Importance particulière des espaces urbains

Historiquement, la concentration spatiale de ces équipements culturels a contribué au développement de nombreuses activités culturelles en générant des synergies suscitées par la concentration de talents et de consommateurs potentiels. Actuellement, de nombreuses villes envisagent de prendre modèle sur les anciens quartiers qui regroupent des artisans en clusters créatifs et encouragent la spécialisation et l’interaction entre les professionnels disposant de savoir-faire complémentaires. Ces stratégies ont l’avantage de mutualiser des installations et des équipements coûteux, de favoriser la rencontre entre les professionnels, de canaliser la demande et d’attirer les touristes. Elles permettent ainsi d’amortir plus rapidement les investissements réalisés. De nombreuses grandes villes s’inspirent en réalité de ces districts industriels en y intégrant des centres de formation et des espaces d’exposition. C’est le cas notamment de Johannesburg (Afrique du Sud) avec le quartier de Newtown ou de Buenos Aires (Argentine) avec le quartier de Palerme.

Cette concentration géographique s’organise souvent autour d’un grand centre de formation où peuvent s’implanter des pépinières ayant pour mission de favoriser l’entrée des jeunes diplômés dans le monde professionnel et l’échange entre les enseignants et les professionnels expérimentés, comme, par exemple, le CENART (Centre national des arts) à Mexico. Mener une politique de développement des industries culturelles et créatives dans les villes moyennes, ou même petites, est également possible mais cela requiert le déploiement de stratégies particulières. Il est notamment opportun de concentrer les efforts sur un très petit nombre d’activités. Le choix des activités à développer est une étape essentielle qui devra être approfondie au moment du diagnostic. Il permettra de prendre en compte les différents facteurs agissant sur le secteur, notamment la dynamique de production locale, le capital humain disponible, en particulier les artistes et les créateurs, les entrepreneurs avérés et potentiels, l’infrastructure existante et la capacité financière disponible.

Sachant que le secteur des industries culturelles et créatives possède une grande diversité d’opérateurs allant des micro-entreprises aux entreprises multinationales, l’échelle d’intervention pour mener une politique de soutien devra être adaptée à la dynamique territoriale. Cela entraîne la mise en œuvre de différentes stratégies d’investissement et permet une plus grande pertinence des actions menées en direction de chaque bénéficiaire et une plus grande efficacité dans l’allocation des ressources budgétaires.

Quelle que soit la taille de son territoire d’intervention, une politique de développement des équipements culturels menée par la direction des industries culturelles et créatives peut prendre plusieurs formes :

 

  •  Appui financier à la création de lieux dédiés à la création et à la production culturelle ;
  •  Assistance technique avec mise à disposition du matériel et des moyens techniques pour soutenir la production et la diffusion des produits culturels ;
  •  Encouragement des stratégies de collaboration et de mutualisation des moyens de production ;
  •  Rénovation des vieux équipements, marchés et espaces industriels ;

 Réhabilitation des installations et des équipements des écoles d’art pour les mettre au service des activités de production.

Veiller à la maintenance des équipements

Une politique de soutien aux équipements culturels ne doit pas se limiter à une stratégie d’investissement. L’entretien et la maintenance des infrastructures doivent également être considérés, surtout dans les pays d’Afrique subsaharienne où ils laissent souvent à désirer. Les équipements y ont une durée de vie raccourcie, d’une part en raison des conditions matérielles et climatiques qui touchent ces pays mais aussi en raison de l’insuffisance, voire de l’absence, de dispositif de maintenance. Ainsi, il n’est pas rare de voir des installations sophistiquées se dégrader en très peu de temps, rendant presque impossible l’amortissement d’investissements très coûteux. Dans le secteur des industries culturelles et créatives, plus qu’ailleurs, il est indispensable de mettre à disposition des moyens significatifs pour l’entretien des équipements, surtout lorsqu’ils possèdent un niveau de technologie élevé.

Retour en haut de la page