Message de Mme Irina Bokova, Directrice générale de l’UNESCO, à l'occasion de la Journée internationale de la langue maternelle

19.02.2010

© UNESCO/M. Ravassard

Voilà dix ans que nous célébrons, chaque année, au Siège de l’UNESCO et dans les Etats membres, cette Journée internationale de la langue maternelle. Grâce aux nombreuses activités qui contribuent depuis dix ans à cette célébration, l’importance des enjeux liés à la diversité linguistique et au multilinguisme est désormais reconnue. Au fil des années, les rôles multiples et essentiels que jouent les langues dans le tissu éducatif, culturel et économique de nos sociétés ont été mieux compris.

La langue maternelle, qui est celle des premiers mots et de l’expression de la pensée individuelle, est la fondation de l’histoire et de la culture de chaque individu.

Il est par ailleurs établi que les enfants apprennent mieux quand leurs premières années de scolarité se font dans leur langue maternelle.

Le concept de langue maternelle est complémentaire de celui de multilinguisme, que l’UNESCO s’efforce de promouvoir, en encourageant l’acquisition d’au moins trois niveaux de compétences linguistiques, une langue maternelle, une langue nationale, et une langue véhiculaire.

Cette onzième édition de la Journée se place dans le cadre de l’Année internationale pour le rapprochement des cultures. Or les langues sont par excellence des vecteurs de compréhension de l’autre et de tolérance. Le respect de toutes les langues est un facteur clé pour assurer la coexistence pacifique, sans exclusion, des sociétés et, en leur sein, de tous leurs membres.

Le multilinguisme, que l’on peut définir comme l’aménagement harmonieux de différentes langues parlées au sein d’un espace commun, devient alors une composante essentielle des politiques éducatives et culturelles, à laquelle il est nécessaire de prêter une attention croissante.

Parallèlement, l’apprentissage des langues étrangères et, par son biais, la faculté individuelle d’utiliser plusieurs langues, constitue un facteur d’ouverture à la diversité, et de compréhension d’autres cultures. Aussi doit-il être promu comme un élément constitutif et structurel de l’éducation moderne.

Du fait de l’accélération des échanges dans notre monde globalisé, la traduction connaît aujourd’hui un essor sans précédent dans l’histoire de l’humanité. Pour qu’elle devienne un véritable outil de dialogue et de connaissance réciproque, nous devons promouvoir un contexte d’échange culturel et scientifique plus diversifié et beaucoup plus équilibré.

Le multilinguisme, l’apprentissage des langues étrangères et la traduction constituent trois axes stratégiques des politiques linguistiques de demain. A l’occasion de cette onzième édition de la Journée de la langue maternelle, je lance un appel à la communauté internationale pour que la langue maternelle reçoive, dans chacun de ces trois axes, la place fondamentale qui lui revient, dans un esprit de respect et de tolérance qui ouvre le chemin à la paix.

                                             Irina Bokova

Retour en haut de la page