Frankétienne (Haïti)

Né en 1936 dans l'Artibonite, en Haïti, auteur de plus d'une quarantaine d'ouvrages en tous genres (roman, poésie, théâtre) Étienne, Franck devenu Frankétienne, est aujourd'hui une des plus grandes figures de la littérature des Caraïbes. Polygraphe, il est l'un des rares à écrire avec force et bonheur dans deux grandes langues littéraires caribéennes: le français et l'haïtien. En 1979, le magazine français Demain l'Afrique lui consacre quatre pages ; en 1982, Marie-Michèle Amédée présente un mémoire de maîtrise à l'Université de Montréal sur Dézafi ; Kaselezo est présentée à Beaubourg (Paris) en 1986 et, en 1987, au Festival de théâtre des Amériques à Montréal ; cette même année la revue Dérives (Montréal) consacre un numéro spécial à Frankétienne. Dézafi occupe une place fondatrice pour la nouvelle génération de la « créolité » martiniquaise (voir Lettres créoles, 1991). En 1997, Pèlin-Tèt est jouée dans une traduction anglaise, The Noose, au New Immigrant Theatre Festival de New York, puis elle est rééditée en 2002 dans la nouvelle orthographe haïtienne par The Institute of Haitian Studies (University of Kansas). En 1998, un premier livre, L'Oiseau schizophone, est réédité à Paris par Jean-Michel Place qui reprendra en 2000 Les Affres d'un défi ; et enfin les éditions Vents d'Ailleurs reprennent en huit volumes Les Métamorphoses de l'Oiseau schizophone (2004-2005).

Il a fondé au début des années 70, avec ses amis écrivains Jean-Claude Fignolé et René Philoctète, le mouvement Spiralisme, qui propose l'éclatement des formes, des genres et des imaginaires. Également comédien, metteur en scène et peintre, Frankétienne partage son temps entre l'écriture, le théâtre, la peinture et les voyages. En 2010, Frankétienne a été nommé Artiste de l’UNESCO pour la paix par la Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova.

Retour en haut de la page