Développer les opportunités commerciales pour les opérateurs culturels et créatifs

Pour développer l’accès des produits culturels et créatifs locaux aux marchés, le responsable politique local peut élaborer des stratégies de promotion ayant une portée locale, nationale et internationale. Tout d’abord, les collectivités locales peuvent jouer le rôle d’interface entre les créateurs et leurs publics, de manière à favoriser leur rencontre. Ils pourront ainsi développer les opportunités de commercialisation des produits. Beaucoup d’initiatives sont possibles. À titre d’exemple, une ville peut organiser, en partenariat avec les infrastructures et les commerçants locaux — les écoles, les bibliothèques ou les librairies — des « saisons culturelles » où sont mises à l’honneur certaines créations culturelles à travers l’organisation d’expositions, de stands et d’activités artistiques.

De manière générale, les municipalités ont un rôle à jouer en matière de diffusion, pour donner une place à l’expression des talents locaux et pour susciter la curiosité et l’intérêt du public, consommateur potentiel de produits culturels. Elles peuvent aussi développer ou prévoir dans leur politique d’aménagement urbain, l’installation de lieux de diffusion culturelle : bibliothèques, salles de concert, complexes culturels. À l’occasion, les cinémas ou les bars peuvent être aménagés en lieux de concert, d’exposition ou de projection audiovisuelle. Les collectivités peuvent également conforter la régularité de l’offre culturelle locale en systématisant l’information sur les programmes des manifestations et des salles. Il faut trouver des solutions peu

coûteuses.

Les stratégies visant à développer la commercialisation des produits culturels et créatifs au-delà du marché local sont tout aussi importantes. Les villes, provinces ou régions, lorsqu’elles en ont les moyens, peuvent mener des campagnes de promotion à travers le pays ou à l’étranger. Pour cela, il est opportun d’appuyer les efforts réalisés en matière de développement touristique dans l’objectif de véhiculer l’image d’un territoire, tout en favorisant sa production et son économie. Le responsable de la politique culturelle a ainsi intérêt à collaborer avec les services touristiques pour promouvoir les arts, le patrimoine et les traditions de sa région de manière à attirer les touristes mais aussi à cultiver la réputation des produits locaux. Au-delà des retombées économiques directes, la conception de circuits ou de voyages culturels intégrant la visite d’expositions ou la participation à des événements comme les festivals ou les carnavals contribuent au rayonnement culturel d’une collectivité et à la reconnaissance de sa vitalité créatrice.

Par ailleurs, dans cette même perspective, les collectivités ont intérêt à mettre en place des entités jouant un rôle de guichet unique pour les échanges internationaux de biens et de services culturels, c’est le cas notamment des commissions du film, qui en facilitant les modalités de tournage, attirent les producteurs cinématographiques et donc les devises étrangères.

En conclusion, les réussites en matière de politique locale de développement des industries culturelles et créatives résultent directement des stratégies de soutien mises en oeuvre par les collectivités en collaboration avec les services de l’État et en partenariat avec le secteur privé, notamment les regroupements de professionnels. C’est à l’échelle territoriale que les enjeux de développement, de cohésion et de bienêtre culturel des populations sont le plus facilement identifiables et c’est aussi à cette échelle que les effets des stratégies mises en oeuvre sont immédiatement perceptibles. De ce fait, il appartient aux collectivités locales de jouer un rôle central d’animateur d’un réseau d’acteurs et de compétences techniques. Tel est le défi qu’elles peuvent relever et qui donne toute sa valeur à leur position.

Retour en haut de la page