Les arts et la culture du Zimbabwe revendiquent une participation dans l'économie nationale

Représentation du groupe de musique zimbabwéen, Mookomba. Crédit : Larshung

La culture dynamique et les arts de la scène du Zimbabwe peuvent-ils contribuer à l'économie nationale et aider le pays à sortir de la pauvreté ? C'est la question fondamentale abordée par une étude sans précédent menée récemment dans ce pays africain. Ce projet était financé par le Fonds international pour la diversité culturelle (FIDC) de l'UNESCO. Dans l'ensemble, l'enquête a révélé que « les industries culturelles contribuent [en effet] à l'emploi, aux exportations et aux importations », a déclaré Mme Chipo Muvezwa du Fonds de la culture du Zimbabwe, qui a mené la recherche.

Une étude réalisée pour l'enquête a révélé qu'en 2009 les exportations de produits culturels ont totalisé 16,4 millions de dollars des Etats-Unis, tandis que les importations ont été de 8,9 millions de dollars des Etats-Unis. Cela signifie une balance commerciale positive de plus de 7,5 millions de dollars des Etats-Unis. Elle a aussi montré que parmi les institutions qui vendent des produits à l'extérieur du Zimbabwe, 64 % ont des marchés dans la région de la Communauté de développement d'Afrique australe, tandis que 36 % ont des marchés en Europe, aux États-Unis et au Canada. « Ces marchés extérieurs, notamment en Europe, aux États-Unis et au Canada, sont essentiels pour les entrées de devises et le développement économique du pays », a souligné Mme Muvezwa.

Une autre statistique révélatrice a indiqué que la majorité des artistes interrogés étaient employés à temps plein. Ceci était particulièrement pertinent dans deux secteurs de pointe : avec 65 % des personnes interrogées dans le secteur du spectacle et 67 % dans les arts visuels et les secteurs de l'artisanat. Cependant, l'étude a également montré que parmi les 5,4 millions de personnes employées au Zimbabwe, un peu plus de 22 000 personnes travaillaient dans les industries culturelles, représentant ainsi au moins 0,4 % de l'emploi national.

Le but de l'étude était d’informer les décideurs et autres acteurs essentiels afin d'encourager les investissements dans les industries culturelles du Zimbabwe. « Nous utilisons les données de la recherche pour faire pression et défendre les industries culturelles », explique Mme Muvezwa, satisfaite de la façon dont le travail est compris dans le pays. « Certains érudits et chercheurs ont largement cité le rapport en présentant des statistiques sur l'état des industries culturelles au Zimbabwe. Ceci est un indicateur de l'acceptation de la crédibilité et de l'utilité de l'enquête ».

Les chercheurs ont interrogé quelques 734 artistes et près de 100 institutions culturelles impliquées dans les secteurs les plus florissants tels que les arts du spectacle, les arts visuels et l'artisanat, la littérature et l'édition, le cinéma, les médias audio-visuels et interactifs, le design et la créativité. D'autres sujets tels que l'éducation, le financement et l'accès aux technologies ont également été abordés par l'Agence nationale des statistiques du Zimbabwe, qui a effectué l'enquête dans la capitale, Harare, et sa banlieue.

Les résultats présentent mieux les obstacles qui entravent un développement plus radical du secteur. Par exemple, près des trois quarts (76,9 %) des artistes interrogés ont mentionné le manque de financement comme une contrainte majeure dans leurs entreprises. Aussi, le manque d'équipement et de supports a été mentionné par 50 % des artistes, et 48 % ont signalé l'absence de marchés adéquats comme une contrainte.

Créé en 2006, le Fonds culturel du Zimbabwe œuvre pour stimuler le secteur culturel du pays en apportant un soutien technique et financier aux artistes et organismes locaux. Faisant suite à certaines des recommandations de l'étude, l'organisation entame déjà une nouvelle enquête pour connaître la situation des femmes dans le secteur de la culture.

Le rapport sur les statistiques culturelles 2012 Mesurer la contribution des industries culturelles du Zimbabwe à l'économie"

En savoir davantage

Dans la presse (en anglais)

Retour en haut de la page