Les Routes du fer en Afrique

Dans un contexte de mondialisation et à l’heure où l’humanité conscientise son entrée dans une ère nouvelle, l’Afrique se doit d’être présente au rendez-vous, en se réhabilitant aux yeux d’un monde qui a généralement occulté son passé technologique.

Trois concepts majeurs sont apparus au centre des débats de la conférence de lancement du projet (Abuja, février 1995) : la tradition, la modernité et le développement du continent. Avec les Routes du fer en Afrique, il s’agit de mettre au jour la culture technologique de l’Afrique pour mieux faire face aux défis du développement ; il s’agit pour les Africains, de prendre connaissance de leur passé pour mieux préparer leur avenir.

ORIGINES

L’intérêt croissant manifesté par les hommes de science et les industriels à l’égard du fer africain

Depuis une quinzaine d’années, de nombreuses équipes de recherche de forme pluridisciplinaire et internationale travaillent à la reconstitution de l’histoire du fer en Afrique, mais aussi à la mise en évidence de l’importance économique, sociale et culturelle que ce métal revêt dans les sociétés africaines depuis la période pré-coloniale jusqu’à nos jours.

Les travaux effectués ont déjà fait l’objet d’intéressantes publications et ont aussi donné lieu à d’importantes rencontres internationales en Europe, aux Etats–Unis et en Afrique. Ils montrent, par les datations radiocarbone, que les débuts de la métallurgie en Afrique remontent au troisième millénaire avant l'ère chrétienne, et par conséquent que ce continent n’a pas reçu les techniques de la métallurgie du fer de l’extérieur, comme on le prétendait, mais qu’il a lui aussi connu le développement de techniques endogènes. Les études de laboratoire appropriées révèlent que les forgerons africains ont su mettre au point, dans la mise en forme des armes, des objets d’art ou des objets cultuels, des techniques de fabrication fort élaborées. Enfin, l’étude de la survivance des techniques anciennes dans la vie des sociétés actuelles atteste de la grande capacité des artisans à adapter les savoir-faire traditionnels dans la fabrication des outils modernes en utilisant le fer de récupération.

Les chercheurs s’intéressent aussi à l’impact du travail du fer sur l’évolution de l’environnement, du fait que les métallurgistes et les forgerons utilisent le bois pour fabriquer le charbon nécessaire à la production du fer ou à la transformation de ce métal à la forge.

Tous ces différents aspects entrent dans les préoccupations de la Communauté internationale qui se devait de les appuyer.

L’exploration de nouvelles voies de développement

La Décennie 1988-1997 a été proclamée Décennie du développement culturel par l’UNESCO. Dans un tel contexte,la communauté internationale était invitée à corriger son approche quantitative du développement et à l’accompagner d’une prise en compte systématique de sa dimension culturelle en vue d’un développement plus humain. C’est ainsi que l’UNESCO a invité les Etats membres à tenter des approches novatrices de développement qui intègrent désormais savoirs-faire traditionnels, valeurs philosophiques, métaphysiques et religieuses. Cette approche favorise une revalorisation du patrimoine culturel, et du génie créateur propre à chaque peuple et dont il doit savoir se servir pour construire son devenir.

OBJECTIFS

En proclamant de 1988 à 1997 la Décennie mondiale du développement culturel, l’Assemblée générale des Nations Unies avait invité la communauté internationale à corriger son approche quantitative du développement et à l’accompagner d’une prise en compte systématique de sa dimension culturelle en vue d’un développement plus humain.

S’il est vrai que le fer, élément constitutif de tout être, n’est le monopole de personne, chaque peuple a développé un rapport particulier au fer, dans son évolution économique, sociale, culturelle et industrielle.

Dans la pensée africaine, le fer est chargé de tant de vertus, de valeurs et de références mythiques qu’il a été élevé dans bien des communautés africaines au rang des divinités. Il a joué un rôle décisif dans la construction des mythes fondateurs et dans la structuration socioprofessionnelle de bon nombre de sociétés et de clans, à tel point que l’on a pu parler d'une véritable "culture du fer" en Afrique.

