La coordination avec les administrations locales

De la même manière, il est important de coordonner les efforts nationaux avec les administrations locales. Car c’est principalement l’autorité municipale qui réglemente les espaces urbains où il est possible de mettre en place des districts ou des clusters créatifs. De même, dans la mesure où elles favorisent une vie culturelle dynamique et accueillante, où elles nourrissent et dynamisent le territoire avec l’entreprenariat et l’économie de la culture, elles ont une position incontournable dans la naissance d’initiatives créatives. Ce type de collaboration est assez aisé car de nombreuses autorités municipales, préoccupées par le développement économique local, voient dans la production culturelle l’opportunité de créer de la valeur ajoutée et des emplois de qualité fondés sur la connaissance et la créativité. Elles sont conscientes du lien entre la situation de ces activités et la régénération du milieu urbain. De même, elles s’intéressent de plus en plus à l’image de la marque locale qui permet de véhiculer l’image de la ville à travers des produits de qualité (artisanaux, gastronomiques ou créatifs par exemple).

Tout comme dans le cas des collectivités territoriales, il sera plus facile de relever les défis et les stratégies avec des villes qui disposent d’une industrie locale forte. Cependant, de nombreuses petites et moyennes villes peuvent exprimer une volonté de soutenir les activités culturelles et créatives de leur territoire. Il est important de ne pas créer des attentes exagérées auprès des autorités des très petites villes, même si des projets pilotes réussis de développement d’activité artisanale locale, de mise en place des chaînes de radio ou de petites entreprises musicales ou éditoriales peuvent par la suite être reproduits dans d’autres villes.

Parmi les instruments de soutien local, on peut privilégier la mise en place d’un guichet unique d’appui aux entrepreneurs culturels, le développement de parcs industriels, les stratégies de promotion à l’étranger, la mise en place d’antennes d’appui à l’industrie culturelle ou l’aide pour effectuer les démarches d’obtention de subventions pour le développement de projets culturels. S’appuyant sur la forme des guichets uniques mais allant bien au-delà, les commissions pour le film sont un exemple très intéressant pour l’accompagnement et la facilitation des procédures exigées dans le secteur audiovisuel. Leur mise en place concertée permet de bénéficier de la connaissance de la réalité locale détenue par les autorités du lieu et ainsi d’élaborer des stratégies de développement économique démultipliant l’impact de la politique nationale sur tout le territoire national. De plus, ces commissions permettent d’attirer les investissements locaux et étrangers vers le secteur culturel et créatif en facilitant les procédures administratives. Elles génèrent ainsi des cercles vertueux pour la vitalité culturelle du pays.

Retour en haut de la page