Pourquoi une politique de soutien aux industries culturelles et créatives ?

En 2005, la Conférence générale de l’UNESCO adopte la Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles. Pour la première fois, un traité international prend en compte le caractère des processus en question et les effets de la mondialisation sur les secteurs culturels, et reconnaît la double nature des biens et services qui les composent. Parmi ses objectifs figure notamment (art. 14) le soutien à l’émergence de secteurs culturels dynamiques dans les pays en développement à travers le renforcement des industries culturelles.

La Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles

Depuis son entrée en vigueur en 2007 et à travers ses Directives opérationnelles, la Convention offre un cadre général de gouvernance pour la culture qui :

  • Favorise l’introduction de politiques et de mesures encourageant la créativité, donnant la possibilité aux artistes et aux créateurs d'avoir accès aux marchés nationaux et internationaux tout en s’assurant que leurs produits sont rémunérés et également accessibles à un large public ;
  • Reconnaît la contribution des industries culturelles au développement social et économique d’un pays, en particulier dans les pays en développement ;
  • Intègre la culture dans les stratégies de développement durable et les politiques nationales de développement ;
  • Encourage la coopération internationale pour faciliter la mobilité des artistes ainsi que les échanges de biens et services culturels, en particulier ceux des pays du Sud.

www.unesco.org/culture/fr/2005convention

L’UNESCO a comme priorité de soutenir la participation active des pays émergents et à revenu intermédiaire, mais aussi des pays les moins avancés, aux avantages apportés par la mondialisation, notamment en renforçant leurs secteurs culturels et créatifs. Les jalons ne manquent pas — depuis le rapport de la Commission mondiale de la culture et du développement de 1996, Notre diversité créatrice, à la Conférence intergouvermentale des politiques culturelles pour le développement de 1998, en passant par la Déclaration universelle sur la diversité culturelles de 2001, l’initiative de l’Alliance globale pour la diversité culturelle ou encore, récemment, la reconnaissance de la culture comme facteur de développement lors du Sommet des Nations Unies sur les Objectifs du Millénaire pour le développement en septembre 2010 et l’adoption, par l’Assemblée générale des Nations Unies, de la Résolution portant sur culture et développement le 20 décembre 2010 — autant d’initiatives montrant l’importance croissante du domaine des politiques publiques de soutien aux industries culturelles et créatives dans les réflexions internationales sur la contribution de la culture au développement.

Retour en haut de la page