Construire votre légitimité politique

De manière générale, les politiques de développement des industries culturelles et créatives doivent parvenir à trouver leur place au sein d’un gouvernement qui suit un agenda politique précis, avec ses propres mandats, ses priorités et ses compromis. Cela implique, de la part du responsable de ce secteur, de susciter des débats et des discussions en interne à différents niveaux.

Dans de nombreux pays, l’existence d’un service destiné exclusivement à la conception et à la mise en œuvre de politiques de développement des industries culturelles et créatives est assez récente. Aussi les autres secteurs du gouvernement n’ont pas encore l’habitude de travailler avec ce service. En outre, certains secteurs peuvent ne pas connaître vos activités ni vos missions.

Les deux questions — agenda politique et (mé)connaissance du gouvernement — se rejoignent sur ce que l’on appelle la question du pouvoir : en termes de politique publique, cela se traduit dans la capacité d’exécuter les décisions prises en bonne et due forme. Avoir le pouvoir est une condition nécessaire pour la réussite de n’importe quelle politique publique. L’obtenir est fondamental.

Évaluer le contexte politique

La réussite d’une politique dépend souvent directement de l’organisation et du respect hiérarchique de votre autorité. Les organisations hiérarchiques trouvent leur origine dans l’ancrage historique et social mais aussi dans les modèles d’organisation de chaque pays. Il est important que vous ayez en tête tous les niveaux hiérarchiques de votre gouvernement et que vous obteniez le soutien explicite des plus hautes autorités politiques. Ceci vous aidera notamment à trouver une solution adaptée aux problèmes suivants :

La nécessité de mobiliser des montants financiers différents selon les étapes de votre politique : vous devrez en effet dépenser des sommes plus importantes pendant le processus de mise en œuvre que lors les étapes préalables ;

La gestion des compétences des différents niveaux de responsabilité politique : vous devrez en effet tenir compte du fait que les prérogatives des autorités supérieures hiérarchiquement dépassent très souvent vos propres attributions.

À cette étape, vous devrez donc veiller à :

Développer un plan de communication efficace afin que les personnes et les organisations ayant un lien avec votre secteur d’intervention connaissent votre travail et les projets que vous souhaitez mettre en place ;

Formaliser des conventions ou d’autres types d’accords avec les institutions et certains représentants du secteur privé impliqués dans le processus de développement des industries culturelles ;

Préparer un argumentaire pour exposer clairement les intérêts stratégiques qui sont en jeu dans le secteur des industries culturelles et créatives et pour présenter les arguments culturels, économiques et sociaux qui appuieront vos positions ;

Créer des alliances avec les autres institutions et les hautes autorités de votre pays de manière à ancrer durablement les principes de votre politique dans les priorités nationales.

Faire intégrer les priorités de votre politique dans la stratégie nationale de développement

Toutes ces démarches concourent à construire la légitimité de votre action par rapport aux autorités mais aussi par rapport aux citoyens de votre pays. Cette légitimité constitue le fondement de la durabilité des effets de votre politique, d’autant plus si celle-ci s’inscrit dans les priorités nationales de développement de votre gouvernement. C’est pourquoi vous devez veiller à participer à tout processus d’élaboration et d’adoption des documents où sont fixées les orientations de développement national (tels que les Documents stratégiques de réduction de la pauvreté), de manière à faire valoir vos priorités.

C’est ainsi que plusieurs pays ont inscrit la culture et les industries culturelles comme secteur prioritaire de leur stratégie de croissance. En 2007, le Sénégal donne une importance particulière au secteur des industries culturelles et créatives dans son document de Stratégie de croissance accélérée. Fondée sur l’approche de « grappes decroissance », cette stratégie prévoit des programmes de soutien et de promotion pour les filières porteuses. Ainsi, au même titre que l’agriculture ou le textile, le secteur Tourisme, industries culturelles et artisanat d’art a été identifié comme une grappe de croissance à privilégier.

De même, le gouvernement du Burkina Faso a récemment décrété prioritaire le secteur de la culture dans son nouveau document de Stratégie de croissance accélérée et de développement durable 2011-2015 (SCADD) adopté en 2010. La SCADD prévoit en effet dans son axe 1, « Promouvoir les pôles de croissance et réduire la vulnérabilité de l’économie », des mesures de promotion de la culture et du tourisme, et notamment des actions de soutien à l’émergence d'une industrie culturelle et touristique. Coordonnée par le ministère de l’Économie et des Finances, l’élaboration de ce document s’est faite de manière participative, à partir d’études thématiques et de consultations sectorielles avec les institutions et les acteurs du développement national. Entretenir des relations régulières et constructives avec les plus hautes autorités de l’État est donc indispensable pour maximiser les chances de voir vos objectifs inscrits dans une politique d’État à long terme.

Quelques conseils pour communiquer sur votre travail de planification

La manière la plus adaptée de communiquer sur votre travail est de réaliser un document écrit auquel les personnes et les organisations des différents secteurs peuvent avoir accès. Ce document ne doit pas être long mais doit présenter les propositions d’action de chaque organisation. vous les exprimerez de manière très concrète, les classerez en fonction de leur importance et des détails préalablement déterminés. Cette rédaction vous occupera pendant plusieurs semaines mais servira de guide pendant toute la gestion de votre programme. Elle vous économisera beaucoup de temps, améliorera votre capacité de décision et vous permettra de comparer les résultats prévus aux résultats obtenus. Grâce

à ce document, vous pourrez également réorienter les politiques, en modifiant celles qui n’auront pas eu les résultats escomptés. Il est recommandé de répartir les activités et

les actions dans un planning en différenciant celles à réaliser à court terme, de celles qui peuvent être réalisées à moyen et long terme.

Retour en haut de la page