10.06.2009 -

Le Directeur général demande la libération d’Ibrahim Mohammed Ali, directeur d’une télévision, enlevé en Somalie

Le Directeur général de l’UNESCO, Koïchiro Matsuura, a appelé aujourd’hui à la libération sans conditions d’Ibrahim Mohammed Ali, directeur d’une télévision somalienne, enlevé le 2 juin à Garasbaley, et demandé des mesures en vue de mieux protéger les professionnels des médias dans ce pays.

« Je demande la libération sans condition d’Ibrahim Mohammed Ali », a déclaré le Directeur général. Il a ajouté : « Les professionnels des médias sont la cible en Somalie d’une violence inacceptable. Je demande aux autorités de faire tout ce qui est en leur pouvoir pour améliorer la sécurité des journalistes. Permettre aux journalistes de faire leur travail est important pour la société dans son ensemble. Pour que les citoyens contribuent à leur reconstruction de leur pays, la liberté d’expression et la liberté de la presse sont essentielles même dans une période troublée comme celle que connaît la Somalie ».

Ibrahim Mohammed Ali, surnommé Jeekey, est le directeur de la télévision Universal, basée à Garasbaley (Somalie).

L’UNESCO est le seul organisme des Nations Unies dont la mission consiste à défendre la liberté d’expression et la liberté de la presse. En vertu de l’Article premier de son Acte constitutif, l’Organisation est tenue « d’assurer le respect universel de la justice, de la loi, des droits de l’homme et des libertés fondamentales pour tous, sans distinction de race, de sexe, de langue, ou de religion, que la Charte des Nations Unies reconnaît à tous les peuples. » À ces fins, elle doit « favorise[r] la connaissance et la compréhension mutuelle des nations en prêtant son concours aux organes d’information des masses ; elle recommande, à cet effet, tels accords internationaux qu’elle juge utiles pour faciliter la libre circulation des idées, par le mot et par l’image. »




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page