Une ville mexicaine joue un rôle de soutien pour la Convention

Des expressions contemporaines comme celles-ci profitent des efforts de l’hôtel de Ville de Toluca et du réseau U40 pour la promotion de la Convention de 2005 © Luanda Smith


Le Mexique bourdonne de créativité. Sa scène artistique en est la preuve, avec des artistes qui foisonnent et qui se développent dans ce pays d’une incroyable diversité. L’innovation et la recherche en art sont courantes et le potentiel économique est de plus en plus reconnu avec des industries culturelles qui représentent aujourd’hui 6,7 % de son PIB. Si le Mexique souhaite développer ce secteur, il est crucial de faire en sorte que la Convention de 2005 de l’UNESCO sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles soit transposée au niveau du pays.

L’Hôtel de Ville de Toluca au Mexique s’est associé à un réseau de professionnels culturels âgés de moins de 40 ans, connus sous l’appellation U40. Ensemble, ils ont organisé la première série de réunions jamais réalisées dans le pays pour promouvoir et échanger sur la Convention de 2005 de l’UNESCO. Les événements animés ont déclenché une série impressionnante d’actions dans tout le pays.

Ouvert au public, l’événement a attiré 650 personnes de neuf régions mexicaines et de 14 pays différents. Par des ateliers, des activités artistiques, des présentations et de nombreux débats, l’événement a aidé les participants à comprendre le contenu et les objectifs de la Convention ainsi que le rôle à jouer par les différentes parties prenantes. Cet événement a impliqué des professionnels de la culture mexicains, des politiciens, la société civile, des représentants des peuples autochtones et le public.

Les participants ont partagé leurs meilleures pratiques et leurs défis au niveau local. JP Sauvé, un participant U40 d’Amérique, a déclaré : « En se concentrant sur les politiques locales appuyant la diversité des expressions culturelles, les présentations officielles ont permis aux participants de comprendre comment les objectifs de la Convention de 2005 sont incorporés dans l’action gou¬vernementale locale du Mexique, que ce soit au niveau de l’Etat ou de la ville. »

L’événement a produit des résultats importants : la ville de Los Reyes a adopté une loi soutenant le développement culturel et les participants ont soumis comme guide pour des actions futures, des propositions concrètes pour répondre aux besoins locaux et à ses points forts. Une nouvelle base de données des organisations culturelles nationales a été développée ; elle facilite désormais la mise en réseau et la collaboration. Un réseau U40 a aussi été créé dans tout le Mexique.

Luanda Smith, une professionnelle culturelle du Mexique, a déclaré que l’événement l’avait aidée à comprendre les politiques culturelles et à les partager facilement avec ses pairs et même avec les décideurs. Elle faisait partie des participants qui ont créé l’organisation non gouvernementale « Association Culturelle et Créativité Mondiale ». Ils ont commencé à travailler avec l’Université de Veracruz, la plus grande université de l’Est du Mexique. « Aujourd’hui, nous avons des conférences sur la Convention et nous menons une étude statistique visant à identifier les perceptions culturelles auprès des universités, soit environ 15 000 personnes », a-t-elle expliqué.

L’organisation a également mis sur pied la Section internationale de la coopération culturelle à l’Institut culturel de Veracruz, dans le but de promouvoir la diversité des expressions culturelles et d’aider les artistes à entrer en contact avec leurs pairs dans le monde entier.

Retour en haut de la page