles.

Créer de nouvelles formes d’expression culturelles en RPD Lao est une idée naissante. « Les arts traditionnels peuvent se développer par de nouvelles formes d’expression. Le Japon et la Corée l’ont tous deux démontré et la RPD Lao ne peut tirer que le plus grand profit du soutien de ce domaine potentiellement dynamique, » a-t-elle ajouté.

Retour en haut de la page