De nouvelles compétences animent le secteur créatif de la Serbie

Formateur et consultant, Goran Djukic encadre les stagiaires de Serbie sur la façon d’élaborer un plan de développement d’entreprise pour leurs initiatives d’industries culturelles. Crédit : Ivana Damnjanovic.

Les petites et moyennes entreprises ont été l’épine dorsale de la croissance économique de la Serbie au cours de la dernière décennie. Mais les industries culturelles du pays n’ont pas réussi à évoluer en raison de l’accès limité au financement et aux compétences qui permettraient aux entreprises de se développer dans le secteur de la créativité.

Grâce au financement du Fonds International pour la diversité culturelle de l’UNESCO, l’association à but non lucratif serbe Academica a lancé un programme de formation pratique pour soutenir le secteur à Mokra Gora, Drvengrad, Kragujevac et Belgrade. L’accent était mis sur les entrepreneurs créatifs des zones rurales et pauvres où les possibilités d’emploi sont rares.

Au total, 164 participants provenant de 33 municipalités / collectivités ont suivi 12 cours de formation avec succès. Le programme était vaste et novateur. Il a fusionné des modules théoriques et pratiques couvrant des sujets tels que l’esprit d’entreprise, l’industrie de la musique et les logiciels de loisirs interactifs, qui ont été soigneusement conçus pour aider les stagiaires à créer des entreprises dynamiques et à participer plus activement aux marchés culturels nationaux et régionaux.

« Nous avons donné aux entrepreneurs les techniques pour façonner leur esprit d’entreprise, définir leur produit et le présenter sur le marché. Nous leur avons appris comment approcher et écouter les clients et, plus encore, nous les avons encouragés avec des exemples d’entrepreneurs prospères » a déclaré Aleksandar Djeric, Directeur du Programme d’Academica.

Comment établir des partenariats et recueillir des fonds auprès du secteur privé a été largement abordé dans la formation. Des initiatives utilisant les médias numériques et les start-up dans les industries de production de musique ont également reçues une attention particulière à travers des modules supplémentaires.

Entrepreneur participant, Vladimir Gojkovic, a rejoint le cours pour affiner une idée d’entreprise consistant à développer un portail web de musique, parce que « [mes collègues et moi] voulions [apprendre à] fournir toutes sortes d’informations sur les groupes existants. En particulier, nous voulions [apprendre à] promouvoir la musique originale et les genres de musique les moins citées par les médias », a-t-il expliqué.

Orhan Maslo Oha a hautement apprécié l’opportunité offerte par la formation de revoir son modèle d’affaires pour la production audiovisuelle dans la région des Balkans. « J’ai appris de nouvelles façons de simplifier mon idée d’entreprise et de la présenter à un marché plus large, ainsi qu’aux investisseurs qui, nous l’espérons, investiront un jour », s’est-il enthousiasmé.

Mais la formation professionnelle n’était pas le seul soutien apporté par Academica. Six des organisations les plus prometteuses et de petites entreprises participant au cours ont été sélectionnées pour recevoir un financement de démarrage provenant du fonds pilote de l’ONG pour soutenir les industries culturelles régionales. Les subventions sont conçues pour aider à lancer certains des modèles d’affaires les plus créatifs et viables.

Dans le cadre de ce programme, Academica a également encouragé la sensibilisation sur le potentiel de développement des industries culturelles de Serbie et sur la Convention de 2005. Grâce à des groupes de discussion, avec des experts du secteur, notamment des pays voisins comme la Bosnie-Herzégovine et la Croatie, des débats télévisés et l’engagement des médias, l’organisation a réussi à créer un buzz sans précédent parmi les professionnels de la culture, des entrepreneurs, des responsables gouvernementaux et des organisations de la société civile.

La série d’articles rédigés par les intervenants experts a été compilée dans une publication intitulée Les industries culturelles et la diversité culturelle, qui vise à sensibiliser le public le potentiel de développement durable des industries culturelles en Serbie. La publication a été largement distribuée aux principaux ministères et institutions gouvernementales, aux universités ainsi qu’aux organismes culturels et professionnels de Serbie et de ses pays voisins des Balkans.

L’équipe de Academica continue à encadrer des entrepreneurs qui ont reçu des subventions et, à travers leurs réseaux sociaux, ils restent aussi en contact régulier avec les autres stagiaires. Le succès des cours a suscité l’intérêt de l’Université de Greenwich à Londres, qui envisage d’accréditer le programme. Ceci, en plus des projets de l’ONG consistant à transmettre les modules à travers des camps d’été, des webinaires et des stages, a insufflé une nouvelle énergie dans les secteurs créatifs de la Serbie. « Nous avons examiné les réalisations et les potentialités de ce programme et avons conclu qu’il peut continuer à se développer et même se faire accréditer comme formation professionnelle », a déclaré M. Djeric.

Retour en haut de la page