Renforcer les capacités des opérateurs culturels et créatifs

L’éducation, la formation et l’accès à l’information des professionnels du secteur sont des champs d’intervention que les collectivités locales ont la capacité et le devoir d’investir car ils couvrent des missions entrant directement dans leurs compétences. Les villes sont en effet les principaux acteurs de l’enseignement élémentaire, de la formation et de l’éducation artistique. En ce sens, elles ont un rôle fondamental à jouer dans l’acquisition des savoirs théoriques, en offrant des programmes d’enseignement artistique de qualité mais aussi, à travers l’éducation générale, des connaissances permettant de décoder et donc de rendre accessibles au public les œuvres artistiques.

L’implication et les marges de manœuvre des collectivités locales en matière d’enseignement supérieur et de formation professionnelle varient selon les pays et plus précisément selon les compétences qu’elles ont en charge. Dans tous les cas, les collectivités, et notamment les villes, peuvent impulser des partenariats avec les autorités compétentes pour construire des stratégies d’aménagement territorial autour de pôles d’excellence culturels et créatifs. En favorisant la synergie entre chercheurs, enseignants et créateurs, ces stratégies sont sources d’innovation. Elles contribuent, par ailleurs, à la notoriété du territoire où elles sont mises en œuvre.

Au-delà des enseignements artistiques et techniques qui conditionnent la qualité de la production culturelle et créative, l’appui aux compétences des opérateurs dans le domaine de la gestion, de la communication ou de la stratégie commerciale est fondamental. Les collectivités locales peuvent ainsi soutenir les micro-entrepreneurs et les travailleurs indépendants en élaborant ou en finançant des programmes de formation à la création et à la gestion d’entreprises, en créant des dispositifs de conseil aux porteurs de projets et d’accompagnement des jeunes dans la formalisation de leur activité en mettant en place un incubateur ou une pépinière d’entreprises culturelles.  Concentrant l’essentiel du marché du travail culturel, le rôle des collectivités locales est stratégique pour favoriser la rencontre entre l’offre et la demande en facilitant la circulation de l’information. Elles peuvent ainsi créer des centres d’accueil et d’information rassemblant les opportunités d’emplois, de formation mais aussi les appels d’offre et les appels à projet dans le secteur des industries culturelles et créatives.

Quelle que soit la stratégie choisie en matière de renforcement des capacités des opérateurs culturels et créatifs, le responsable politique local a tout intérêt à y associer les différents niveaux d’administration de manière à favoriser l’efficacité et la complémentarité de l’action publique. C’est à travers ce type de partenariat qu’est envisagé le fonctionnement de la pépinière d’entreprises musicales de Ouagadougou, lancée en 2011 dans le cadre du programme ARPEM. Elle mutualise en effet les moyens humains et financiers de la mairie de Ouagadougou, de la Maison de l’entreprise du Burkina Faso et du ministère de la Culture, du Tourisme et de la Francophonie.

Retour en haut de la page