La Route de l'Esclave

L’ignorance ou l’occultation d’événements historiques majeurs constitue un obstacle à la compréhension mutuelle, à la réconciliation et à la coopération entre les peuples. Aussi l'UNESCO a décidé de briser le silence sur la traite négrière et l’esclavage qui ont impliqué tous les continents et provoqué des bouleversements considérables modèlent en conséquence nos sociétés modernes.

Lancé en 1994 à Ouidah, au Bénin, le projet La Route de l’esclave poursuit un triple objectif:

  • Contribuer à une meilleure compréhension de ses causes et des modalités d’opération ainsi que des enjeux et des conséquences de l’esclavage dans le monde (Afrique, Europe, Amériques, Caraïbes, l’océan Indien, Moyen Orient et Asie) ;
  • Mettre en lumière les transformations globales et les interactions culturelles issues de cette histoire ; et
  • Contribuer à une culture de la paix en favorisant la réflexion sur le pluralisme culturel, le dialogue interculturel et la construction des nouvelles identités et citoyennetés.

Marcus Miller

Le 22 Mars 2013 Marcus Miller, Artiste de l'UNESCO pour la Paix et le Porte-parole du projet Route de l'esclave, a donné un concert à l'Assemblée générale des Nations Unies dans le cadre de la célébration de la Journée internationale du souvenir des victimes de l'esclavage et de la traite transatlantique des esclaves (25 mars). Le thème de la Journée internationale 2013 - "A jamais libre: Célébration de l'émancipation» - rend hommage à la lutte pour l'émancipation des peuples asservis à travers le monde, y compris aux Etats-Unis qui célèbrent cette année son 150e anniversaire.

REJOIGNEZ-NOUS!


Retour en haut de la page