22.09.2010 - UNESCOPRESS

Dirigeants et experts mondiaux se rencontrent pour rehausser le profil de l’éducation dans l’agenda pour le développement

Une table ronde destinée à examiner les moyens de valoriser l’éducation en montrant l’importance de son impact sur les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) se tiendra le 22 septembre. Les dirigeants de la communauté internationale sont actuellement réunis à New York pour examiner les progrès concernant les OMD.

Selon les organisateurs de cette session, Save the Children, le Qatar, l’UNESCO et l’UNICEF, il est essentiel de consacrer à l’éducation une attention toute particulière. L’éducation constitue la clé d’une progression globale durable vers les cibles du millénaire. Pourtant, environ 69 millions d’enfants ne peuvent actuellement aller à l’école chaque année, et parmi eux les plus marginalisés.

D’après Son Altesse Sheikha Mozah Bint Nasser Al Missned, Présidente de la Fondation du Qatar pour l'éducation, la science et le développement communautaire, « l’éducation joue un rôle central dans la réalisation de tous les OMD et doit être prioritaire dans toutes les régions, y compris celles affectées par les catastrophes naturelles et les conflits. Les conflits représentent une menace de taille pour la sécurité humaine et pour les objectifs du Millénaire pour le développement difficiles à atteindre ».

Cette rencontre, à laquelle participent chefs d’Etats et décideurs mondiaux, est organisée alors que l’on craint que l’élan pris par le secteur de l’éducation depuis le début de la décennie ne commence à faiblir. Les progrès ont été moins probants pour les enfants les plus pauvres, ceux vivant dans des pays touchés par le conflit, dans des régions isolées ou dans des groupes minoritaires, par rapport à ceux dont les familles détenaient davantage de ressources.

« Pour mettre fin au cycle de pauvreté pour les enfants, leurs familles et leurs communautés, il faut commencer par l’éducation » a affirmé Anthony Lake, Directeur général de l’UNICEF.

La session prendra en considération les nouvelles données établissant clairement qu’il est primordial d’investir dans l’éducation pour atteindre tous les OMD.

« De l’amélioration de la santé à l’augmentation de la richesse, l’éducation est le catalyseur d’un avenir meilleur pour des millions d’enfants, de jeunes et d’adultes », a dit la Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova. « Aucun pays n’a jamais gravi l’échelle du développement socioéconomique sans investissements réguliers dans l’éducation ».

Les données du Rapport mondial de suivi sur l’Éducation pour tous montrent que :

·         171 millions de personnes pourraient être libérées de la pauvreté si tous les élèves des pays à faible revenu quittaient l’école en sachant lire. Cela signifierait une baisse de 12 % du nombre d’individus vivant avec moins de 1,25 dollar des É.-U. par jour. (OMD 1 – Eradiquer l’extrême pauvreté et la faim)

 

 

·         Au Kenya, si les agricultrices bénéficient des mêmes possibilités d’éducation que les hommes, leur rendement de maïs, de haricots et de niébé augmentera jusqu’à 22 %. (OMD 3 - Promouvoir l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes)

 

 

·         Un enfant né d’une mère sachant lire a 50 % de chances en plus de dépasser l’âge de 5 ans et, en Afrique subsaharienne, on estime que 1,8 million de vies d’enfants auraient pu être sauvées en 2008 si leurs mères avaient au moins bénéficié d’un enseignement secondaire. (OMD 4 – Réduire la mortalité de l’enfant)

 

·         Au Burkina Faso, les mères ayant reçu un enseignement secondaire ont deux fois plus de chances d’accoucher de manière sûre dans des établissements de soins que celles qui n’ont pas été scolarisées. (OMD 5 – Améliorer la santé maternelle)

 

·         Au Malawi, la part de femmes sachant que les risques de transmission du VIH peuvent être réduits en prenant des médicaments au cours de la grossesse n’est que de 27 % chez les femmes n’ayant pas été scolarisées, mais s’élève à 59 % chez les femmes ayant bénéficié d’un enseignement secondaire. (OMD 6 - Combattre le VIH/SIDA, le paludisme et d'autres maladies)

 

On a remarquablement progressé en matière d’éducation de base de qualité pour tous depuis la définition des OMD en 2000.

