Ce dernier chapitre complète le guide en proposant des stratégies et des actions dont l’objectif est d’assurer la continuité de la politique.

La stabilité est une condition nécessaire pour que les stratégies proposées et mises en œuvre puissent donner les résultats escomptés. Elle demeure cependant difficile à atteindre. Que ce soit pour des raisons politiques, financières, humaines ou encore pour des raisons conjoncturelles, il est indispensable de fournir un effort constant pour maintenir les programmes et les actions pendant toute la durée prévue de la politique.

L’évaluation systématique des résultats partiels et le diagnostic permanent de la situation ont des effets sur le processus de planification et d’exécution d’une politique. La nécessité de justifier devant d’autres instances publiques, devant le secteur privé et les citoyens de l’utilisation des ressources destinées aux différents programmes gouvernementaux exige le développement d’instruments d’évaluation de plus en plus sophistiqués. C’est pourquoi, les résultats d’une politique doivent faire l’objet de communications et de publications périodiques et accessibles.

Il ne s’agit pas seulement d’évaluer les bienfaits d’une stratégie (la création d’emploi, la cohésion sociale ou l’augmentation du PIB) en se fondant sur les objectifs souhaités, mais aussi de mesurer son impact en termes de contenu culturel. En effet, les politiques d’appui aux industries culturelles et créatives ne doivent pas seulement évaluer les indicateurs quantitatifs (comme la valeur du chiffre d’affaires, le nombre d’emplois créés ou la capacité d’exportation), mais prendre également en considération les objectifs qualitatifs tant économiques que culturels. Parmi les objectifs économiques, on peut retenir l’obtention des synergies productives et commerciales, la création d’externalités positives, le développement de l’innovation, la collaboration des réseaux ou les faibles coûts de diffusion de l’information. Parmi les objectifs de type culturel, on peut retenir la qualité de l’offre, la singularité du produit, la complémentarité avec d’autres propositions artistiques, l’augmentation et la diversification sociale de la demande, ou la mise en valeur du patrimoine national. En définitive, au fur et à mesure que l’on diagnostique, que l’on planifie et que l’on met en place des actions, on peut disposer d’indicateurs d’évaluation continue appropriés, communiquer et donner de la visibilité aux résultats obtenus. Il devient alors plus facile de garantir la réussite d’une politique.

Suggestions :

A. Garder le personnel compétent est essentiel. L’expérience s’acquiert sur la durée et requiert de pouvoir obtenir l’information clé, voire confidentielle ; il s’agit de savoir être un interlocuteur reconnu et d’apprendre à négocier avec une pluralité d’acteurs possédant des intérêts légitimes mais particuliers.

B. Travailler en collaboration permanente avec le secteur privé et ses représentants. La connaissance des acteurs et l’établissement de relations privilégiées avec certains d’entre eux ne doivent pas entraîner du favoritisme car chacun poursuit son propre projet et sa propre stratégie.

C. Il est nécessaire de veiller à ne pas devenir prisonnier des agents que l’on soutient.

D. Garder en tête que si les grands groupes sont bien organisés, les entrepreneurs nouveaux sur le marché disposent de peu de structures de représentation et les consommateurs, en particulier les maillons les plus faibles, peinent à faire entendre leur voix.

Retour en haut de la page