En outre, depuis une vingtaine d’années, un certain nombre de publications scientifiques font état de découvertes archéologiques révélant l’existence d’une métallurgie africaine du fer plus ancienne qu’on ne l’estimait généralement (troisième millénaire avant l'ère chrétienne). Ceci remet en cause les thèses selon lesquelles cette technologie aurait été diffusée en Afrique à partir du Proche-Orient, via le Nord du continent africain.

Si bien qu’au moment où se multiplient les conjectures et prospectives en matière de développement, faire resurgir ce patrimoine culturel, en mettant la culture du fer au service du développement, permet non seulement d’avoir un nouvel éclairage sur la connaissance des sociétés concernées, mais également de disposer d’un cadre précis et mobilisateur, pour mettre en œuvre des activités de sauvegarde du patrimoine, de promotion des arts et de l’artisanat, d’éducation, de développement d’activités industrielles, voire de point de départ d’une culture d’entretien et de maintenance largement en défaut aujourd’hui, ce qui cause un grave préjudice au développement durable en Afrique.

C’est dans ce contexte que le projet "Les Routes du fer en Afrique", présenté par le Mozambique, soutenu par le groupe des Etats africains, la France, les Pays-Bas, le Portugal, le Venezuela, et encouragé par l’O.U.A., a été lancé par la Conférence générale de l’UNESCO à sa vingt-sixième session (1991), en vue de contribuer :

"à développer une recherche scientifique interdisciplinaire et des activités intersectorielles autour du travail du fer dont les résultats pourront être pris en compte, notamment dans des actions d’éducation et de communication, dans les projets et les stratégies de développement industriel dans les Etats membres d’Afrique, ce qui favoriserait les interactions entre l’éducation, la communication, l’action culturelle et le développement communautaire."

Le projet œuvre donc dans le sens d’une meilleure connaissance du passé pour mieux préparer l’avenir ; il se veut une articulation entre la culture, la science, la technologie et le développement.

Pour plus d'information :

