Editeurs et contributeurs pour la troisième édition

Christopher Moseley, éditeur en chef de la troisième édition de l’Atlas UNESCO des langues en danger dans le monde

©UNESCO
Christopher Moseley, éditeur en chef de la troisième édition de l’Atlas UNESCO des langues en danger dans le monde

L’éditeur en chef de la troisième édition est Christopher Moseley, aussi éditeur de l’Encyclopedia of the World’s Endangered Languages (London: Routledge 2007) et de l’Atlas of the World’s Languages (London: Routledge 1994 and 2007). Le cartographe de l’édition 2009 est Alexandre Nicolas.

Un large groupe d’éditeurs régionaux et de contributeurs, venant de différentes parties du monde, ont travaillé avec Christopher Moseley pour fournir et valider les données linguistiques et rédiger des articles. Certains d’entre eux avaient déjà participé aux 2 éditions précédentes de l’Atlas. Les éditeurs régionaux et les contributeurs principaux de l’édition 2009 sont :

  • Afrique du Nord et États arabes: Salem Mezhoud, Yamina El Kirat, Bonnie Stalls
  • Afrique subsaharienne: Matthias Brenzinger, Herman Batibo
  • Europe et le Caucase : Tapani Salminen, Tjeerd de Graaf
  • Sibérie et Asie du nord-est : Juha Janhunen, Tapani Salminen
  • Asie du sud-est : David Bradley, Suwilai Premsrirat, Gérard Diffloth
  • Pacifique, Indonésie et Papouasie Nouvelle Guinée : Darrell Tryon
  • Australie : Michael Walsh
  • Amérique du nord : Lyle Campbell (avec Naomi Fox et Chris Rogers), Mary Jane Norris
  • Mexique et Amérique centrale : Yolanda Lastra
  • Basses terres de l’Amérique du sud : Marleen Haboud, Bruna Franchetto, Denny Moore
  • Hautes terres de l’Amérique du sud et Caraïbes : Willem Adelaar, Gustavo Solis Fonseca
  • Asie de l’ouest et centrale : Hakim Elnazarov
  • Inde et chaîne himalayenne : Stuart Blackburn, Jean Robert Opgenort, Udaya Narayan Singh

Des spécialistes ont aussi accepté de fournir des informations complémentaires sur des zones ou des langues spécifiques, dont en particulier Alexandre François (nord Vanuatu), Sun Hongkai (Chine), Bruno Poizat (araméen), Tulio Rojas (Colombie), Jean Sibille (araméen) et Marie-Claude Simeone-Senelle (sud de la péninsule arabique).

 


L'édition interactive en ligne de l'Atlas UNESCO des langues en danger dans le monde est complémentaire à l'édition imprimée et doit être citée de la façon suivante:

 

Retour en haut de la page