Présentation

Au cours des quinze dernières années, l’UNESCO s’est appliquée à démontrer le rôle de la culture dans les processus de développement, que ce soit comme secteur d’activités organisé avec un fort impact économique et social, qu’en tant qu’élément transversal incontournable pour atteindre d’autres objectifs de développement, notamment dans les domaines de l’éducation, de la santé, de l’environnement ou de la gouvernance.

L’Organisation a également mené de nombreuses initiatives visant à intégrer la culture dans l’agenda international du développement. En 2010, ces efforts ont porté leurs fruits avec, notamment, la reconnaissance explicite de la contribution de la culture au développement dans le document final du Sommet mondial sur les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) et l’adoption de la Résolution 65/166 sur la Culture et le développement par l’Assemblée générale des Nations Unies.

Ces réalisations à l'échelle mondiale ont été appuyées par le succès de la mise en œuvre de dix-huit programmes Culture et Développement financés par le Fonds espagnol pour la réalisation des OMD (F-OMD). Ces programmes conjoints ont permis la création d’environ 1 million d'emplois directs et ont touché    7 millions de bénéficiaires indirects, en ciblant en particulier les personnes appartenant aux minorités, les peuples autochtones, les femmes et les jeunes. Ils ont ainsi montré que la culture est un secteur qui génère des revenus et des emplois, mais qu’elle constitue aussi un point d’entrée privilégié pour favoriser, entre autres, l’autonomisation des femmes ou la construction de la citoyenneté. Une des caractéristiques singulières de ces programmes est l’importance accordée à la création de systèmes de collecte de données et de statistiques, l’élaboration de politiques et de stratégies et le renforcement des capacités, éléments qui se sont révélés essentiels pour promouvoir un développement humain durable et inclusif aux niveaux local et national.

Aujourd’hui, l’UNESCO se doit de capitaliser sur ces initiatives pour continuer à mettre en pratique cette vision et réunir suffisamment d’expériences pour générer assez de savoirs et de données démontrant, par les faits et de manière irréfutable, combien et comment la culture contribue au développement. C’est dans ce cadre que l’UNESCO met en œuvre des projets et propose des outils pour opérationnaliser la Convention de 2005 sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles. Il s’agit ainsi de créer, diffuser et partager les connaissances et les expériences acquises, en mettant au service des acteurs du secteur culturel et créatif des instruments leur permettant de travailler plus efficacement en faveur de l’émergence de secteurs culturels dynamiques.

Ce guide « Politiques pour la créativité – Guide pour le développement des industries culturelles et créatives » s’inscrit dans cette stratégie. Il propose des orientations pratiques et concrètes pour la formulation, la gestion et le suivi de politiques en faveur des industries culturelles et créatives porteuses d’un potentiel majeur — souvent inexploité — pour créer des emplois et des revenus tout en générant des externalités positives pour l’ensemble des citoyens.

L’UNESCO se félicite de cette action coordonnée avec l’Organisation internationale de la Francophonie visant à soutenir les décideurs et les gestionnaires des pays du Sud dans leurs efforts de structuration et de consolidation de secteurs culturels pluriels, viables et porteurs de développement.

Francesco BANDARIN

Sous-directeur général, Secteur de la Culture, UNESCO

=====

L’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) est heureuse de s’associer à l’UNESCO pour la publication de la version française de « Politiques pour la créativité – Guide pour le développement des industries culturelles et créatives ».

Cette initiative, qui vise à favoriser l’élaboration de politiques culturelles publiques dans le but d’accompagner le développement de filières d’industries culturelles et créatives performantes, s’inscrit dans la volonté commune des deux organisations de contribuer à la promotion de la diversité des expressions culturelles et à la prise en compte de la culture dans l’agenda international du développement.

