14.05.2020 - Culture Sector

Protéger le patrimoine culturel en cas de conflit armé : le 66e anniversaire de la Convention de La Haye de 1954 de l'UNESCO

Logo de la Convnetion de 1954 © UNESCO

Le 14 mai 2020 marque le 66ème anniversaire de la Convention pour la protection des biens culturels en cas de conflit armé. La Convention adoptée par la Conférence de La Haye en 1954 était la réponse de la communauté internationale à la destruction massive du patrimoine culturel pendant la Seconde Guerre mondiale.

Premier traité international à vocation universelle portant exclusivement sur la protection du patrimoine culturel en cas de conflit armé, la Convention de La Haye de 1954 reconnaît la valeur des biens culturels et appelle à leur respect et à leur protection. La Convention fait écho à la conviction de la communauté internationale selon laquelle les dommages causés aux biens culturels appartenant à un peuple quelconque sont équivalents aux dommages causés au patrimoine culturel de l'humanité tout entière, car chaque personne apporte sa contribution à la culture du monde.

Depuis sa création, la Convention a été ratifiée par 132 pays. « Alors qu'actuelle crise sanitaire globale remet en question la protection du patrimoine culturel dans les pays touchés par des conflits, il est plus important que jamais de s'engager à respecter les règles internationales de protection du patrimoine. C'est pourquoi j'invite tous les pays qui ne l'ont pas encore fait à ratifier la Convention de La Haye de 1954 afin d'amplifier l'engagement de la communauté internationale à sauver le patrimoine en cas de conflit armé », fait appel S.Exc. Ambassadeur Atanas Ignatov Mladenov, Président de la réunion des Hautes Parties contractantes à la Convention de La Haye de 1954 et Délégué permanent alternant de la Bulgarie auprès de l'UNESCO.

Bien que des progrès notables aient été réalisés dans sa mise en œuvre, des efforts supplémentaires importants sont nécessaires - il reste des défis à relever, notamment une meilleure incorporation des dispositions de la Convention dans le droit national, ainsi que de la mise en place de formations régulières pour les forces militaires et les forces de l'ordre en matière de respect et de protection des biens culturels. De nombreux défis proviennent également de l'évolution de la nature des conflits armés et concernent la volonté et la capacité de toutes les parties belligérantes à sauver la culture.

Cet anniversaire offre une occasion importante d'évaluer les progrès accomplis au cours des 66 dernières années et de réexaminer le défi que représente la sauvegarde du patrimoine de l'humanité contre les conséquences catastrophiques de la guerre. Même en cette période exceptionnelle de la crise COVID-19, l'UNESCO et les États parties s'efforcent de sensibiliser l'opinion et profitent de cet élan pour continuer à placer la protection des biens culturels en conflit au premier rang des priorités nationales, régionales et internationales, en raison de son importance pour le développement et la coexistence pacifique dans le monde.

 




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page