En Tanzanie, moins de la moitié des enfants en âge d’aller à l’école étaient scolarisés au début de la décennie. Aujourd’hui, presque tous les enfants vont à l’école primaire. L’Inde, avec environ 5,6 millions d’enfants non scolarisés en 2008, devrait abaisser ce nombre à environ 750 000 d’ici 2015.

Malgré ces accomplissements notables, la communauté internationale n’est toujours pas en bonne voie pour tenir la promesse d’une éducation de base de qualité pour tous d’ici 2015. Dans de nombreux cas, la progression de la scolarisation s’est déroulée aux dépens de la qualité de l’éducation. D’autres cibles relatives à l’éducation ont également été négligées, comme les soins et l’éducation préscolaire dispensés aux jeunes enfants, l’alphabétisation, l’éducation et les compétences liées à la vie quotidienne pour les jeunes et les adultes.

 

« Dans l’ensemble, on a surtout progressé sur l’enseignement primaire universel. Toutefois, les donateurs et les Etats doivent désormais se concentrer sur l’éducation des enfants vivant dans les Etats touchés par le conflit et fragiles. Ils représentent une très large part des 69 millions et la situation ne s’améliore pas », a affirmé Jasmine Whitbread, Directrice générale de Save the Children. « Il s’agit là d’une perte de potentiel considérable qu’on ne peut laisser perdurer ».

 

De grosses lacunes persistent encore quant à l’accès à l’enseignement et à la part d’enfants qui vont véritablement jusqu’au bout du cycle de l’école primaire. Des inégalités considérables liées au sexe, à l’ethnicité, aux revenus, au langage ou encore au handicap constituent toujours une barrière majeure à la mise en œuvre de l’enseignement primaire universel. Si la tendance actuelle continue, près de 56 millions d’enfants ne seront pas scolarisés en 2015. En 2008, 72 pays sur 184 disposant de données n’avaient pas réalisé la parité des sexes dans l’enseignement primaire.

 

Le Nigéria, où vivent le plus grand nombre d’enfants non scolarisés, (8,6 millions en 2007), devrait encore totaliser 8,3 millions d’enfants non scolarisés en 2015. L’Afrique subsaharienne compte à elle seule environ 38 millions d’enfants qui abandonnent l’école chaque année.

Lors de leur rencontre, les dirigeants mondiaux seront instamment priés d’envisager des investissements plus conséquents pour l’éducation en comblant le déficit de financement annuel d’environ 16 milliards de dollars des É.-U., nécessaires à la réalisation de l’enseignement primaire universel. À cinq ans seulement de la date butoir pour les OMD, il est urgent de transformer les discours en action concrète.

 

La preuve flagrante que l’éducation est essentielle à la réalisation des Objectifs du Millénaire est à constater dans « Education counts », une exposition de l’UNESCO présentée au siège des Nations Unies jusqu’au 20 novembre.

 

Pour plus d’informations, veuillez contacter :

Ali Willis, Bureau de Son Altesse, Sheikha Mozah bint Nasser al Missned
Tél. : + 1 678 823 5900                                                                                                                                                                                                                             Courriel :
awillis(at)hho.gov.qa

Shimali Senanayake, UNICEF Médias, New York,
Tél. : + 1 917 265 4516,
Courriel : ssenanayake(at)unicef.org

Sue Williams, UNESCO Médias, Paris. Tél. : + 33 (0) 1 45 68 17 06 s.williams(at)unesco.org

Eileen Burke, Save the Children, Médias, New York

Tél. : + 203 216 0718

Courriel : eburke(at)savechildren.org

 

 




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page