Parce que la défense et la promotion de la diversité culturelle et linguistique est au fondement de la création de l’OIF, les Etats francophones se sont fortement mobilisés pour l’adoption et la ratification de la Convention de l’UNESCO de 2005 sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles. Afin de contribuer à sa mise en œuvre, l’OIF a souhaité inscrire dans sa programmation le renforcement de son dispositif de coopération culturelle en privilégiant les actions de soutien aux politiques et aux industries culturelles. Elle accompagne ainsi ceux de ses pays membres qui en expriment le besoin, dans la mise en place d’un environnement national favorable à l’affirmation de la diversité des expressions culturelles et à l’émergence d’un secteur culturel marchand organisé, compétitif et créateur de revenus et d’emplois durables.

En proposant une approche méthodologique claire et pratique, permettant de définir des stratégies concrètes d’intervention publique, ce Guide est un outil de première nécessité, et nous souhaitons que tous ceux qui conçoivent ou mettent en œuvre des politiques culturelles publiques au niveau national et local puissent se l’approprier utilement. Il devrait ainsi permettre la promotion, dans un grand nombre de pays, d’industries culturelles dynamiques qui témoignent de la richesse et de la pluralité des expressions culturelles et qui contribuent utilement au développement économique et social harmonieux des sociétés.

Frédéric BOUILLEUX

Directeur de la Langue française et de la Diversité culturelle et linguistique

Organisation internationale de la Francophonie

===

Avec ce guide, l’UNESCO veut épauler les décideurs et gestionnaires des pays du Sud dans la formulation, la mise en œuvre et le suivi de politiques utiles et efficaces en faveur des industries culturelles et créatives. En cette période de profondes mutations des modes de production, de distribution, de consommation et d’accès à la culture, il est en effet plus nécessaire que jamais de mettre à la disposition de ces acteurs clefs du changement que sont les gestionnaires en charge des politiques culturelles et sectorielles des outils opérationnels clairs, précis et adaptés à leurs besoins et leur réalité.

Dans cet objectif, ce « Guide pour le développement des industries culturelles et créatives » a été conçu à partir de l’expérience des pays latino-américains de ces dix dernières années et enrichi par celle des pays d’Afrique. Véritable outil de travail, ce guide détaille, étape par étape, les processus de conception, de mise en œuvre et de suivi de politiques publiques et fournit des informations et des recommandations, adaptées aux spécificités des pays africains, pour stimuler le développement de la créativité et l’essor des expressions culturelles.

Certes, il n’existe pas, à ce jour, de recette miracle ou de modèle standard en matière de développement de politiques de soutien aux industries culturelles et créatives. C’est pourquoi ce guide s’attache à faciliter la mise en place de processus de concertation, de consultation et de dialogue entre les parties prenantes du secteur privé, les représentants de la société civile, mais également entre les différentes instances gouvernementales concernées.

Le guide « Politiques pour la créativité » s’inscrit dans le cadre des actions d’opérationnalisation de la Convention de 2005 sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles, dont l’un des objectifs principaux est de créer un environnement favorable pour que les artistes, professionnels de la culture et citoyens du monde entier puissent créer, produire, distribuer et diffuser une large gamme d’activités, biens et services culturels et d’en avoir la jouissance. Pour atteindre cet objectif, la Convention appelle à l’adoption de politiques et de mesures qui nourrissent la créativité, permettent aux créateurs d’accéder aux marchés nationaux et internationaux et rendent les produits de la création accessibles à un large public.

Dans ce contexte, ce guide constitue un outil fondamental pour encourager la mise en œuvre, aux niveaux national et local, de l’article 14 de la Convention qui stipule que les Parties « s’attachent à soutenir la coopération pour le développement durable et la réduction de la pauvreté […] en vue de favoriser l’émergence d’un secteur culturel dynamique » à travers, entre autres, la promotion de la créativité comme moteur de développement économique et vecteur de cohésion sociale.

 

Danielle Cliche

Secrétaire de la Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles, UNESCO

Retour en haut de la page