Séminaire régional de l'UNESCO sur la lutte contre le trafic illicite de biens culturels dans les Caraïbes

©UNESCO

Castries, Sainte-Lucie, 3-5 décembre 2012

Objectifs

L'objectif principal était de renforcer la lutte contre le trafic illicite de biens culturels dans les Caraïbes.

Débats

Les participants ont débattu autour de quatre axes thématiques. Chacun des débats était introduit et présidé par un représentant d'un pays, le résumé des débats étant fourni par un représentant d'un autre pays. Les comptes rendus des débats, y compris les défis identifiés ainsi que les recommandations, ont été présentés pour validation lors de la séance de clôture de l'atelier.

Résultats

En conclusion de l'atelier, 25 participants des14 pays de la région se sont engagés à prendre des mesures concrètes aux niveaux juridique et opérationnel afin d'améliorer leur capacité à lutter contre le trafic illicite de biens culturels et de renforcer la coopération internationale.

Parmi les actions sur lesquelles les participants se sont accordés, il faut compter :

  • la demande d'inclure un point relatif à la lutte contre le trafic illicite de biens culturels à l'ordre du jour du 19e Forum des ministres de la Culture et des officiels responsables des politiques culturelles en Amérique latine et dans les Caraïbes ;
  • la création ou l'identification de services spécialisés pour l'application des lois dans le domaine de la lutte contre le trafic illicite de biens culturels ;
  • ainsi que le développement de la formation des officiers de police, douaniers et tout le personnel civil et militaire directement impliqué dans la lutte contre ce phénomène.

Les recommandations serviront de base aux principes directeurs qui seront publiés dans le période du Bureau de l'UNESCO à La Havane : "Culture & développement", dans une édition spéciale dédiée à la lutte contre le trafic illicite de biens culturels.

Participants & experts

Des représentants des pays suivants : Antigua-et-Barbuda, Bahamas, Barbade, Belize, Dominique, Grenade, Guyana, Jamaïque, Saint-Kitts-et-Nevis, Sint Maarten, Saint-Vincent-et-les-Grenadines, Suriname et Sainte-Lucie ont échangé leurs expériences, informations et meilleures pratiques. Ils ont également reçu une formation spécifique juridique et opérationnelle ainsi que des activités de sensibilisation sous la direction d'institutions telles qu'INTERPOL et UNIDROIT (Institut international pour l'unification du droit privé), l'Organisation mondiale des douanes et des experts de l'UNESCO afin de renforcer des actions conjointes pour faire face à ce problème.

L'excellente collaboration entre la Commission nationale de Sainte-Lucie pour l'UNESCO et les Bureaux de l'UNESCO à La Havane et Kingston a fait la preuve de l'efficience potentielle d'une coopération régionale à travers ces entités.

Retour en haut de la page