Programme de renforcement des capacités en Afrique

L’Afrique soutient fermement la Convention de 2005 et s’enorgueillit de son taux de ratification élevé. De nombreux pays de la région mènent d’ores et déjà différentes initiatives afin de traduire les articles et principes de la Convention dans leurs politiques et programmes nationaux.

Pour aider les pays dans leur action, l’UNESCO a lancé en 2012 un Programme pilote de renforcement des capacités. Ce Programme fait partie d’un investissement stratégique à long terme destiné à fournir aux pays les outils, les capacités et les compétences dont ils ont besoin pour mettre en œuvre la Convention et élaborer des politiques efficaces dans les secteurs de la culture et de la création. Il cible des domaines clés qui requièrent un soutien technique spécialisé, en définissant des solutions sur mesure répondant aux besoins et contextes nationaux. Le Programme permet également de créer des synergies prometteuses entre les principaux dirigeants de la sphère culturelle et d’identifier les domaines dans lesquels il pourrait être transposé à plus grande échelle ou dans lesquels une action pourrait être menée. Les partenariats, l’échange d’informations et la mise en place d’un réseau d’experts locaux de la Convention constituent les grandes priorités du Programme pilote, compte tenu de l’importance du renforcement des capacités techniques et institutionnelles nationales pour stimuler la production, la promotion, la distribution et la jouissance des expressions culturelles en Afrique.

Le Programme s’articule autour de quatre axes principaux :

1.       Formation des acteurs clés

Le Programme a renforcé les connaissances et les capacités techniques des acteurs gouvernementaux liées à la Convention de 2005, à l’occasion d’un atelier d’une journée qui s’est tenu le 9 juin 2012 à Abidjan, en Côte d’Ivoire, et auquel ont participé 28 Commissions nationales africaines dans le cadre de sessions sur mesure concernant les principes fondamentaux de la Convention et le rôle des Commissions nationales dans sa mise en œuvre, particulièrement pour ce qui est de la sélection des demandes de projets auprès du FIDC. C’est d’autant plus important que 50% des demandes soumises au FIDC émanent de pays africains. 

2.       Identification d’une nouvelle génération d’experts locaux et renforcement de leur expertise 

32 spécialistes originaires de 25 pays africains ont été retenus au terme d’une procédure de sélection (200 candidatures reçues). Les spécialistes, dont 40% sont des femmes, ont reçu une formation concernant les approches stratégiques du développement des industries de la culture et de la création, ainsi que les mécanismes de la Convention tels que les Rapports périodiques quadriennaux. La formation destinée aux experts anglophones s’est déroulée en octobre 2012 au Cap, en Afrique du Sud, en partenariat avec l’Institut des arts africains (AFAI). La formation des experts francophones a eu lieu en novembre 2012 à Dakar, au Sénégal, en partenariat avec l’ONG Culture et développement. 

Ce réseau de spécialistes des politiques continuera d’approfondir sa connaissance de la Convention, et notamment des particularités techniques liées à l’élaboration de mesures destinées aux industries de la culture et de la création en 2013, en participant à des activités de tutorat qui sont d’ores et déjà conduites par les partenaires du programme et par le Secrétariat de la Convention. Si l’investissement dans leurs compétences en matière d’élaboration de mesures techniques se poursuit, ces experts devraient pouvoir aider les Parties à concevoir les mesures adéquates qui permettront à leurs secteurs culturels de se développer et de s’épanouir.

3.       Plate-forme d’échange de connaissances, d’analyse et de partage d’informations

« Expressions culturelles en Afrique » : cette rubrique qui figure sur la page d’accueil de la Convention de 2005 a été mise en ligne le 19 juin 2012. Elle contient des descriptions de nombreux projets et initiatives conduits par le Secrétariat de la Convention de 2005 en Afrique, et sert de forum centralisé en ligne, avec des liens vers des outils, des travaux de recherche et des éléments d’information essentiels sur les bureaux hors Siège de l’UNESCO dans la région ; c’est un site spécialement conçu pour les partenaires et les Parties à la Convention de la région ainsi que pour les particuliers. 

4.       Interventions ciblées basées sur les besoins

Le Programme est mené en partenariat étroit avec l’Organisation internationale de la Francophonie, Culture et Développement, l’African Arts Institute, l’Union européenne et la Commission nationale de l’UNESCO, entre autres. Les résultats seront évalués début 2013, ce qui permettra de fournir des éléments pour élaborer les futures stratégies et activités en matière de renforcement des capacités.

Ce Programme pilote est financé par le Fonds d’urgence de l’UNESCO.


Avec le soutien de

Retour en haut de la page