Le corps institutionnel

L’existence d’une direction spécifiquement dédiée au soutien des industries culturelles et créatives est assez récente dans de nombreux pays et assez rare dans les pays d’Afrique subsaharienne. Dans certains cas, ce service peut intégrer les organisations publiques spécialisées dans le développement de l’industrie cinématographique, de l’industrie du livre ou d’autres filières. Si tel n’est pas le cas, ses compétences peuvent être complémentaires et parfois demeurer au second rang. D’autres acteurs institutionnels interviennent aussi dans ce secteur : les ministères chargés de certains aspects liés aux industries culturelles et créatives ainsi que certaines collectivités territoriales. Il est également nécessaire de considérer le rôle des associations professionnelles ou syndicales, des chambres de commerce, des sociétés de collecte du droit d’auteur ou d’autres groupes d’intérêts nationaux ou internationaux qui, dans certains pays, contribuent au développement du secteur et constituent un interlocuteur de choix vis-à-vis de l’action gouvernementale.

L’ensemble de ces forces potentielles doit être disponible, de manière à contribuer au renforcement de la stratégie de chaque responsable du gouvernement. Ainsi, encourager le dialogue est beaucoup plus rentable et efficace que d’avancer seul. Le processus de mise en œuvre d’une politique de développement des industries culturelles et créatives doit être marqué par un effort permanent de concertation afin de parvenir à un consensus et à des alliances stratégiques.

Dans cette perspective de légitimation et de positionnement, le gouvernement doit toujours prendre en compte la double nature des biens et services culturels qui sont à la fois des transmetteurs de contenus intangibles porteurs d’identité et des produits commerciaux. Ceci est indispensable car dans la recherche de solutions d’ensemble, chaque partie essaiera de défendre ses intérêts légitimes et c’est seulement grâce à une vision d’ensemble que l’on pourra arriver à constituer un secteur cohérent, organisé et puissant.

Pour parvenir à cet objectif, il est nécessaire d’écouter de manière ouverte et attentive les différents acteurs, de profiter de leur connaissance du secteur et de compter sur leur expérience en matière de négociation. La synergie et le niveau de capacité qui en résulteront seront essentiels, notamment pour la présentation d’un projet de loi de développement des industries culturelles et créatives devant les différentes instances du pouvoir législatif.

 

Retour en haut de la page