Séance d'information : La différence, c’est la Ratification

Siège de l'UNESCO - Salle II
14 juin 2011 de 09h30 à 11h00

Au cours des cinq dernières années, plus de 60% des États membres de l'UNESCO ont ratifié la Convention de 2005 sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles. L'Union européenne a également adhéré à la Convention, une première pour l'UE dans le domaine culturel.

Comparativement à d’autres conventions internationales, la masse critique des pays ayant ratifié la Convention de 2005 dans un si court laps de temps est considéré comme une réalisation extraordinaire, qui témoigne de l'engagement des gouvernements du monde entier à veiller à ce qu’artistes, professionnels de la culture, praticiens et citoyens du monde entier puissent créer, produire, diffuser et profiter d'un large éventail d’activités, de biens et de services culturels, y compris les leurs.

En outre, des organisations intergouvernementales telles que l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF), l’Union Latine, la Fondation du Commonwealth ou le Conseil de l'Europe ont, à plusieurs reprises, appelé leurs membres à ratifier la Convention, comme un outil essentiel pour promouvoir la coopération internationale, renforcer le système de gouvernance de la culture et manifester ainsi leur soutien à la culture comme pilier essentiel du développement. Des ONG internationales, comme la Fédération internationale des Coalitions pour la diversité culturelle ou le Réseau international pour la diversité culturelle, ont fait de la promotion de la ratification la clef de voûte de leurs activités à travers le monde.

Il est cependant nécessaire d'assurer une dynamique dans le rythme des ratifications ainsi qu’une représentation géographique plus équilibrée entre les Parties à la Convention pour en faire un véritable instrument de la coopération internationale. Il s'agit là d'une des priorités de la stratégie de ratification adoptée par le Comité intergouvernemental de la Convention.

Par conséquent, le but de cette séance d'information est d’engager une discussion sur les questions clés suivantes: pourquoi la ratification de la Convention est-elle importante, comment peut-elle faire une différence, quels types d'activités concrètes ont été menées depuis la ratification, y a-t-il des pays qui n'ont pas ratifié la Convention mais qui la mettent cependant en œuvre malgré tout?

Cette séance d'information a été animée par Patrick Simonin de TV5 qui a invité les membres du panel à engager la discussion sur les raisons qui leur permettent de dire que, de leur point de vue, ratifier fait la différence :

  • Mme Ayoko Mensah, Rédactrice en Chef d’AFRISCOPE
  • M. Frédéric Bouilleux, Organisation Internationale de la Francophonie
  • Mme Basma El Husseiny, Directrice générale des ressources culturelles (Al Mawred Al Thaqafy)
  • M. Yang Zhi, Ministère de la Culture, République populaire de Chine et Président du 5e Comité Intergouvernemental pour la Convention de 2005
  • S. E. Mme Sonia Sarmiento Gutierrez, Ambassadeur de la Colombie auprès de l'UNESCO

La participation du public est essentielle, non seulement dans l’interaction avec le panel, mais également afin d’amener les Etats parties à la Convention à partager leur expérience en matière de ratification et d’encourager les Etats non parties à poser des questions et partager des informations quant à l’état de la ratification dans leur pays. Quels sont les défis à relever et obstacles à surmonter pour ratifier ?

Retour en haut de la page