Atelier sur la prévention et la lutte contre le trafic illicite de biens culturels en Afrique australe

©UNESCO

Gaborone, Botswana, 5-7 novembre 2012 

Historique

L’atelier faisait suite au développement stratégique établi par les États membres d’Afrique australe lors de la réunion organisée en Namibie en septembre 2011 traitant des questions du trafic illicite de biens culturels et de leur restitution.

Participants

Cet atelier s’adressait à des professionnels du patrimoine et des musées ainsi qu’aux services de police des pays suivants : Afrique du Sud, Angola, Botswana, Lesotho, Malawi, Mozambique, Namibie, Swaziland, Zambie et Zimbabwe.

Objectifs

  • Renforcer la sécurité des musées et leurs inventaires ;
  • Renforcer la coopération entre les institutions culturelles charges du patrimoine et les services de police ;
  • Créer une plate-forme efficace afin de gérer les questions de trafic illicite par le biais d’échanges d’informations

    sur les objets disparus ;
  • Encourager les efforts de collaboration en matière de collecte, documentation et exposition d’œuvres d’art récupérées ; et
  • Plaider pour la ratification et l’application des Conventions de 1970 et 1995.

L’atelier a également exploré les modalités de renforcement de la SADC Heritage Association qui a été relancée avec l'appui des Bureaux de l'UNESCO à Hararé et multipays à Windhoek. Le Plan stratégique de l’Association développé en 2011 est entièrement aligné sur les objectifs de cet atelier, conduisant ainsi le Plan vers son application pratique. La participation du Secrétariat de la Southern Africa Development Community (SADC) à l'atelier a permis de discuter du processus de renforcement du domaine de la Culture au sein du Secrétariat de la SADC.

Partenaires

Des représentants d’UNIDROIT, d'Interpol, de l’Unité de protection du patrimoine culturel (TPC) des Carabinieri italiens et de l’UNESCO. Le Musée national du Botswana et la SADC Heritage Association étaient les partenaires organisateurs avec les Bureaux de l’UNESCO Harare et multipays à Windhoek.

Retour en haut de la page