Documents

23.01.17
Appel à propositions : Définir les indicateurs de l’universalité de l’Internet
28.09.16
Le haut débit et les TIC pour atteindre les ODD : surmonter la fracture numérique de genre et relever les défis en matière d’éducation et d’investissement
19.09.16
Rapport 2016 de la Commission sur la large bande : plus de la moitié de la population mondiale n’est pas connectée et la fracture de genre se creuse
08.07.16
Des sociétés du savoir pacifiques et ouvertes pour réaliser l’ODD 16
14.03.16
La Commission sur le haut débit des Nations Unies définit de nouveaux objectifs afin de répondre aux Objectifs de développement durable
26.05.16
Première réunion régionale sur la gouvernance d’Internet et l’infoéthique organisée en République dominicaine
15.06.15
L'UNESCO présente la version finale de l'étude sur l'Internet en anglais et en français
09.06.15
Solutions libres de télé-enseignement pour des sociétés du savoir inclusives
03.06.15
Le forum SMSI 2015 associe les TIC aux ODD
04.06.15
Le Forum 2015 SMSI : les dimensions éthiques de la société de l’information en lien avec le développement durable
04.06.15
La culture et les TIC, moteurs du développement durable
10.06.15
L’UNESCO convoque la 10e réunion de facilitation de la grande orientation C9 « Médias » au Forum 2015 du SMSI
04.06.15
Forum 2015 du SMSI : Faire de l’autonomie une réalité – Accessibilité pour tous
02.06.15
Le Directeur général adjoint de l’UNESCO s’adresse au Forum 2015 du SMSI
02.03.15
#NetStudy : Interconnectons les ensembles pour l’accessibilité, la liberté d’expression, la confidentialité et l’éthique en ligne
26.05.16
Questionnaire mondial de l’UNESCO sur l’étude relative à l’Internet : près de 200 réponses reçues
23.03.14
La Directrice générale ouvre la 9e session de la commission sur le développement digital à Dublin
19.03.14
La Directrice générale de l’UNESCO salue l’annonce d’un transfert des principales fonctions de gestion des noms de domaine Internet
26.02.14
L’UNESCO se joint à l’ISSN pour créer ROAD, un répertoire des ressources scientifiques et universitaires en libre accès
28.11.13
La Déclaration finale de la première réunion d’examen SMSI+10 approuvée par les 195 États membres de l’UNESCO
21.09.13
Une commission des Nations Unies sur le haut-débit annonce les données pays par pays sur l’accès au haut-débit dans le monde
27.05.13
Débat sur l’évolution des médias et l’universalité d’Internet lors du Forum 2013 du SMSI
14.05.13
L'UNESCO va rendre ses publications accessibles gratuitement dans le cadre de sa nouvelle politique de libre accès
16.05.13
30 organisations internationales déclarent conjointement : Faites un meilleur usage des technologies pour l’après-2015 !
27.03.13
Les droits universels de l’Homme ont été réaffirmés au cours de la réunion d’examen du SMSI+10
08.03.13
Visite de la directrice générale au Québec
07.03.13
La Directrice-générale en visite à l’Université Laval du Québec
05.03.13
Pour une Charte africaine de la jeunesse connue de tous !
28.02.13
La large bande, la technologie et l’éducation – Les enseignements du Forum du SMSI
25.02.13
Le haut débit, chaînon manquant de l’accès mondial à l’éducation
15.02.13
De la société de l’information aux sociétés du savoir - Dix ans après le Sommet mondial sur la société de l’information
07.02.13
Les inscriptions pour la première réunion d’examen SMSI+10 vont bientôt se terminer !
08.02.13
L’UNESCO annonce le nom du gagnant du concours d'affiches « La liberté et la capacité de la connaissance »
26.11.12
Les inscriptions sont ouvertes pour la première réunion d’examen SMSI+10
07.09.12
Vers des sociétés du savoir pour la paix et le développement durable : l’UNESCO lance un appel à participation aux consultations ouvertes
27.08.12
Appel à participation : Concours d’affiches sur les sociétés du savoir
10.11.11
Vers des sociétés du savoir inclusives : les Etats membres approuvent le renforcement de la contribution de l’UNESCO aux buts du SMSI
25.10.11
Appel à contributions : conversation en ligne sur le programme thématique et le nouveau format du Forum 2012 du SMSI
17.10.11
Ouverture à Quito du premier Congrès international de la culture libre
05.10.11
Atelier de renforcement des capacités pour les journalistes en amont du FGI 2011 à Nairobi
04.10.11
Contenu local, développement de l’Internet et prix d’accès : présentation d’une nouvelle étude au FGI 2011
27.09.11
L’UNESCO fait avancer le débat sur les réseaux sociaux et la démocratie, cette semaine au 6ème FGI à Nairobi
27.09.11
L’UNESCO réaffirme son engagement pour une gouvernance mondiale de l’Internet au 6ème FGI
25.09.11
L’UNESCO au Forum sur la gouvernance de l’Internet 2011
31.08.11
La version chinoise de la Plate-forme communautaire du SMSI est en ligne
26.08.11
L’UNESCO présente les premiers résultats du projet du PIPT sur l’accès à l’information et la transparence dans la région andine
09.08.11
Dites au monde entier ce que vous pensez de l’examen du SMSI en 2015
27.06.11
Appel à contributions : l’UNESCO prépare le SMSI +10
15.06.11
Edifier des sociétés du savoir aux Caraïbes : ouverture aujourd'hui à la Grenade de la conférence du PIPT
14.06.11
Enquête mondiale sur la protection de la vie privée sur Internet : appel à propositions

Afficher les résultats 1 à 50 sur un total de 281

1

2

3

4

5

6

Suivante >

Retour en haut de la page