Niger : L'approche culturelle au développement et à la réduction de la pauvreté

Contexte
Le Niger cherche à tirer profit d'industries culturelles durables et dynamiques. Ainsi, le pays a fait de la culture une composante forte de sa Stratégie de développement accélérée et de réduction de la pauvreté, notamment pour bénéficier pleinement de son potentiel économique reconnu. L'objectif du pays de structurer le secteur de la culture a mené à la mise en place d'une politique culturelle nationale et de politiques sectorielles qui seront mises en œuvre grâce à un Plan Stratégique National du Développement Culturel constitué par un comité multisectoriel. Une cartographie des industries culturelles existantes a également eu lieu à Niamey en 2012.

Objectifs de la mission
Cette assistance technique a accompagné la volonté du Niger de tirer profit du potentiel de son secteur de la culture. En effet, la mission a guidé le pays pour étendre et développer les activités de soutien relatives aux industries culturelles et les ressources disponibles à travers le pays.

© Jordi Baltà Portolés

En créant un environnement propice à l'essor des industries culturelles, le pays pourra bénéficier de leur croissance et des avantages économiques (emplois et réduction de pauvreté) et sociaux qui lui permettront d'améliorer les conditions de vie de ses citoyens.

M. Francisco d'Almeida (Togo) et M. Jordi Baltà Portolés (Espagne) ont fourni au pays leur expertise reconnue dans le soutien, la gestion et le développement des industries culturelles afin de renforcer les capacités nationales de soutien à ces industries. Ainsi, les experts se sont efforcés de contribuer au renforcement du rôle et des capacités de l'Agence de Promotion des Entreprises et Industries Culturelles (APEIC), ainsi que des relations de cette Agence avec les principales parties prenantes du secteur culturel et des autres secteurs concernés par les industries culturelles. Ces activités visent en effet à faire de l'APEIC un acteur clé du secteur de la culture, capable à la fois de soutenir tout au long de leur développement des industries culturelles et d'en assurer la longévité.

Activités réalisées
Pendant leur première visite en juillet 2012, les experts ont entrepris de nombreuses activités de diagnostic, afin de mieux comprendre l'environnement dans lequel l'APEIC travaille et d'identifier les besoins et les difficultés spécifiques aux entrepreneurs culturels nigériens. Une série de consultations avec de nombreux représentants gouvernementaux (notamment le Ministre de la Jeunesse, des Sports et de la Culture), des membres de la société civile, des opérateurs culturels et des artistes a notamment eu lieu. Cette analyse a également permis d'identifier des partenaires possibles pour l'APEIC, ainsi que les autres agences internationales ou bilatérales agissant dans le secteur (OIF, coopération française, luxembourgeoise et espagnole, Délégation de l'Union européenne), afin de coordonner et de bénéficier du travail de chacun.

Ce travail préparatoire a ouvert la voie pour la deuxième et troisième visite en septembre et novembre 2012, qui furent divisées en deux composantes : 1) le renforcement des capacités de l'APEIC ; et 2) l'élaboration d'une stratégie d'intervention et d'un plan d'action pour l'Agence. La première composante a notamment inclus des éléments de formation pour les membres de l'équipe de l'APEIC, notamment sur la Convention UNESCO de 2005, l’économie de la culture, les industries culturelles et les modalités de soutien aux entreprises culturelles. Le groupe de partenaires et d'interlocuteurs de l'Agence a également été élargie, pour inclure par exemple des membres du secteur bancaire et de la formation professionnelle. Quant à la seconde composante des visites, celle-ci s'est centrée sur la définition de l'action globale de l'APEIC et des formations prioritaires qu'elle entreprendra par la suite.

Résultats
Outre le renforcement des capacités de l'APEIC, qui lui permettra de mieux entreprendre de nombreuses activités de soutien au secteur de la culture, une stratégie a été élaborée lors de cette mission, consacrée à la définition de l'intervention globale de l'APEIC au sein du secteur et aux formations prioritaires qu'elle aura à entreprendre pour renforcer le secteur. Cette stratégie est le fruit à la fois de la collaboration entre les experts et l'équipe nationale, et de la concertation avec les différents acteurs institutionnels, économiques et professionnels concernés par le soutien aux industries culturelles. La stratégie est accompagnée d'un plan d'action moyen terme (2013-2015) et vise à créer une véritable offre de soutien pour les industries culturelles au Niger. Cette mission a également bénéficié d'attention médiatique, qui lui a permis de sensibiliser à la fois les acteurs de l'industrie dite classique et le public en général sur l'important rôle que peut jouer la culture comme facteur de développement économique et social.

Activités de suivi 2013
La mission de suivi a eu lieu du 26 août au 3 septembre 2013 et a permis l’élaboration des Plans d’action 2014 et 2015, ainsi que d’un document d’orientation pour l’identification des marchés prioritaires dans les filières des industries culturelles. Elle a également permis d’analyser la situation actuelle de l’APEIC et sa capacité de répondre aux objectifs du projet, ainsi que l’évolution de ses activités suite à la première mission en 2012. Les experts ont ainsi constaté une réelle progression de l’intervention de l’APEIC, un réel engagement de son personnel et une meilleure connaissance des industries culturelles.

 

Retour en haut de la page