06.04.2011 - Secteur de la Culture

Le Musée du Génocide de Tuol Sleng: Le programme de l'UNESCO « Mémoire du monde » et la réorganisation du musée

Le Musée du Génocide de Tuol Sleng

 

Le 7 février 2011, le Bureau de l’UNESCO à Phnom Penh a célébré l’inauguration du nouveau circuit de visite du Musée du Génocide de Tuol Sleng. Cette cérémonie fut le point culminant d'un projet intensif de deux ans intitulé « Assistance au Musée du Génocide de Tuol Sleng à Phnom Penh, au Cambodge (la prison des Khmers rouges connue sous l’appellation S-21)" ». Les archives du Musée de Toul Sleng ont été inscrites dans le Registre de la Mémoire du Monde de l’UNESCO en raison de leur importance historique. Le Bureau de l’UNESCO à Phnom Penh, le ministère de la Culture et des Beaux-arts du Cambodge et le Musée du Génocide de Tuol Sleng sont particulièrement reconnaissants au gouvernement des États-Unis d'Amérique pour leur soutien financier. </h1>

 L’objectif de ce projet était double : il visait au renforcement des capacités du Musée à conserver, préserver et utiliser, pour des activités pédagogiques, la collection documentaire unique d’un point de vue historique et la plus complète de l'ancienne prison S-21 et du centre d'interrogation, symboles du régime de Pol Pot. On estime à plus de 15000 le nombre des captifs détenus dans cette prison de 1975 à 1979. La collection illustre le sort de ces détenus. On estime également que le Kampuchéa démocratique a couté la vie à plus d’un million de personnes par des exécutions, la faim ou la maladie, et a ramené le Cambodge à l’époque moyenâgeuse. Le deuxième objectif du projet du musée était l’amélioration des locaux pour assurer un meilleur environnement de travail et des conditions de la collection dans le stockage. Le site de la prison est cependant  conservée comme une icône symbolique;  sans aucune modification de sa structure initiale.


Le succès de l'application et de la réalisation des objectifs du projet ont assuré la capacité future du musée à avancer malgré le poids du passé et à établir un dialogue en vue de la réconciliation sociale et de la guérison du Cambodge. Il est essentiel pour les générations futures du Cambodge de connaitre leur passé, car il est impossible de penser à l'avenir, si le passé n'est pas compris. La citation de George Orwell, «Celui qui a le contrôle du présent a le contrôle du passé, celui qui a le contrôle du passé a le contrôle du futur » (« 1984 », Londres: Harvill Secker,1949, p.309) saisit l'essence de l'approche nécessaire au Cambodge. Le Musée du Génocide de Tuol Sleng porte donc l’espoir de devenir un musée de la paix où les discussions sur la paix et la réconciliation peuvent commencer par l'engagement de tous les membres de la société civile cambodgienne.

Contacts: p.delanghe(at)unesco.org; m.hong(at)unesco.org; n.hayashi@unesco.org

 




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page