Atelier régional pour le renforcement des capacités sur la lutte contre le trafic de biens culturels en Algérie, Maroc, Mauritanie et Tunisie

Casablanca, Maroc, 27-29 novembre 2013

© UNESCO/Delepierre

Cet atelier a été organisé afin de contribuer à la mise en place d’une stratégie à long terme sur toutes les thématiques qui ont trait à la culture, et en particulier la lutte contre le trafic de biens culturels.

I - Activités de formation

L’atelier comprend une formation juridique composée de trois modules couvrant les législations internationale et nationale, ainsi que les modalités de retour et restitution. Il se poursuit avec une formation opérationnelle articulée en deux modules sur l’utilisation des outils développés entre autres par l’UNESCO, UNIDROIT, WCO et Interpol d’une part et, d’autre part, sur le rôle des forces de police et de douane dans la lutte contre le trafic illicite, ce dernier module étant mis en œuvre en étroite coopération avec les forces de police espagnoles.

Objectifs principaux

  • Sensibilisation aux Conventions internationales, en particulier à la Convention de 1970 et à la Convention d’UNIDROIT de 1995, ainsi qu’à la Convention de La Haye de 1954 pour la protection des biens culturels en cas de conflit armé et ses deux Protocoles, et la Convention de 2001 sur la protection du patrimoine culturel subaquatique ;
  • Examen et mise à niveau des législations nationales et des inventaires, amélioration des mécanismes juridiques en matière de lutte contre le trafic de biens culturels ;
  • Sensibilisation des représentants du marché de l’art et du publique à la lutte contre la circulation des biens culturels ;

© UNESCO/Delepierre

  • Développement de stratégies régionales afin d’améliorer les réseaux entre les différents corps de police et de douane et leur permettre de partager leurs informations dans ce domaine spécifique ;
  • Renforcement des forces de police afin de prévenir le trafic illicite des biens culturels, y compris le patrimoine culturel subaquatique ;
  • Formation de formateurs sur l’usage efficace des outils opérationnels (inventaires, certificats de douane, registres de police, bases de données d’objets volés, etc.) afin de protéger le patrimoine culturel.

Participants

Chacun des pays concernés par l’atelier a envoyé des représentants issus des domaines suivants :

  • Ministères de la culture et des affaires étrangères ;
  • Des représentants des corps de police, notamment ceux travaillant à proximité des zones archéologiques ;
  • Services de douane ;
  • Experts juridiques, magistrats, avocats ;
  • Personnel des musées.

© UNESCO Rabat

II - Projet de sensibilisation

En parallèle à cette formation, une campagne régionale de sensibilisation est développée en partenariat avec les autorités locales. Outre la production de supports de communication (comme des affiches ou des cartes postales) pour être largement diffusé, une série de clips de sensibilisation s'adressant à la fois les communautés locales et les touristes, dédiés à la lutte contre le trafic illicite dans la région du Maghreb. Pour les enfants, une bande-dessinée sera bientôt publiée sur la protection du patrimoine.

Organisateurs

Cet événement bénéficie du soutien financier de l'Agence espagnole de coopération internationale pour le développement (AECID) dans le cadre de sa coopération avec l'UNESCO en matière de stratégie de renforcement des capacités pour combattre le trafic illicite de biens culturels. Il est organisé conjointement par la Section des traités du patrimoine culturel de l’UNESCO, le Bureau de l’UNESCO à Rabat.


Retour en haut de la page